• Accueil
  •  » Débats
  •  » Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

   #1 04-05-2010 10:26:57

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 8910
Site web

Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

Ce genre de sujet, ça me renvoie toujours à la question "que ferais-je si c'était du bonheur de MON enfant dont il était question ?" : http://bebe.doctissimo.fr/blog/9897-Un- … -fils.html

Ma fille peut du jour au lendemain m'annoncer qu'elle est homo, ou bi ou amoureuse de quelqu'un de sa famille (un cousin, son père etc) ou polygame, ou zoophile. Comment réagirai-je ? Je ne sais pas. Aujourd'hui, je pense avoir l'esprit assez ouvert et accepter assez facilement une éventuelle homo- ou bisexualité. Mais l'inceste ? Si c'est son choix à elle, si c'est ce qui la rend heureuse ? HUMPF. Je ne sais pas.

Où commence et où s'arrête la tolérance dans les différences de choix amoureux ? Où devrait-on fixer une limite en disant "là, je ne suis plus d'accord" ?

Et vous, comment réagiriez-vous ?

Hors ligne

 

   #2 04-05-2010 12:58:58

SentMaPapa
Membre
Date d'inscription: 11-04-2009
Messages: 2173

Re: Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

Honnêtement,
c'est quoi le problème avec l'inceste ?Juste l'interdit moral ? Le renouvellement des chromosomes ?
On sait que le SEUL intérêt a l'interdiction de l'inceste est le renouvellement des chromosomes et donc l'obligation de créer des échanges sociaux entre les communautés.

Si l'inceste n'est pas juridiquement condamnable, c'est peut-être parce qu'il y a une raison. Par contre, je ne comprend pas pourquoi un homme ne peut pas reconnaitre un enfant né de ce genre d'union.


Mettre une limite ? Mais comment la gérer ? On ne parle pas d'enfant mais d'adulte, tu va faire quoi concrètement ? le punir de jeux vidéo  ? On ne peut pas l'envoyer dans sa chambre et le laisser sortir lorsqu'il aura réfléchit et changé d'avis... Tu va faire comme la plupart des parents ces 50 dernières années en découvrant un enfant homo : "je ne te parle plus !" et éclater la famille ? En sachant au final que cava juste le conforter dans son choix?


Je ne parle pas de tolérance, car ca me foutrait la gerbe, mais de "lâcher prise",comprendre qu'a un moment on ne peut plus rien faire, qu'on les a  éduqués pour les amener la, leur permettre de faire leur choix.

Tant que la situation est librement consentie de tous les intervenants, que faire ? Rien il me semble, ca ne me regarde pas/plus.
(ca exclu la zoophilie, j'ai du mal a voir les relations inter-espèces comme librement consenties)


"Les humains passent leur existence à l'intérieur d'un labyrinthe. S'ils arrivent à en sortir et s'ils n'en trouvent pas d'autre, ils en créent un. Quelle est cette passion pour l'épreuve ?"

Kerro Panille: Questions posées par l'Avata

Hors ligne

 

   #3 04-05-2010 13:05:51

lilalouMaman
Membre
Lieu: Evreux
Date d'inscription: 26-11-2009
Messages: 667
Site web

Re: Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

Ayant eu des parents qui n'ont même pas accepter ma relation avec mon petit ami a mes 17ans, qui est mon mari aujourd'hui, je t'avouerait que pour moi mon enfants quelque soit sa sexualité reste mon enfant je n'ai pas a diriger ses gouts ses envies...

je suis d'accord avec sentma du moment que tout le monde est d'accord ca ne me regarde pas!
en plus la nouvelle génération a tendance a etre bcp plus libre sexuellement parlant que nous: les premier rapport arrive plus tôt, il font bcp plus "d'experience" differentes et on tendance a essayer un peu tout pour se trouver... et nous serons surement pas au courant de tout roll

le soucie avec l'inceste si ma fille fini avec son  père ca veut dire que j'ai plus de mari moi! lol
non sans blague je connait un couple cousin/cousine qui vive ensemble et on des enfants ca ne me pose aucun problème...


