#121 19-07-2010 10:56:28

LestatPapa
Membre
Date d'inscription: 16-06-2009
Messages: 2328

Re: Parents homos ?

SentMa a écrit:

"_Oh c'est mignon, Tu sors ton chien ?
_Non, c'est le troisième mari de mon papa, il va signer mes papiers d'adoption."

lol

lol

- Wouf wouf wouf !!!
- oups pardon papa, j'ai oublié d'enclencher le traducteur vocal simultané - *clic* - tu disais ?
- (le copain) ah ben faut que je vous présente ma nouvelle maman, Lassie, chuis sûr qu'elle vous plairait ! Vous m'adoptez aussi monsieur ? J'ai plus de papa (il est mort à 9 ans, pauvre chat), ça me manque. Pis on s'rait une super famille recomposée comme ça !

Hors ligne

 

   #122 19-07-2010 11:02:56

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Parents homos ?

SentMa a écrit:

Ah?
Je ne le savais pas !

Le sujet a été rappelé plusieurs fois pendant le débat pseudo-sécuritaire de la burqa, mais enterré assez rapidement dans la mesure où cette loi est quasiment inapplicable dans la réalité. Peut-être aussi que ça n'arrangeait pas trop le gouvernement qu'on leur dise que leur argument était fallacieux puisqu'une loi y répondait déjà - mais bon, ce serait faire de la politique et impliquer une certaine influence du pouvoir politique sur les médias roll

SentMa a écrit:

Ça va seulement isoler un peu plus ses femmes.

Oui, tout à fait. Donc très légèrement contre-productif, non ?

SentMa a écrit:

tu affirme aussi que les partenaires en sont plus masculin et féminin et l'objectif suivant logique, c'est bien évidement le mariage.

Oui, en effet. Encore que j'aurais tendance à dire que "logiquement", on devrait faire l'inverse : ouvrir le mariage aux gays, puis aborder le sujet des enfants et de la famille. Mais ça, c'est sans doute mon côté traditionnaliste et conservateur qui voit mal la Famille sans un cadre juridique précis. C'est aussi le fait que le mariage n'implique dans un premier temps "que" 2 personnes adultes qui font un choix réfléchi, ce qui n'est pas le cas de l'adoption ou la FIV, qui impacte la vie d'un enfant qui n'a généralement rien demandé. Puisqu'on doit revoir le sens du couple gay et ses implications dans notre société, je pencherais donc pour une réétude de la relation de couple avant celle de la famille. Mais dans un cas comme dans l'autre, mon prédicat de départ reste de ne rien interdire ou condamner tant que ça ne porte pas préjudice à autrui.

SentMa a écrit:

Et honnêtement je préfère, je trouve ca bien plus respectueux, on accepte que la religion fasse partie intégrante d'un individus et qu'il puisse le vivre pleinement.

En effet, je suis d'accord.

SentMa a écrit:

je ne trouve pas ca super agréable le matin dans le métro de côtoyer des "fantômes", mais c'est personnel et je ne me vois donc pas l'interdire. Après tout, combien de chrétien arbore, même discrètement, une croix, un supplice,  un engin de torture et de mort?

Exactement la même réflexion de mon côté wink

Hors ligne

 

   #123 19-07-2010 11:12:34

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Parents homos ?

Lestat a écrit:

Très bien, mais ma question est : où est la limite ? smile

Pour moi : dans le danger que pourrait représenter un nouveau modèle pour la communauté et/ou pour les individus le pratiquant.

Lestat a écrit:

Si l'évolution sociale devenait le nouveau référentiel pour "la norme" et les lois de la société, n'y a-t-il pas un risque qu'au bout d'un moment ça ne dérape ?

Tout dépend de ce que tu appelles déraper ? A mon avis, tant qu'il n'y a pas de danger (physique ou psychologique), le "dérapage" reviendrait en fait à dire qu'on s'écarte radicalement de ce qui préexistait. Ce qui a peu de chance d'arriver, puisque ton prédicat de départ est justement que la loi suivrait l'évolution de la société... Donc pas de gros choc ou changement massif, mais une adaptation progressive : la définition du progrès wink
C'est cette adaptation qui a mené à ce qu'est la France aujourd'hui, ce qu'est chaque pays du monde. Et les pays qui refusent de s'adapter sont généralement assez mal lotis, non ? Population mécontente, pouvoir constamment en danger, religions multiples et dangereuses... bref, portes ouvertes à toute sorte de dérive. Car vivre contre la loi est toujours destructeur pour l'individu et vivre avec la loi peut s'avérer tout aussi contraignant : les homos, par exemple. Il y a peu, les handis. Il n'y a pas si longtemps que ça : les noirs, les femmes.

