#1 07-11-2010 14:07:43

_Tony_Papa
Membre
Date d'inscription: 12-01-2010
Messages: 220

Les bébés intenses utopie ou réelle existence ?

Avant de commencer à débattre, je vous pose un pavé comme on dit extrait d'un site internet sur le sujet.
Merci à ceux qui auront le courage de lire tongue


Les bébés aux besoins intenses



Un bébé au besoins intenses est un enfant qui sent dès qu'on le pose et se réveille en peu de temps. Cela se nomme des bb aux besoins intenses. Ces bb ont des besoins affectifs énormes. Le seul moyen d'éviter leurs pleurs est de les rassurer, les porter, les materner. Un bb porté perçoit notre chaleur, lorsque nous le posons c'est toujours sur un élément froid : transat, berceau, lit... Un jour j'ai pensé à mon arrière grand mère, et je me suis souvenue que tous les soirs elle passait une bouillotte dans le lit.

Les bébés aux besoins intenses ont certains traits de personnalité en commun; toutefois, ils ne manifestent pas nécessairement ces comportements en tout temps. D'après l'expérience que j'ai acquise, environ 25% des bébés montrent plusieurs de ces traits à un moment quelconque au début de la petite enfance. On trouvera ci-après diverses descriptions que font les parents de leur bébé aux besoins intenses.

Hypersensible

Le bébé aux besoins intenses a une conscience aigüe de son environnement; les changements le font sursauter facilement durant le jour et rendent son sommeil difficile durant la nuit. «Il est dérangé facilement» disait une mère pour décrire son bébé sensible. Le système de ce type d'enfant est muni de fusibles de courte durée et les courts-circuits sont provoqués facilement par tout dérangement constituant une menace à la sécurité de son environnement. Cette sensibilité se voit souvent dans ses réactions vis-à-vis de personnnes appelées à en prendre soin et avec qui il n'est pas familier, ce qui provoque chez lui un niveau élevé d'anxiété à l'égard des étrangers. Au début, les parents peuvent trouver que cette hypersensibilité est épuisante; elle peut toutefois devenir un atout plus tard, en ce sens qu'elle aide l'enfant à être plus conscient de son environnement et, de ce fait, à développer sa curiosité.

Intense

Le bébé aux besoins instenses investit une grande quantité d'énergie dans ses agissements. Il pleure fort, rit à gorge déployée et proteste vivement si on ne lui sert pas instantanément ses « repas ». Il semble ressentir plus pronfondément toute la gamme des émotions, et réagit avec plus d'intensité que les autres bébés. «Son moteur est engagé à haute vitesse tout le temps», faisait remarquer un père fatigué. Le bébé aux besoins intenses proteste vigoureusement lorsque son environnement n'est pas à son goût, mais il semble également capable de former des liens plus solides avec les personnes qui en prennent soin. Le bébé qui réagit violemment à la séparation d'avec ses parents agit de la sorte parce qu'il leur est solidement attaché. L'intensité de ses protestations est proportionnelle à l'intensité de l'attachement qui l'unit à ses parents. Des liens puissants entre l'enfant et ses parents constituent l'un des meilleurs remèdes préventifs contre le comportement maussade à long terme.

Exigeant

Souvent, la mère d'un bébé aux besoins intenses dira qu'elle « ne peut répondre à ses demandes avec suffisamment de rapidité. Ce type de bébé transmet un sens d'urgence très réel dans les signaux qu'il émet. Les «alertes rouges» dominent son répertoire de pleurs. Il n'a cure des gratifications différées et n'acceptera pas facilement des solutions de rechange, c'est-à-dire autre chose que ce pourquoi il pleurait au départ. S'il reçoit un hochet alors qu'il s'attendait à être allaité par exemple, ses pleurs iront en s'intensifiant; il protestera d'avoir été mal interprété. Le bébé aux besoins intenses a toutefois besoin d'être exigeant: c'est un trait positif chez lui.