http://nsm04.casimages.com/img/2010/11/01/mini_1011010910211078687039256.jpg

Mon blog:  http://0z.fr/L-aly

Hors ligne

 

   #4 04-05-2010 13:10:21

SentMaPapa
Membre
Date d'inscription: 11-04-2009
Messages: 2173

Re: Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

lilalou a écrit:

en plus la nouvelle génération a tendance a etre bcp plus libre sexuellement parlant que nous: les premier rapport arrive plus tôt, il font bcp plus "d'experience" differentes et on tendance a essayer un peu tout pour se trouver... et nous serons surement pas au courant de tout roll

Ça c'est une idée reçue...


"Les humains passent leur existence à l'intérieur d'un labyrinthe. S'ils arrivent à en sortir et s'ils n'en trouvent pas d'autre, ils en créent un. Quelle est cette passion pour l'épreuve ?"

Kerro Panille: Questions posées par l'Avata

Hors ligne

 

   #5 04-05-2010 13:21:27

lilalouMaman
Membre
Lieu: Evreux
Date d'inscription: 26-11-2009
Messages: 667
Site web

Re: Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

a ouais je viens de lire l'article!!!
assez bizarre en effet ce qui me choque c'est le bébé dans tout ca...
il faut dire que ce genre de chose arrive rarement vu la situation familiale a la base pour se couple...


http://nsm04.casimages.com/img/2010/11/01/mini_1011010910211078687039256.jpg

Mon blog:  http://0z.fr/L-aly

Hors ligne

 

   #6 04-05-2010 14:25:24

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 8910
Site web

Re: Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

Wahou, je vois que le sujet intéresse smile


SentMa a écrit:

On sait que le SEUL intérêt a l'interdiction de l'inceste est le renouvellement des chromosomes et donc l'obligation de créer des échanges sociaux entre les communautés.

Biologiquement parlant, oui. Mais j'avoue que cet interdit social est assez profondément ancré en moi. J'ai donc du mal à m'imaginer gérer une éventuelle relation intrafamiliale de ma fille hmm D'autant plus que chez nous, la famille au sens large du terme est très importante, et qu'on se voit régulièrement en grande réunion de famille. On a un peu la culture orientale, de ce point de vue-là.

SentMa a écrit:

Si l'inceste n'est pas juridiquement condamnable, c'est peut-être parce qu'il y a une raison. Par contre, je ne comprend pas pourquoi un homme ne peut pas reconnaitre un enfant né de ce genre d'union.

Je crois aussi que deux personnes liées par des liens de parenté trop étroits n'ont pas le droit de se marier - par contre deux cousins de 2ème degré en ont le droit, par exemple.

SentMa a écrit:

Mettre une limite ? Mais comment la gérer ? On ne parle pas d'enfant mais d'adulte, tu va faire quoi concrètement ? le punir de jeux vidéo  ? On ne peut pas l'envoyer dans sa chambre et le laisser sortir lorsqu'il aura réfléchit et changé d'avis... Tu va faire comme la plupart des parents ces 50 dernières années en découvrant un enfant homo : "je ne te parle plus !" et éclater la famille ? En sachant au final que cava juste le conforter dans son choix?

Non, bien entendu ! En fait, ma question était mal posée, elle se divise en deux parties : 1/ comment gérer une situation de ce genre avec son propre enfant et 2/ comment peut-on justifier envers soi-même qu'on tolère des comportements sexuels différents comme l'homosexualité ou la bisexualité, mais pas l'inceste ou la zoophilie, par exemple ? Où est - pour soi-même - la limite entre l'acceptable et le non tolérable ?

SentMa a écrit:

Je ne parle pas de tolérance, car ca me foutrait la gerbe, mais de "lâcher prise",comprendre qu'a un moment on ne peut plus rien faire, qu'on les a  éduqués pour les amener la, leur permettre de faire leur choix.