Lestat a écrit:

A quoi ressemblera la société dans 2-3 siècles si finalement tout nouveau modèle relationnel et/ou familial (donc originaire de nouvelles tendances sociales, sexuelles...) "ne présentant aucun danger blablabla" est reconnu ?

On verra bien, mais ce serait intéressant oui ! roll
En tout cas, les phénomènes de mode tournent pas mal. Ces derniers temps, on revient pas mal (je trouve) à une idée plus "traditionnelle" de la famille : couple stable, mariage, bébé. Souvent, Papa travaille et Maman reste à la maison (ou aimerait le faire). En tout cas, le fait que Maman reste à la maison n'est plus (comme il y a 50 ans) sujet aux hauts cris des féministes, mais laissé à l'appréciation consensuelle de chaque famille. Les parents aiment à nouveau cuisiner pour leurs enfants, repensent aux couches lavables etc.
Je suppose donc qu'on peut appliquer ce même type de renversement de tendance à la notion de relation amoureuse : on peut vouloir s'émanciper de la loi pour se prouver à soi-même en tant que société qu'on est capable d'accepter et de tolérer, mais on reviendra au final toujours au modèle qui nous convient le mieux. Et la complexité de la gestion du couple à deux me fait dire qu'il y a peu de chance pour qu'un modèle à 3 ou 4 s'installe de façon durable ou très répandue tongue
Ou alors, il faut reprendre le modèle - qui existe bel et bien aujourd'hui - du harem.

Hors ligne

 

   #124 19-07-2010 11:23:10

SentMaPapa
Membre
Date d'inscription: 11-04-2009
Messages: 2173

Re: Parents homos ?

"Avant",
il y avait un seul modèle familiale, avec les mêmes règles, le même fonctionnement.
Ce qui faisait ta famille, les règles établies, sa structure, tu le retrouvais a l'identique chez la totalité de tes petits camarades.

Aux jours d'aujourd'hui, chaque famille est une entité particulière.

Ce que je dis, on l'admet communément,
mais entre l'admettre et l'accepter, le vivre pleinement, il y a un pas énorme, d'autant plus que ceux qui légifèrent appartiennent pour la grande majorité a l'ancien modèle, celui que je décris en introduction.

Du coup,
je ne m'en fais pas vraiment, ca ne se fera peut-être pas a notre génération, mais pas mal de changement sont désormais impossibles a éviter  et qu'est-ce que c'est 25 ans a l'échelle humaine? Surtout que le plus gros du travail est déjà acquis au quotidien, le bouleversement sur les 40 dernières années est déjà énorme.

Dernière modification par SentMa (19-07-2010 11:26:24)


"Les humains passent leur existence à l'intérieur d'un labyrinthe. S'ils arrivent à en sortir et s'ils n'en trouvent pas d'autre, ils en créent un. Quelle est cette passion pour l'épreuve ?"

Kerro Panille: Questions posées par l'Avata

Hors ligne

 

   #125 19-07-2010 12:11:40

LestatPapa
Membre
Date d'inscription: 16-06-2009
Messages: 2328

Re: Parents homos ?

truffe2miel a écrit:

Pour moi : dans le danger que pourrait représenter un nouveau modèle pour la communauté et/ou pour les individus le pratiquant.

Et comment qualifierais/quantifierais-tu ce "danger" ?
Sur quelle(s) étude(s) te baserais-tu ?
Sur combien de temps, d'années ?