Impossible de le déposer

Le bébé aux besoins intenses a un besoin extrêmement grand de contact physique. Souvent, les nouveaux parents s'attendent, d'une façon peu réaliste, à ce que leur bébé repose calmement dans sont petit lit ou reste assis passivement à contempler les gens qui le regardent ou à suivre attentivement des yeux des mobiles qui pendent. Un tel portait est loin de correspondre au bébé aux besoins intenses (ou à tout autre bébé, en fait). Ce type de bébé a la réputation de ne pouvoir se calmer seul. Sa mère me dira : «Il est incapable de se détendre par ses propres moyens.» Il fait du giron maternel son siège, les bras et la poitrine de sa mère lui servent de lit, et il se console à son sein. En général, il rejette vigoureusement les substituts maternels inanimés.

Toujours actif

«Impossible de réussir une photo fixe», disait un père, photographe de son métier, à propos de son bébé aux besoins intenses. «Le dispositif de ralenti de son moteur semble affolé», s'exclamait un autre. Chez ce type de bébé, une activité motrice constante va de pair avec l'intensité de l'hypersensibilité de la personnalité.

Epuisant

Inévitablement, les parents avoueront: «Il me vide». Le bébé aux besoins intenses utilise toute l'énergie de sa mère et de son père.

Il n'aime pas se blottir

Contrairement à la plupart des bébés qui se laissent aller facilement dans les bras ou sur les épaules des personnes qui en prennent soin, le bébé aux besoins intenses arquera fréquemment le dos et raidira bras et jambes, protestant ainsi contre toute tentative de lui faire adopter une position d'allaitement confortable. Cette raideur musculaire s'appelle hypertonie. «C'est comme s'il y a avait des câbles tendus en lui», rappelait une mère. Le fait que certains bébés évitent le contact physique intime peut s'expliquer par cette combinaison entre traits hypersensibles et hypertoniques. Le bébé résiste s'il se sent entouré de trop près; il sera plus à l'aise si vous maintenez une certaine distance entre lui et vous pendant que vous l'avez dans vos bras, ou si vous le tenez de manière à ce qu'il ne soit pas face à face avec vous. Comme nouveau-né, ce bébé détestera généralement se faire emmailloter.

Insatisfait et imprévisible

Il n'est pas possible d'apaiser le bébé aux besoins intenses de la même manière d'une fois sur l'autre. Souvent, une méthode efficace un jour ratera son but le lendemain. Comme le faisait remarquer une mère épuisée : « Juste au moment où je pense avoir gagné la partie, le bébé bouleverse toutes les règles du jeu. »

Il veut têter tout le temps

L'expression «horaire de repas» ne fait pas partie du vocabulaire du bébé aux besoins intenses. Ce bébé a besoin de périodes prolongées de succion non nutritive, simplement pour le réconfort, et il mettra du temps à se sevrer.

Il se réveille souvent

Ces bébés super-éveillés ne se calment pas aisément. Ils se réveillent fréquemment et récompensent rarement leur mère de siestes qui pourtant seraient les bienvenues. «Pourquoi ces bébés ont-ils de plus grands besoins que les autres pour tout, sauf le sommeil?» se lamentait une mère fatiguée.


Source : citation prise dans le livre du Dr Sears intitulé Que faire quand bébé pleure, vivre avec un bébé aux besoins intenses

Oui oui c'est un peu long tongue

Alors tout d'abord si je lance ce sujet c'est pour plusieurs choses.

Pensez- vous réellement en tant que parent que ces bébés existent ? Ou alors pensez vous que c'est le lot commun de chaque bébé ?



Pour ma part, après avoir lu tout ça j'ai été assez étonné de me dire que à 98% on aurait dit une description de mon fils... J'avoue m'être dit au départ : "c'est comme l'horoscope du général qui touche un peu tout le monde" mais après quelques lectures sur différent sites j'ai vraiment l'impression que c'est une réalité.

J'attend vivement vos avis de parents expérimentés pour m'éclairer big_smile

Hors ligne

 

   #2 07-11-2010 14:13:37

SentMaPapa
Membre
Date d'inscription: 11-04-2009
Messages: 2173

Re: Les bébés intenses utopie ou réelle existence ?

Je pense que ces bébés existent,
mais je pense aussi que le concept est utilisé par certains parents pour justifier d'agir comme s'ils l'étaient, que ca les arrangent de prétendre que leur enfants le sont.


