#1 22-10-2010 15:00:39

fred0
Membre
Date d'inscription: 15-01-2010
Messages: 6
Site web

Comment faire comprendre un "non"

Bonjour,

J'ai un petit garçon de 11 mois (et 3 jours smile ), il est très dynamique et commence à marcher (en se tenant à quelque chose ou quelqu'un); et donc forcement de plus en plus d'objets sont a sa porté...

Nous avons essayer de faire un appart "sans danger", mais tout n'est pas déplaçable ou escamotable et il arrive régulièrement que nous devions lui enlevé quelque chose des mains.

On essaye donc de lui faire comprendre qu'il ne faut pas toucher (une prise même avec les trous obstrués ou un pot de fleur...) et ca commence par un "non". Mais.... soit il ne comprends pas soit il s'en fout royalement car nos essai ne sont franchement pas des succès sad

Peut être est ce trop tôt ? ...j'en doute...

Avez vous rencontré ce genre de situation ? Quand et comment vous y êtes vous pris ?

Merci d'avance pour vos réponses !

Hors ligne

 

   #2 22-10-2010 15:39:23

AlexFatherPapa
Membre
Lieu: Centre
Date d'inscription: 06-10-2010
Messages: 308

Re: Comment faire comprendre un "non"

De mon côté, j'ai encore le même problème...il a 23 mois bientôt !
Essaie de brancher tout les objets sur le 220...devrait y toucher une fois ! tongue


Chasseur de WQT ! big_smile

Age des enfants

Age des enfants

Hors ligne

 

   #3 22-10-2010 16:08:48

SentMaPapa
Membre
Date d'inscription: 11-04-2009
Messages: 2173

Re: Comment faire comprendre un "non"

Répéter, détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter...

A un an ils comprennent le non,
ils ont juste pas envie, l'attrait de l'objet prévaut sur le reste.
A un an en plus, ils peuvent bien sur faire des caprices, braver l'interdit avec le petit sourire en coin.


"Les humains passent leur existence à l'intérieur d'un labyrinthe. S'ils arrivent à en sortir et s'ils n'en trouvent pas d'autre, ils en créent un. Quelle est cette passion pour l'épreuve ?"

Kerro Panille: Questions posées par l'Avata

Hors ligne

 

   #4 22-10-2010 16:30:35

LamyPapa
Membre
Date d'inscription: 16-12-2008
Messages: 410
Site web

Re: Comment faire comprendre un "non"

Même problème : elle pige fort bien mais l'arttraît est le plus fort et en plus c'est une trop bonne occaze de tester les parents ...
Je crois qu'il est très structurant de leur apprendre à respecter le non.
Pour ma fille j'ai trouvé (un peu facho comme méthode mais ça marche !) : si elle touche à un truc interdit : elle part illico (pas longtemps, je rassure la ligue des droits de l'homme !) dans sa chambre avec la barrière : elle a horreur de ça et a vite pigé.


Papa de Louis (Avril 2005), Marie (Mai 2009), Benoît (Décembre 2010) et Paul (Avril 2013)

Hors ligne

 

   #5 22-10-2010 17:46:44

LestatPapa
Membre
Date d'inscription: 16-06-2009
Messages: 2328

Re: Comment faire comprendre un "non"

Oui c'est clair qu'ils comprennent le "Non", il faut insister, encore et encore, et au bout d'un moment la signification du "Non" commence à rentrer - même si c'est jamais gagné, car ils réessayent très vite de nouveau, avec le même objet ou un autre (qui est aussi interdit, de préférence lol).
Ca dépend aussi de l'objet en question : certains sont très - trop - attrayants, et même avec 15 "Non" ou autres distractions il voudra quand même le prendre.

Chez nous il comprend bien le "non" en général, donc si l'objet n'est pas trop tentant, après 2-3-4 non il va soit aller ailleurs, soit rester sur place et lorgner sur un autre objet (quitte à revenir sur le 1er objet plus tard roll), soit se laisser distraire facilement.
Mais ça dépend aussi de son état de fatigue, faim, maladie etc, parfois pour le même objet ça va passer tout droit, d'autres fois ça va être plus galère, ou carrément impossible.

Bref faut pas lâcher le morceau, même si c'est épuisant selon les jours... Les résultats se font voir gentiment avec le temps, même si les "rechutes" sont aussi très fréquentes big_smile

Un dernier point : en général j'essaye d'expliquer sommairement pourquoi je veux pas qu'il touche un objet, la 1ère, 2ème fois que ça arrive. Les fois d'après par contre les "Non" sont plus secs et fermes, et j'essaye de lui faire "rappeler" pourquoi., genre "Tu te rappelles pourquoi je t'ai dis de pas toucher à ça ?". Je sais pas si c'est efficace à son âge (14 mois), mais j'ai quand même l'impression qu'il comprend ce que je lui dis, ou du moins que ça le fait un peu réfléchir sur le moment...
Mais dans tous les cas, je trouve que c'est un bon reflexe à prendre pour quand il sera plus âgé et vraiment apte à comprendre les interdictions (et les punitions...), et la manière de procéder des parents : on explique, 1x, 2x, après s'il veut toujours pas comprendre -> on passe à la vitesse supérieure...