Pour en revenir aux homos : quelle vue réelle avons-nous aujourd'hui sur la "dangerosité" possible ou non de ce modèle sur l'enfant et son avenir - et donc à long terme ?
Perso je pense que nous n'en avons aucune, de vue, de recul smile Pas avec 20-30 années passées en tout cas.

truffe2miel a écrit:

Tout dépend de ce que tu appelles déraper ? A mon avis, tant qu'il n'y a pas de danger (physique ou psychologique), le "dérapage" reviendrait en fait à dire qu'on s'écarte radicalement de ce qui préexistait. Ce qui a peu de chance d'arriver, puisque ton prédicat de départ est justement que la loi suivrait l'évolution de la société... Donc pas de gros choc ou changement massif, mais une adaptation progressive : la définition du progrès wink

Le progrès comme tu dis suit une courbe quasi-exponentielle, sur l'échelle de l'histoire de l'humanité. Les moeurs aussi - les blacks, la femme, les divorcés, le PACS... jamais on n'a vu autant de changements sociaux en si peu de temps (à peine 1 siècle quand on y pense, c'est rien).
Suivant ce constat, on peut raisonablement s'attendre à ce que l'adaption ne soit pas aussi "progressive" comme tu dis, bien au contraire smile

Le problème que je pose, est que d'un côté effectivement on peut se "féliciter" que de telles évolutions ou révolutions aient eu lieu jusqu'à aujourd'hui; mais de l'autre côté, celles à venir vont tout de même vers un sentier qui bouscule pas mal de fondements sur l'image même de la famille qui existe depuis des siècles, et qui risque donc certainement de révolutionner pas mal de choses à l'avenir, ou en tout cas avoir de grosses conséquences. En bien ou en mal ? J'en sais rien du tout, mais je me pose quand même la question.
En gros j'ai un peu cette impression qu'on parle d'ouvrir une boîte de Pandore, mais dont on n'a aucune idée de ce qui va en sortir smile

truffe2miel a écrit:

On verra bien, mais ce serait intéressant oui ! roll

Hehe "on verra bien" - très procrastinateur comme argument, pas tout à fait en adéquation avec quelqu'un qui pense à l'écologie, l'environnement, les générations futures etc, non ? tongue

truffe2miel a écrit:

En tout cas, les phénomènes de mode tournent pas mal. Ces derniers temps, on revient pas mal (je trouve) à une idée plus "traditionnelle" de la famille : couple stable, mariage, bébé.

Tiens, il me semble justement que c'est le contraire qui se passe en ce moment - je pense à la normalisation des familles recomposées, donc une forme d'acceptation qu'un couple ou mariage capote, donc une acceptation que la stabilité d'un couple n'est pas toujours avérée wink

truffe2miel a écrit:

Souvent, Papa travaille et Maman reste à la maison (ou aimerait le faire).

Peut-être, mais la société aujourd'hui n'offre pas encore vraiment cette possibilité (quoi qu'en France vous avez ce fameux congé maternel jusqu'à 2 ans avec garantie de retrouver son emploi). Et puis il me semble qu'il y a encore pas mal de rémanences féministes où Maman a envie de travailler et être indépendante, malgré tout wink
Enfin bref perso je ne vois pas vraiment de "mode" par rapport au couple ou la famille (à part le débat présent wink, mais plutôt par rapport à l'enfant, son éducation etc.

truffe2miel a écrit:

Les parents aiment à nouveau cuisiner pour leurs enfants, repensent aux couches lavables etc.

Conséquences de la sensibilisation à l'environnement et au bien-être en général. Certes elles impactent notre quotidien, mais pas les fondements mêmes de la structure de la société (ou pas de manière aussi flagrante). Enfin, je pense pas.

truffe2miel a écrit:

Je suppose donc qu'on peut appliquer ce même type de renversement de tendance à la notion de relation amoureuse : on peut vouloir s'émanciper de la loi pour se prouver à soi-même en tant que société qu'on est capable d'accepter et de tolérer, mais on reviendra au final toujours au modèle qui nous convient le mieux.