Quand a cette description, comme tu le dis, c'est de l'horoscope.... honnêtement, j'avais un chien "bébé intense" ! lol
et étudiant, j'ai même connu des jeune filles qui, les samedi soir, correspondaient totalement a la  description ! lol

Franchement,
je crois que c'est complètement galvaudé.


"Les humains passent leur existence à l'intérieur d'un labyrinthe. S'ils arrivent à en sortir et s'ils n'en trouvent pas d'autre, ils en créent un. Quelle est cette passion pour l'épreuve ?"

Kerro Panille: Questions posées par l'Avata

Hors ligne

 

   #3 07-11-2010 14:27:31

_Tony_Papa
Membre
Date d'inscription: 12-01-2010
Messages: 220

Re: Les bébés intenses utopie ou réelle existence ?

Ahahah oui bon vu comme ça c'est sur que ça a l'air à la hauteur de l'horoscope.

Cependant quand j'entends d'autres parents autour de moi, leurs enfants ont peut être 30 à 60% de ces caractéristiques mais pas plus alors que le mien parait adapté parfaitement.

C'est surtout les bébés de l'entourage + les avis d'autre parents internet qui me laissent penser que c'est plus que de l'horoscope tout en sachant que chaque théorie a sa part de vérité et sa part de "généralité" si je puis dire.

Hors ligne

 

   #4 07-11-2010 17:53:15

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Les bébés intenses utopie ou réelle existence ?

En ce qui me concerne, je peux aussi dire sans mentir que mes deux filles collent carrément à la description officielle. Tout comme les bébés de toutes mes amies - à l'exception d'un seul. Et on trouve sur les forum pléthore de témoignages de mamans désemparées parce que leur bébé réagit comme un soit-disant "bébé intense".

Ceci pour dire que je pense qu'en fait, 99% des bébés ont des besoins affectifs intenses. Et ça me paraît parfaitement logique ! Vouloir rester dans les bras de maman, ne pas aimer le changement de température quand on passe des bras bien confortables de papa au lit tout froid etc me paraît très facilement compréhensible et logique.

En revanche, il existe bien des bébés aux besoins vraiment très poussés : mais il s'agit là presque d'une pathologie et ces besoins extrêmes sont souvent liés à un déséquilibre de la famille, de la mère ou du bébé. Cas franchement rare, donc, au regard de la majorité des bébés !

Comme Sentma, je crois que beaucoup se disent parents de "bébés intenses" pour chercher une explication scientifique à un comportement parfaitement normal - et se donner une bonne raison supplémentaire d'être harassés roll

Hors ligne

 

   #5 09-11-2010 10:49:33

LestatPapa
Membre
Date d'inscription: 16-06-2009
Messages: 2328

Re: Les bébés intenses utopie ou réelle existence ?

Je n'ai pas lu tout le pavé en détail (pas par manque d'intérêt mais de temps), mais le fait de "conceptualiser" ou de catégoriser les bébés me laisse perplexe... Je me méfie de ce genre de généralisation.
D'autant plus que chaque bébé est différent, et peut présenter de 1 à X traits présentés dans le pavé, et à différents degrés en plus. Alors à quel moment est-il considéré comme "intense" ou non ?

C'est un peu comme les bébés hypersensibles, indigo, cristal etc... on fait rentrer son bébé/enfant dans un moule et du coup l'on adapte notre propre comportement à son égard, en se disant qu'il faut agir ainsi, alors que peut-être que l'enfant ne présente que quelques uns des traits et ne nécessite pas qu'on s'y prenne différemment qu'avec un autre.
Au final est-ce que justement le bébé ne devient pas "intense" à cause du fait qu'à un moment ou un autre on s'y prend comme s'il l'était au départ ? smile Sachant que les bébés sont de vraies éponges et absorbent aussi bien les joies que les inquiétudes des parents...

Pour ma part mon fils colle très peu à la description - alors oui bien sûr il a ses "exigences", besoins, sensibilité etc et les exprime comme tous les bébés, mais pas de manière si forte, ni dès qu'il y a le moindre changement subtil dans son environnement (ou ça dépend des moments, de son état, etc).
Alors est-ce qu'on a eu de la chance, ou est-ce que notre manière de nous comporter en général à son égard a eu son effet afin qu'il ne soit pas "intense" (ou que son côté intense ne soit pas accentué), ou tout simplement un mélange des 2 (je penche pour cette dernière option)...