Hors ligne

 

   #6 22-10-2010 19:38:08

AlexFatherPapa
Membre
Lieu: Centre
Date d'inscription: 06-10-2010
Messages: 308

Re: Comment faire comprendre un "non"

SentMa a écrit:

Répéter, détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter,  détourner l'attention, répéter...

A un an ils comprennent le non,
ils ont juste pas envie, l'attrait de l'objet prévaut sur le reste.
A un an en plus, ils peuvent bien sur faire des caprices, braver l'interdit avec le petit sourire en coin.

C'est notre cas !
Maintenant quand je compte jusquà 3, il se calme et pense surement à ce qui risque de lui arriver.
Ce qui ne l'empêche pas d'y retourner 2 à 3 minutes après...
Mais bon, je remercie ma femme qui ne travaille pas de faire le plus gros du boulot à ce sujet. wink


Chasseur de WQT ! big_smile

Age des enfants

Age des enfants

Hors ligne

 

   #7 23-10-2010 11:17:06

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Comment faire comprendre un "non"

Pareil que chez Sentma et Alex pour nous... Nous avons commencé le "non" dès qu'elle a su crapahuter et toucher à tout : vers 6 mois. A 1 an, elle comprenait parfaitement bien, mais n'avait pas envie. Maintenant, à 17 mois, elle nous regarde pour vérifier qu'on ne la voit pas, s'approche du truc interdit, nous regarde encore, avance la main... et là on l'appelle "GWEN !" => gros sursaut, elle nous regarde avec la mine contrite, met les mains derrière le dos et vient nous faire un bisou... lol

Tout ça pour dire qu'il n'est jamais trop tôt pour parler à un enfant, lui expliquer. Le non ne doit pas être seul : il faut lui expliquer pourquoi c'est interdit (dangereux, fragile, pas à toi etc). Détourner son attention, lui offrir autre chose sur quoi se focaliser. Surtout ne pas se fâcher ou "punir" trop tôt. Il est évident qu'une mise ou coin n'a pas le moindre sens pour un bébé de 6 mois - ce sera peut-être différent à 4 ans...

En ce moment, elle nous teste : elle sait parfaitement ce qui est interdit, mais le fait juste pour voir si on aura bien toujours la même réaction. Et il faut être très vigilant pour ne pas laisser passer, justement, et être toujours cohérents dans la gestion des caprices. Pas toujours simple !

Hors ligne

 

   #8 23-10-2010 17:03:40

LestatPapa
Membre
Date d'inscription: 16-06-2009
Messages: 2328

Re: Comment faire comprendre un "non"

truffe2miel a écrit:

Pareil que chez Sentma et Alex pour nous... Nous avons commencé le "non" dès qu'elle a su crapahuter et toucher à tout : vers 6 mois.

Et chez nous aussi tongue

Hors ligne

 

   #9 26-10-2010 02:33:48

JCGPapa
Membre
Lieu: Gradignan (Banlieue Bordeaux)
Date d'inscription: 26-10-2010
Messages: 4

Re: Comment faire comprendre un "non"

Bonjour à tous,
je me permet d'apporter ma petite expérience sur la façon dont nous avons et continuons à gérer le non avec notre fille âgée de bientôt 4 ans. Sans redire ce qui a déjà été dit précédemment nous sommes toujours sur le fait que le non ne doit pas être seul, il y a toujours une explication, pourquoi c'est interdit (dangereux, fragile, pas chez nous, lourds, etc...).

Je m’étais d’ailleurs posé moi-même la question de savoir comment formuler certaines explications à un enfant, et je me suis rendu compte (et cela m’a été confirmé par une spécialiste de l’enfance) que même si un enfant ne comprend pas toujours l’explication elle-même, il comprend le fait qu’il y a une raison. Et c’est cette notion de donner du sens à tout ce que les parents (ou autres adultes disent) qui selon nous permet de faire mieux passer un point à un enfant.
La façon dont j’explique cela fait semble faire paraître une facilité. Loin de là dans ma démarche, car je suis personnellement vraiment pas à l’aise avec les enfants et l’éducation (c’est un autre débat, lié aussi à ma propre enfance), et je galère pas mal sur de nombreux points qui ne sont pas du tout naturels pour moi.