C'est vrai, sauf qu'à terme il n'y aura plus "un seul" modèle, mais plusieurs, car ils seront tous partie intégrante de la société qui les aura tolérés en premier lieu. On se retrouvera finalement comme au fast-food, à faire un choix smile Sauf que ce choix sera biaisé de par le modèle parental dans lequel on aura vécu, et de l'éducation que l'on aura reçue (entre autres).

truffe2miel a écrit:

Et la complexité de la gestion du couple à deux me fait dire qu'il y a peu de chance pour qu'un modèle à 3 ou 4 s'installe de façon durable ou très répandue tongue

Peut-être justement qu'un couple à 3 serait une manière plus légère et libertine de le gérer, et donc plus facile big_smile
L'émancipation de la femme semblait être une hérésie il y a plus de 50 ans - au vu notamment de la complexité pour l'homme à gérer une relation à la maison avec une femme qui ne serait plus sa "servante", mais son égal. Pourtant on y est bien arrivés smile

Hors ligne

 

   #126 19-07-2010 12:14:29

LestatPapa
Membre
Date d'inscription: 16-06-2009
Messages: 2328

Re: Parents homos ?

SentMa a écrit:

"Avant",
il y avait un seul modèle familiale, avec les mêmes règles, le même fonctionnement.
Ce qui faisait ta famille, les règles établies, sa structure, tu le retrouvais a l'identique chez la totalité de tes petits camarades.

Aux jours d'aujourd'hui, chaque famille est une entité particulière.

Ce que je dis, on l'admet communément,
mais entre l'admettre et l'accepter, le vivre pleinement, il y a un pas énorme, d'autant plus que ceux qui légifèrent appartiennent pour la grande majorité a l'ancien modèle, celui que je décris en introduction.

Du coup,
je ne m'en fais pas vraiment, ca ne se fera peut-être pas a notre génération, mais pas mal de changement sont désormais impossibles a éviter  et qu'est-ce que c'est 25 ans a l'échelle humaine? Surtout que le plus gros du travail est déjà acquis au quotidien, le bouleversement sur les 40 dernières années est déjà énorme.

lol
T'as assez bien résumé en 3 paragraphes ce que j'essayais de dire sur 2 pages smile

Hors ligne

 

   #127 19-07-2010 13:16:17

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Parents homos ?

SentMa a écrit:

"Avant",
il y avait un seul modèle familiale, avec les mêmes règles, le même fonctionnement.
Ce qui faisait ta famille, les règles établies, sa structure, tu le retrouvais a l'identique chez la totalité de tes petits camarades.

Aux jours d'aujourd'hui, chaque famille est une entité particulière.

Ce que je dis, on l'admet communément,
mais entre l'admettre et l'accepter, le vivre pleinement, il y a un pas énorme, d'autant plus que ceux qui légifèrent appartiennent pour la grande majorité a l'ancien modèle, celui que je décris en introduction.

Du coup,
je ne m'en fais pas vraiment, ca ne se fera peut-être pas a notre génération, mais pas mal de changement sont désormais impossibles a éviter  et qu'est-ce que c'est 25 ans a l'échelle humaine? Surtout que le plus gros du travail est déjà acquis au quotidien, le bouleversement sur les 40 dernières années est déjà énorme.

Je suis tout à fait d'accord... mais... en quoi est-ce que cet état de fait devrait faire tendre vers le refus du mariage civil et/ou de l'adoption par les homos ?

Hors ligne

 

   #128 19-07-2010 13:19:50

SentMaPapa
Membre
Date d'inscription: 11-04-2009
Messages: 2173

Re: Parents homos ?

truffe2miel a écrit:

en quoi est-ce que cet état de fait devrait faire tendre vers le refus

Ce n'est pas un argument que j'énonce la, mais des faits. tongue

Je voulais dire que c'est inévitable et limite,
être pour ou contre n'a plus de sens aujourd'hui, même si ca n'empêche évidemment pas de s'interroger.

Dernière modification par SentMa (19-07-2010 13:24:36)


"Les humains passent leur existence à l'intérieur d'un labyrinthe. S'ils arrivent à en sortir et s'ils n'en trouvent pas d'autre, ils en créent un. Quelle est cette passion pour l'épreuve ?"

Kerro Panille: Questions posées par l'Avata

Hors ligne

 

   #129 19-07-2010 13:48:48

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Parents homos ?

Lestat a écrit:

Et comment qualifierais/quantifierais-tu ce "danger" ?
Sur quelle(s) étude(s) te baserais-tu ?
Sur combien de temps, d'années ?