Pour le cas de l'inceste, tu veux dire là ? Je pense qu'en effet, arriver à ce niveau-là, on n'a pas tellement le choix de toute façon. Le gros souci, après, c'est d'apprendre à gérer au quotidien : comme tu dis, hors de question de me brouiller avec ma fille à cause de ses choix sexuels (enfin j'espère ! roll) et donc ça veut dire aussi accepter son couple. Et donc vivre ouvertement avec cet inceste (par exemple) qui me révulserait.
Dans le cas de l'inceste, on peut sans doute en discuter en fonction des degrés de parenté. Mais peut-être aussi, dans cette même logique, dire que la pédophilie est seulement un comportement sexuel différent ? Et la zoophilie ? A quel moment considères-tu qu'on rentre dans l'inacceptable, le socialement inadapté, le moralement réprouvable ? Parce que si je peux vivre avec une fille incestueuse, je ne sais pas comment j'arriverais à gérer une fille pédophile - sûrement pas bien du tout !

SentMa a écrit:

Tant que la situation est librement consentie de tous les intervenants, que faire ? Rien il me semble, ca ne me regarde pas/plus.
(ca exclu la zoophilie, j'ai du mal a voir les relations inter-espèces comme librement consenties)

Oui.... Ok pour la zoophilie, je suis d'accord sur le consentement réciproque aussi wink

Avec un bémol, cependant : dans le cas cité en exemple d'une grand-mère et son petit-fils qui ont un enfant, je réprouve. Je serais moins nette s'ils s'agissait de cousins éloignés (le noyau familial serait relativement préservé pour l'enfant). Mais il existe des cas de pédophilie où le consentement est effectivement réciproque ! Une jeunette de 13 ans et un adulte de 30 ans, par exemple. Légalement, c'est de la pédophilie. Mais si la petite jeune de 13 ans l'a voulu ?

Est-ce qu'on peut accepter un comportement sexuel précis seulement sous certaines conditions et pas dans d'autres ? Est-ce que ce n'est pas laisser une porte ouverte aux abus ? Est-ce que d'un autre côté se fermer à l'évidence de la vie n'est pas faire preuve de bêtise et d'inadaptation ? Pas simple, tout de même...

Hors ligne

 

   #7 04-05-2010 14:31:52

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 8910
Site web

Re: Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

lilalou a écrit:

Ayant eu des parents qui n'ont même pas accepter ma relation avec mon petit ami a mes 17ans, qui est mon mari aujourd'hui, je t'avouerait que pour moi mon enfants quelque soit sa sexualité reste mon enfant je n'ai pas a diriger ses gouts ses envies...

Là on rentre quand même dans un cas particulier : la majorité sexuelle est bien plus précoce que la majorité légale, donc ce n'est pas de la pédophilie. Et de toute façon, on a largement l'âge d'être amoureux à 17 ans ! yikes Je parlais surtout de comportement sexuel différent - donc qui sort du cadre classique homme-femme. Tu accepterais vraiment tout ?

lilalou a écrit:

je suis d'accord avec sentma du moment que tout le monde est d'accord ca ne me regarde pas!

Mouais... Comme je le disais plus haut, je n'accepterais pas une relation incestueuse entre mon mari et notre fille - impossible pour moi ! Je ne pourrai pas non plus gérer une relation entre ma fille et mon père. J'aurais moins de mal à accepter une relation avec un de ses cousins, par exemple, même si la pilule ne serait sûrement pas facile à avaler... Mais que ferais-tu si ta fille te disait demain qu'elle est pédophile ? Même si l'enfant en question dit être amoureux et vouloir de cette relation, vas-tu pouvoir l'accepter ?

lilalou a écrit:

en plus la nouvelle génération a tendance a etre bcp plus libre sexuellement parlant que nous: les premier rapport arrive plus tôt, il font bcp plus "d'experience" differentes et on tendance a essayer un peu tout pour se trouver... et nous serons surement pas au courant de tout roll

Je ne sais pas trop.. On en faisait aussi, des choses, à notre âge ! On en parlait moins, c'est tout. Et puis les jeunes sont sexuellement matures beaucoup plus tôt - certains commencent vers 11 ans. Il y a aussi une sorte de pression sociale - il faut coucher pour être un homme ou une femme...

lilalou a écrit:

le soucie avec l'inceste si ma fille fini avec son  père ca veut dire que j'ai plus de mari moi! lol
non sans blague je connait un couple cousin/cousine qui vive ensemble et on des enfants ca ne me pose aucun problème...