Toutefois personnellement un point qui me tenait à cœur est le fait que je voulais à terme pouvoir ne pas me soucier du fait que notre fille attrape tout et que nous risquions le danger ou la casse régulièrement. Mon choix (que mon épouse a considérée elle aussi comme juste et que nous avons a deux mis en place) était de dire qu’un enfant vit dans un monde d’adulte et que même s’il a un environnement pour lui, il est plus souvent confronté à un environnement et des affaires pas à lui.
Je ne souhaitais pas changer la maison pour faire tout "sans danger", car en effet tout n'est pas déplaçable ou escamotable.
Par exemple A la maison il y a un home cinéma avec des câbles, des enceintes, ampli tout à hauteur d’enfant, collection de livres de CD qui sont au niveau aussi de l’enfant, ordinateurs, tables basses avec courriers, dans la cuisine les assiette dans les placard du bas, etc… bref tout l’opposé de ce que l’on peut appeler une maison sans danger.
C’est vrai que au début certaines choses ont été longues à faire comprendre et il nous fallait suivre la petite constamment dans tous ses premiers déplacements.
Nous lui avons toujours montré les choses sous contrôle, en les tenant nous même et pour qu’elle puisse toucher et satisfaire tout ou partie de sa curiosité.
Toute petite notre fille était attirée par la transparence des objets. Donc le verre par exemple. Nous lui donnions des objets en plastique pour jouer (bouteille d’eau par exemple) sans aucun risque en lui expliquant la différence avec le verre qu’elle ne pouvait toucher qu’avec nous. Et comme c’était plus lourd finalement le plastique était mieux et comme sa curiosité était satisfaite c’était bon. Finalement nous nous sommes rendu compte que nos objets d’adultes tant convoités par les tous petits, étaient bien moins intéressant pour eux une fois qu’ils les avaient touchés une fois ou deux, et surtout qu’ils avaient des jouets plus rigolos et pleins de couleurs. Souvent détourner l’attention était une bonne solution.

Par contre pour les prises électriques qui représentent un réel danger ou la zone de cuisons nous avons expliqué longuement et en insistant sur le fait que cela peut faire très très mal (avec par exemple un rappel d’un mal qu’elle avait eu en se cognant, et en disant que cela ferai beaucoup plus mal) et si le non n’était pas respecté, nous avons été très sec, limite « méchants » à tirer brusquement la petite pour lui faire comprendre un vrai danger. Je me suis fâché très fort à certain moments ce qui l’a bien marqué et finalement maintenant après trois ans huit mois et six jours (au moment où j’écris ces lignes) cela à fonctionné car pas de casse ni de dangers, mais au prix d’une grande surveillance, et vigilance souvent fatigante. Maintenant par le ton de notre voix elle distingue quand il ne faut plus plaisanter et que le non est directif.

L’avantage par contre est que quand nous sommes allé chez des amis, elle trouvait des livres, des CD, de bibelots, des lettres, etc… comme à la maison et finalement ne trouvait pas plus de nouveautés.
Certains bibelots très fragiles ont été au début quand même mis en hauteur, et finalement sont revenus à leur place après ses deux ans, ou deux ans et demi.

Notre fille étant hyperactive et très curieuse, ce que je décris était en réalité pas toujours facile à vivre et à faire appliquer, même maintenant ce n’est pas fini (et pour encore de longues années je pense). Finalement le résultat est là pour l’instant mais ce n’est pas de tout repos.

Voila pour notre petite expérience qui je l’espère pourra servir à d’autre, et vos commentaires sur celle-ci sont les bienvenus.

Hors ligne

 

   #10 26-10-2010 09:14:19

lilalouMaman
Membre
Lieu: Evreux
Date d'inscription: 26-11-2009
Messages: 667
Site web

Re: Comment faire comprendre un "non"

JCG je suis assez d'accord avec le principe de laisser l'enfant découvrir l'appartement tel quel et ne pas tout chabouler mais pour moi il  a un "mais" c'est très bête c'est juste que quand c'est nous qui recevons des amis avec des enfants et ben c'est le cas contraire qui se passe! les enfants des autres n'étant pas élever comme les notres c'est eux qui se retrouve en danger...

Cela est surement du au fait aussi que je veut suivre la formation pour devenir assistante maternelle et qu'il faut que l'appartement soit sécurite pour les autres enfants mais les enfants que je garde ou ceux de mes amis sont aussi imprévisibles les uns que les autres même a des ages avancés où ils sont censé comprendre le non et autres interdictions... roll


http://nsm04.casimages.com/img/2010/11/01/mini_1011010910211078687039256.jpg

Mon blog:  http://0z.fr/L-aly

Hors ligne

 

Pied de page du Forum

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2008 PunBB


Copyright © 2001-2009 JeunePapa.com


Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Poussette

1596771014