Si ça ne tenait qu'à moi, je prendrais 2 groupes témoins : 500 familles hétéros et 500 familles homos sur 20 ans. Un suivi annuel + un gros point tous les 5 ans.
Questions clés : quels enfants présentent des troubles du comportement ? Ces troubles peuvent-ils être directement liés au choix sexuel des parents ?
Si on retrouve beaucoup de troubles du comportement dans le groupe "homos", on pourra en déduire que l'homoparentalité a des conséquences. Si on en retrouve à part égale dans les deux groupes, c'est que les troubles du comportement ont une autre origine, plutôt liée à l'évolution naturelle de l'enfant (crises des 2 ans, 12 ans et 18 ans etc).
C'est très caricatural, mais c'est en gros l'idée de base d'une étude qui me parlerait. Il en existe d'ailleurs probablement, mais je n'en ai pas connaissance.

Lestat a écrit:

Pour en revenir aux homos : quelle vue réelle avons-nous aujourd'hui sur la "dangerosité" possible ou non de ce modèle sur l'enfant et son avenir - et donc à long terme ?
Perso je pense que nous n'en avons aucune, de vue, de recul smile Pas avec 20-30 années passées en tout cas.

Je ne sais pas quelles études sont disponibles ni comment elles ont été menées et encore moins quels résultats elles ont.
Mais il me semble que si une personne se révèle stable pendant 30 ans, il y a peu de chance pour qu'un éventuel trouble du comportement ultérieur puisse être lié à l'acceptation ou non de l'homosexualité des parents. Soit l'enfant gère mal la situation dès l'adolescence (ou avant), soit il la vit plutôt bien. Difficile de dire au bout de 30 ans de vie normale et satisfaisante "tiens, au fait, ce gars-là pète un câble, c'est parce que ses parents sont homos".
Bon, encore une fois, je fais un peu dans la mauvaise foi avec mon exemple, mais l'idée y est. Tu vois où je veux en venir ? (je suis KO et je ne m'exprime pas super bien roll)

D'un point de vue plus radical, je me dis que c'est à celui qui veut interdire de prouver qu'il a raison d'interdire, non ? Donc partant de là, ce serait aux partisans du "non aux familles homos" de démontrer la dangerosité - il est d'ailleurs généralement plus facile de prouver que quelque chose existe plutôt que l'absence d'une chose ou d'une émotion.

Lestat a écrit:

Suivant ce constat, on peut raisonablement s'attendre à ce que l'adaption ne soit pas aussi "progressive" comme tu dis, bien au contraire smile

C'est vrai que l'évolution a connu un coup de boost énorme avec l'apparition d'internet, la mondialisation, l'ère du "tout, tout de suite".
Mais es-tu choqué, toi, par ces changements ? As-tu du mal à t'y faire ? Aurais-tu préféré que les choses restent comme elles l'étaient ou aillent plus lentement / différemment ? Si tu te sens à peu près bien avec ces changements, c'est donc qu'il n'y a pas eu de gros choc et que la progression a été suffisamment adaptée aux besoins de la société.

J'entends par exemple souvent "ah lala, mais comment on faisait quand il n'y avait pas de portable ?" ou d'internet etc. Ce qui prouve que la chose est entrée dans les moeurs, dans le mode de vie quotidien. Sans heurt particulier et avec l'approbation de la population. Pourtant, il y a encore 15 ans, le portable n'en était qu'à ses balbutiements et faisait enrager un tas de gens roll
Itou pour le droit de vote de la femme : c'est très récent, et pourtant personne ne s'en plaint (enfin, pas grand monde lol). L'époque était mûre pour ça, la loi est passée.

Ce n'est pas parce que l'évolution de l'espèce s'est écrite sur plusieurs milliers d'années et qu'on a connu une période sombre (voire régressionniste) avec le Moyen-Âge qu'il faut en déduire que toute évolution de la civilisation doit se faire sur 100 ans ou plus. Nous sommes, depuis le siècle des Lumières, dans une phase d'évolution accélérée - qui s'est largement amplifiée à la fin du 20ème siècle.