J'en connais aussi, et ça ne me pose pas de problème du tout non plus. Mais je ne suis pas certaine que ce soit parce que j'accepte sans problème l'idée d'une relation intrafamiliale - ou si c'est tout simplement parce qu'il ne s'agit pas de ma propre fille... J'ai l'impression que beaucoup de choses changent de perspective quand il s'agit de tes propres enfants.

Hors ligne

 

   #8 04-05-2010 14:59:18

SentMaPapa
Membre
Date d'inscription: 11-04-2009
Messages: 2173

Re: Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

Je vis avec le même interdit, les mêmes dogmes judeo--chretien que toi, je partage ton point de vue. Mais il s'agit la de moral, une règle de vie empirique qui peut se péter les dent  sur des choses abstraite comme l'amour. Un empirisme ne peut pas tout régenter, ce n'est pas pour rien si on a des juges qui gèrent aux cas par cas.

La morale et l'esprit de la morale en somme. lol


Mais que ferais-tu si ta fille te disait demain qu'elle est pédophile ? Même si l'enfant en question dit être amoureux et vouloir de cette relation, vas-tu pouvoir l'accepter ?

J'aimerais avant tout prévenir les gens qui vont lire la suite, de bien prendre le temps de lire et relire ce que je vais poster, ca n'engage que moi, et il s'agit juste d'une réflexion :


Le problème de la pédophilie est quelque chose de très mal posé et d'encore plus mal légiférer. Sais tu que le viol dans les textes demandent a ce qu'il y est pénétration ? car le viol fut légiférer en priorité pour les hommes... au premier degrés, une femme ne peut donc pas violer un garçon ou un homme, puisque c'est lui qui la pénètre. De plus, la loi ne tiens pas compte de la forme particulière de l'inceste (sous entendu viol) d'une mère a ses enfants. Une mère pratique souvent le viol sous couvert de soins ou pratiques médicales ce qui le rend très difficile a déceler.


Pour l'inceste pédophile par consentement, si c'est fait respectueusement, j'oserais dire :  pourquoi pas?
Si je ne le pratique pas, ni n'encourage qui que ce soit a le faire, et ne saurais même pas comment faire,  je sais que factuellement, les enfants et même les feotus ont une vie sexuelle active.

Puisque la sexualité est une fonction de base, fondamentale avec le miam, la propreté, la préservation de l'intégrité physique et compagnie, pourquoi ne pas envisager une éducation sexuelle qui dépasse le cadre théorique  ?
Pourquoi est-ce la seule fonction de l'organisme, le seul plaisir qui est découvert en solitaire et caché ? pourquoi est-ce honteux au final ?

Je n'ai pas de réponse...


Et donc vivre ouvertement avec cet inceste (par exemple) qui me révulserait.

Idem,
je pense que je dirais très clairement aux deux ce que j'en pense, puis je laisserais faire.

Oui.... Ok pour la zoophilie, je suis d'accord sur le consentement réciproque aussi wink

La sexualité inter-espèce n'a aucun sens, aucune raison d'être.

Pour moi, a vue de nez, c'est juste une pratique extrême qui permet de braver les  interdits, comme sauter en parachute sans parachute.

Est-ce qu'on peut accepter un comportement sexuel précis seulement sous certaines conditions et pas dans d'autres ?

Le respect comme seule et unique condition ?
Mais rien que ca, ca demande du boulot.... autant individuel que collectif.

Est-ce que ce n'est pas laisser une porte ouverte aux abus ?

Oui, toujours a partir du moment ou tu étends les libertés, de nouveaux abus apparaissent de concert.

Dernière modification par SentMa (04-05-2010 15:14:06)


"Les humains passent leur existence à l'intérieur d'un labyrinthe. S'ils arrivent à en sortir et s'ils n'en trouvent pas d'autre, ils en créent un. Quelle est cette passion pour l'épreuve ?"

Kerro Panille: Questions posées par l'Avata

Hors ligne

 

   #9 04-05-2010 15:17:15

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 8910
Site web

Re: Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

SentMa a écrit:

Je vis avec le même interdit, les mêmes dogmes judeo--chretien que toi, je partage ton point de vue. Mais il s'agit la de moral, une règle de vie empirique qui peut se péter les dent  sur des choses abstraite comme l'amour. Un empirisme ne peut pas tout régenter, ce n'est pas pour rien si on a des juges qui gèrent aux cas par cas.

La morale et l'esprit de la morale en somme. lol

Tout à fait, c'est pour ça que j'essaie de ne pas me limiter à ce qu'on m'a appris et que j'envisage d'autres modèles - même si certains me paraissent plus difficiles que d'autres roll

SentMa a écrit:

ce que je vais poster, ca n'engage que moi, et il s'agit juste d'une réflexion[/b] :

C'est de toute façon toujours le cas quand on dit quelque chose, non ? wink

SentMa a écrit:

Le problème de la pédophilie est quelque chose de très mal posé et d'encore plus mal légiférer.

Tout à fait - comme beaucoup d'autres choses, d'ailleurs roll

SentMa a écrit:

Sais tu que le viol dans les textes demandent a ce qu'il y est pénétration ? car le viol fut légiférer en priorité pour les hommes... au premier degrés, une femme ne peut donc pas violer un garçon ou un homme, puisque c'est lui qui la pénètre.

Ah tiens, non je ne savais pas neutral Et quels recours a donc l'homme qui se fait violer alors ?

SentMa a écrit:

De plus, la loi ne tiens pas compte de la forme particulière de l'inceste (sous entendu viol) d'une mère a ses enfants. Une mère pratique souvent le viol sous couvert de soins ou pratiques médicales ce qui le rend très difficile a déceler.

Tu veux dire de façon consciente ? Je touche tous les jours les parties génitales de ma fille - mais pour les nettoyer, pas dans un but sexuel. Tu penses qu'elle peut le vivre comme un viol ? Je ne suis pas sûre d'avoir bien compris le sens de cette phrase, en fait roll

SentMa a écrit:

Pour l'inceste pédophile par consentement, si c'est fait respectueusement, j'oserais dire :  pourquoi pas?

Et à partir de quel âge estimes-tu l'enfant capable de consentir en sachant réellement ce qui l'attend ? De même, se pourrait-il que la simple admiration dont peut faire preuve un(e) très jeune envers son aîné(e) puisse engendrer un consentement pour un acte qui n'aurait jamais été voulu par le plus jeune si l'autre ne l'avait pas initié ? C'est ce qu'on appelle "abus sexuel sur mineur par personne ayant autorité", je crois. Dans ce cas précis, le violé ne refuse pas - au contraire, il défend même souvent son violeur. Mais ça ne l'empêche pas de se sentir terriblement mal à l'aise face à l'acte sexuel lui-même, qu'il n'a pas désiré : il a seulement voulu répondre au besoin et au désir du plus grand pour ne pas le décevoir.
Je ne sais pas si je suis claire ?

SentMa a écrit:

Si je ne le pratique pas, ni n'encourage qui que ce soit a le faire, et ne saurais même pas comment faire,  je sais que factuellement, les enfants et même les feotus ont une vie sexuelle active.

Tout à fait, c'est une phase d'apprentissage importante et trop souvent reniée et cachée comme honteuse.

SentMa a écrit:

Puisque la sexualité est une fonction de base, fondamentale avec le miam, la propreté, la préservation de l'intégrité physique et compagnie, pourquoi ne pas envisager une éducation sexuelle qui dépasse le cadre théorique  ?

Beaucoup d'enfants expérimentent entre eux, à leur niveau, par des baisers, des caresses etc Je ne réprouve pas du tout ce type de comportement parce qu'il se fait dans le calme et dans le respect de l'intégrité physique et morale des enfants. Mais quand un adulte souhaite pénétrer un enfant, n'y a-t-il pas violence sur un corps pas encore suffisamment développé pour accueillir un tel acte ? Et si l'attouchement reste externe, la différence dans les besoins, les ressentis, le désir et la finalité de l'acte elle-même n'en fait-elle pas un viol, dans un certain sens ? Est-ce que ce n'est pas profiter d'un besoin avide d'apprendre et de tester en détournant le manque d'expérience du plus jeune à son profit ?