(et qu'est-ce qu'on s'éloigne de la question des homos lol)

Lestat a écrit:

celles à venir vont tout de même vers un sentier qui bouscule pas mal de fondements sur l'image même de la famille qui existe depuis des siècles, et qui risque donc certainement de révolutionner pas mal de choses à l'avenir, ou en tout cas avoir de grosses conséquences. En bien ou en mal ? J'en sais rien du tout, mais je me pose quand même la question.

Oui, c'est certain ! D'autant que cette nouvelle vision de la famille bouscule gravement toutes les bases du christianisme, qui est la fondation de la notion française de la famille.

Le divorce, les familles recomposées, les unions libres - et les homos, du coup aussi - sont des conceptions de la vie quotidienne diamétralement opposées avec l'Écriture au sens littéral. Dieu a été parfaitement clair dans ses commandements, il a clairement exclu certaines relations en les condamnant, il a clairement exigé certains liens entre homme et femme qui veulent fonder une famille.
D'un point de vue religieux, notre nouvelle civilisation est une aberration monstrueuse. Et comme beaucoup de choses (lois, points de vue, éducation etc) sont encore fortement teintées de ces concepts, il nous est parfois difficile d'accepter le changement.

Paradoxalement, je ne suis pas croyante mais j'adhère à de très nombreux concepts religieux que j'essaie de faire mien au quotidien parce qu'ils correspondent à ma vision de la vie. Même ma conception de la famille s'y colle : je ne m'imagine pas vivre autrement que mariée au père de mes enfants, fidèle et dévouée à ma famille. Mais c'est MA vision des choses, pour MOI-même. Jamais je ne me permettrais de dire que c'est la seule vraie et la seule bonne façon de voir les choses - et encore moins de légiférer pour interdire aux autres d'agir comme bon leur semble. A moins qu'on me prouve que leur façon de faire est dangereuse.

Lestat a écrit:

Hehe "on verra bien" - très procrastinateur comme argument, pas tout à fait en adéquation avec quelqu'un qui pense à l'écologie, l'environnement, les générations futures etc, non ? tongue

Eh bien... je ne peux pas savoir ni même imaginer à quoi ressemblera notre futur dans 2 ou 300 ans - alors... on verra bien ! wink Tout ce que je peux faire, à mon échelle, c'est agir en accord avec mes convictions et assumer mes erreurs. Le reste, de toute façon... roll

Lestat a écrit:

Tiens, il me semble justement que c'est le contraire qui se passe en ce moment - je pense à la normalisation des familles recomposées, donc une forme d'acceptation qu'un couple ou mariage capote, donc une acceptation que la stabilité d'un couple n'est pas toujours avérée wink

Tout à fait : la loi est en train de régulariser un état de fait, un phénomène de société déjà présent depuis "longtemps".
Mais n'entends-tu pas aussi autour de toi "j'aimerais que ce soit pour la vie", "j'ai peur du divorce" etc ? Toutes ces questions, tous ces doutes qui trahissent un besoin de stabilité et de retour aux valeurs traditionnelles, qui voulaient qu'on se batte pour sa famille ?

La loi met toujours un peu (beaucoup ?) plus de temps que les hommes pour changer.

Lestat a écrit:

Peut-être, mais la société aujourd'hui n'offre pas encore vraiment cette possibilité (quoi qu'en France vous avez ce fameux congé maternel jusqu'à 2 ans avec garantie de retrouver son emploi).

Je ne connais pas le droit suisse, mais oui, en France, les femmes sont de plus en plus nombreuses à rester à la maison avec leur enfant. La plupart par choix, d'autres aussi parce que le ratio salaire/dépense serait tellement à leur désavantage qu'elles doivent renoncer à leur carrière. Toujours est-il que dans les chiffres, on sent un tournant encore léger s'amorcer vers la vision plus traditionnelle de la famille : papa au travail, maman à la maison.

Lestat a écrit:

Et puis il me semble qu'il y a encore pas mal de rémanences féministes où Maman a envie de travailler et être indépendante, malgré tout wink

Bien sûr, ce n'est pas un retournement complet ! Simplement, les femmes commencent à se démarquer du discours féministe classique "moi moi moi, ma carrière, ma vie de femme, mon droit de vote et l'égalité absolue des sexes" pour revenir à une vision plus réaliste des choses. Hommes et femmes ne peuvent techniquement pas toujours faire les mêmes choses - et ça commence à ne plus être une hérésie de le dire. Hommes et femmes n'ont pas toujours les mêmes centres d'intérêt, et ce n'est plus un problème de l'admettre. Une femme n'exige plus le partage absolument égal des tâches ménagères - seulement que son mari s'implique dans la vie à la maison de la façon qui lui conviendra le mieux. Etc.