SentMa a écrit:

Pourquoi est-ce la seule fonction de l'organisme, le seul plaisir qui est découvert en solitaire et caché ? pourquoi est-ce honteux au final ?

Je suis d'accord sur ce point : l'acte sexuel (et le corps) n'a rien de honteux et l'enfant doit le savoir le plus tôt possible. Mais de là à offrir son corps à un adulte, il y a un pas énorme, tu ne crois pas ?


SentMa a écrit:

Je n'ai pas de réponse...

Il n'y en a peut-être pas d'universelle wink Mais on en a tous une pour nous-mêmes au moins - sinon on aurait du mal à vivre wink

SentMa a écrit:

je pense que je dirais très clairement aux deux ce que j'en pense, puis je laisserais faire.

Tout à fait, dans le cas de l'inceste consenti des deux cotés, je ne vois pas ce que je pourrais faire d'autre, de toute façon roll

SentMa a écrit:

Le respect comme seule et unique condition ?

Le respect.. Oui, pourquoi pas. Encore faut-il redéfinir le respect, alors. Certains prêtres pédophiles par exemple (désolée pour le cliché wink) respectaient profondément les enfants de choeur dont ils ont abusé - et ces enfants les adulaient parfois. Est-ce que le viol est moins grave dans ce cas ?

SentMa a écrit:

Mais rien que ca, ca demande du boulot.... autant individuel que collectif.

ça, le respect, c'est de toute façon un sacré boulot ! roll

SentMa a écrit:

Oui, toujours a partir du moment ou tu étends les libertés, de nouveaux abus apparaissent de concert.

C'est vrai. D'où la question clé qui suit le débat moral : doit-on modifier la loi pour s'adapter aux changements de la vie... ou pas ? wink

Hors ligne

 

   #10 04-05-2010 16:10:15

SentMaPapa
Membre
Date d'inscription: 11-04-2009
Messages: 2173

Re: Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

Et quels recours a donc l'homme qui se fait violer alors ?

La différence entre la loi  et l'esprit de la loi:  L'interprétation qu'en fera le juge.


Tu veux dire de façon consciente ? Je touche tous les jours les parties génitales de ma fille - mais pour les nettoyer, pas dans un but sexuel. Tu penses qu'elle peut le vivre comme un viol ? Je ne suis pas sûre d'avoir bien compris le sens de cette phrase, en fait

Oui,  de manière consciente.

Le viol d'enfant est tres different s'il s'agit d'un violeur d'une violeuse. En généralisant grossièrement :

un homme : attouchement, fellation, pénétration... c'est très primaire.
une femme sera plus enclin a cacher ce qu'elle fait sous des soins; on frotte un peu plus souvent et de manière un peu plus appuyé que nécessaire, pratique de lavement, etc etc etc...


Et à partir de quel âge estimes-tu l'enfant capable de consentir en sachant réellement ce qui l'attend ?

Ce qui l'attend ?
Je parle de sexualité au sens large donc des la naissance.. si tu parle d'érotisme et de pénétration pure et dure, je dirais pas avant l'adolescence ou la pré-adolescence... de plus, je ne suis pas du tout certain que ce soit a la famille de donner cette éducation la, au contraire, ne serais-ce pas le moment ou l'enfant fera preuve de maturité ? Marquera la fin de son éducation sexuelle et sa maturité en choisissant son moment et son partenaire ? (car oui, c'est la finalité de cette éducation, pas de pratiquer a tout prix l'inceste, évidement !!! qui ne serait qu'une des possibilités, comme on n'enseignerait pas a être hetero, homo, bi... ca serait des possibilités, des choix fait par l'individu). Les cultures qui donnent une éducation sexuelle complète, la perte de virginité se fait avec des hommes et des femmes de la communautés "spécialistes" de la question, dont c'est le travail.
D'ailleurs, il n'y a pas si longtemps, en France pour les hommes, la première fois était fréquemment le résultat d'une première visite en maison close, un espèce de rite initiatique sexuel.