Lestat a écrit:

Enfin bref perso je ne vois pas vraiment de "mode" par rapport au couple ou la famille (à part le débat présent wink, mais plutôt par rapport à l'enfant, son éducation etc.

ça aussi smile

Lestat a écrit:

truffe2miel a écrit:

Les parents aiment à nouveau cuisiner pour leurs enfants, repensent aux couches lavables etc.

Conséquences de la sensibilisation à l'environnement et au bien-être en général. Certes elles impactent notre quotidien, mais pas les fondements mêmes de la structure de la société (ou pas de manière aussi flagrante). Enfin, je pense pas.

Non, en effet - rien à voir avec l'adoption par des homos ! Ce sont seulement des exemples d'un certain retour aux "valeurs essentielles" (ici l'environnement, la santé etc). Mais tu as raison, c'est un HS flagrant ! lol

Lestat a écrit:

C'est vrai, sauf qu'à terme il n'y aura plus "un seul" modèle, mais plusieurs, car ils seront tous partie intégrante de la société qui les aura tolérés en premier lieu. On se retrouvera finalement comme au fast-food, à faire un choix smile Sauf que ce choix sera biaisé de par le modèle parental dans lequel on aura vécu, et de l'éducation que l'on aura reçue (entre autres).

Bien sûr - comme aujourd'hui est biaisé notre choix de vie professionnelle, nos goûts en matière de musique, de lecture etc. On ne peut pas éduquer un enfant en son âme et conscience et le laisser entièrement "vierge" de toute empreinte familiale. On lègue forcément un peu de soi à ses enfants. Mais est-ce mauvais pour autant ? Tout dépend de la façon dont on le fait et de la liberté qu'on laisse à son enfant de se démarquer de ses modèles.

Lestat a écrit:

Peut-être justement qu'un couple à 3 serait une manière plus légère et libertine de le gérer, et donc plus facile big_smile

Sérieusement, tu y crois toi ? tongue
Enfin, peut-être après tout...

Lestat a écrit:

L'émancipation de la femme semblait être une hérésie il y a plus de 50 ans - au vu notamment de la complexité pour l'homme à gérer une relation à la maison avec une femme qui ne serait plus sa "servante", mais son égal. Pourtant on y est bien arrivés smile

Au prix de beaucoup d'efforts, non ? wink Mais oui, tu as raison. En l'occurrence, c'était une évolution "forcée" par le membre du couple en infériorité psychologique - comme l'a été l'égalité des noirs, par exemple. Je ne suis pas certaine qu'un "couple-trio" pourrait provenir du même cheminement... Remarque du coup, il serait peut-être plus aisément applicable.

Hors ligne

 

   #130 19-07-2010 13:51:10

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Parents homos ?

SentMa a écrit:

truffe2miel a écrit:

en quoi est-ce que cet état de fait devrait faire tendre vers le refus

Ce n'est pas un argument que j'énonce la, mais des faits. tongue

Oui oui, des faits, j'ai bien compris wink Mais ces faits-là ne font pas (encore) avancer la loi, malheureusement ou heureusement selon le point de vue...

SentMa a écrit:

Je voulais dire que c'est inévitable et limite,
être pour ou contre n'a plus de sens aujourd'hui, même si ca n'empêche évidemment pas de s'interroger.

Effectivement, je crois aussi que la légalisation de ce mode de vie finira par arriver - il y a déjà trop de gens concernés pour qu'ils soient laissés sur le bord de la route. S'interroger oui, bien sûr ! C'est même essentiel : si on ne se pose plus aucune question et qu'on accepte tout et n'importe quoi sans y réfléchir, on court à la catastrophe !

Hors ligne

 

Pied de page du Forum

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2008 PunBB


Copyright © 2001-2009 JeunePapa.com


Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Poussette

1560864183