Je ne sais pas trop  ce que tu me demande, éducation est toujours un système de paliers et certains enseignement sont adaptés a un age et pas au autre...
Faut'il attendre 14 ou 15ans pour enseigner la masturbation et avec la connaissance de son corps ? des zone érogènes ? D'autant plus que les zones érogènes, les enfants les connaissent de loin, sinon le fœtus ne se tripoterait pas.


C'est ce qu'on appelle "abus sexuel sur mineur par personne ayant autorité", je crois. Dans ce cas précis, le violé ne refuse pas - au contraire, il défend même souvent son violeur. Mais ça ne l'empêche pas de se sentir terriblement mal à l'aise face à l'acte sexuel lui-même, qu'il n'a pas désiré : il a seulement voulu répondre au besoin et au désir du plus grand pour ne pas le décevoir.
Je ne sais pas si je suis claire ?

Je comprend parfaitement,
et je crois que la ligne se pose entre la volonté d'enseigner et d'éduquer et la pratique sexuel ayant pour seul but la satisfaction du violeur.

Mon fils a beau adorer mac'do, ne le nourrir que de caserait lui faire violence, même si lui défendrait mac'do... je parle d'ici d'un plan global d'éducation.
Plan dont je n'ai pas la moindre idée de comment le mener,plan qui comporte très  certainement des failles, puisque je le découvre la en discutant avec toi.


Mais quand un adulte souhaite pénétrer un enfant, n'y a-t-il pas violence sur un corps pas encore suffisamment développé pour accueillir un tel acte ? Et si l'attouchement reste externe, la différence dans les besoins, les ressentis, le désir et la finalité de l'acte elle-même n'en fait-elle pas un viol, dans un certain sens ? Est-ce que ce n'est pas profiter d'un besoin avide d'apprendre et de tester en détournant le manque d'expérience du plus jeune à son profit ?

Oui,
c'est un viol pur et dure, ce n'est pas adapté a l'age de l'enfant, il n'y  a pas de respect, c'est répréhensible, mais ce n'est pas mon propos.

Quand Freud parle de l'érotisme de l'allaitement, je ne suis pas certain qu'il se trompe beaucoup... le problème n'est pas, a mon sens, dans ce qu'il dit, mais dans l'œil de la personne qui le lit, si en le lisant, tu pense systématiquement que la sexualité et l'érotisme c'est une nana qui se fait bourrer le cul, forcement...

D'ailleurs,
est-ce que les massages fait a l'enfant ne sont pas déjà une forme d'érotisme ? Les caresses ? les bisous ?
Lorsque les enfants expérimentent entre eux après comme tu le souligne, n'est-ce pas une forme de sexualité ?Je crois que oui.

Encore faut-il redéfinir le respect, alors. Certains prêtres pédophiles par exemple (désolée pour le cliché wink) respectaient profondément les enfants de choeur dont ils ont abusé - et ces enfants les adulaient parfois. Est-ce que le viol est moins grave dans ce cas ?

Le fait que ce soit fait dans le mensonge, en cachette me prouve que ce n'est pas respectueux.

Te cacherais tu, toi, de pratiquer l'ENV ? Il y a dans ton exemple une duplicité qui ne peut pas cohabiter avec la notion de respect.

Dernière modification par SentMa (04-05-2010 16:42:02)


"Les humains passent leur existence à l'intérieur d'un labyrinthe. S'ils arrivent à en sortir et s'ils n'en trouvent pas d'autre, ils en créent un. Quelle est cette passion pour l'épreuve ?"

Kerro Panille: Questions posées par l'Avata

Hors ligne

 
  • Accueil
  •  » Débats
  •  » Comment accepter les choix amoureux de ses enfants ?

Pied de page du Forum

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2008 PunBB


Copyright © 2001-2009 JeunePapa.com


Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Poussette

1490363597