Hors ligne

 

   #6 13-11-2010 11:39:46

steff55Papa
Membre
Lieu: Belgique
Date d'inscription: 12-09-2010
Messages: 338
Site web

Re: Les bébés intenses utopie ou réelle existence ?

Salut.

Beau pavé, effectivement.

Rare sont les bébés qui aiment passer des bras au lit.
Quand on en a un qui reste collé à maman, c'est difficile à gérer. Toujours les bras occupés, pas possible de le laisser dans le parc ou dans les bras de quelqu'un d'autre... pas simple.
Ma femme a utilisé une écharpe de portage, et c'était réglé. Cela dit, il ne s'agissait pas d'un bébé aux besoins intenses comme décrit dans le texte... Quelques points identiques (cambrer, hurler quand pas dans les bras, se réveiller en sursaut au moindre bruit, pas d'horaire...) mais pas 24h/24 en full régime.
Oui, ils doivent bien exister. Mais, comme pour les martiens, je n'en ai jamais vu. ^^
(et je suis d'accord avec sentma, à savoir que cet argument est souvent utilisé comme excuse pour combler une difficulté des parents à assumer un enfant plus difficile)


www.ecozamours.com - le site des articles BIO/Eco/FairTrade pour tous

Hors ligne

 

   #7 19-11-2010 08:55:54

TihyaMaman
Membre
Lieu: Geneve
Date d'inscription: 14-07-2010
Messages: 78

Re: Les bébés intenses utopie ou réelle existence ?

Très intéressantes vos réponses smile

C'est vrai que catégoriser des types de bébés ne parait pas très pertinent.

Disons que pour Tony et moi, en tant que jeunes parents d'un bébé très demandeur, qui pleure pas mal et qui est collé à nous 24/24, quand on est tombé sur ces sites de bébés dits "intenses", on a été rassuré de voir qu'on avait pas un bébé extraterrestre et que, finalement, son comportement ne reflétait pas une mauvaise attitude de notre part à son encontre. C'est bête, mais en tous cas moi (Tony a plus confiance en lui dans sa paternité) j'avais une forme intense de culpabilité de ne pas savoir comment gérer ce petit bout d'homme tout sensible et qui surtout ne correspondait en rien aux expériences de notre entourage où de nos parents.

Notre fils pleure dès qu'on le laisse seul dans son berceau, tapis d'éveil ou transat. Au mieux, il y reste 10m. éveillé en gazouillant et en moulinant tout ce qu'il peut avec ses petites jambes. Et pis ensuite il pleure. Et jamais de la vie il s'endormira dans cet état. Du coup, ben on le prend contre nous et on cododote. Et là, tout le monde nous a dit "il faut le laisser pleurer, même 45m., même 1h, c'est pour son bien, il a besoin d'apprendre à être seul". Sauf qu'on refuse de le laisser hurler, devenir tout rouge, transpirer, parce qu'à un mois et demi il doit apprendre à être seul. En plus, il ne fait pas ses nuits et pleure souvent. Est-ce qu'on est de mauvais parents ? Et surtout est-ce qu'il va bien ce bébé ?

Quand j'entends ou lis des parents qui disent "mon bébé dort dans son berceau tout tranquillement" ou "il fait des nuit de 8h", soit j'ai envie de pleurer de jalousie soit je me dis que mon bébé tourne pas rond. Dans ces moments là, le concept de bébé intense, ça m'a juste rassurée.

Bon, et à force d'y penser, d'en parler entre nous, de lire vos expériences décomplexées sur le portage et le cododotage je me dis que peu importe que bébé soit intense ou pas, on doit se faire confiance dans notre manière de faire. Après tout, on est ses parents wink mais me faire confiance comme maman, c'est encore un peu dur parfois. Et accessoirement, je voudrais bien dormir une fois plus de 4h de suite, collée contre mon homme. Mais là, il faut pas rêver lol

Certains d'entre vous ont vécu ça aussi ? comment a grandi bébé ? comment vous vous êtes comporté avec lui ?

Dernière modification par Tihya (19-11-2010 09:50:20)


Maman d'un petit Evan né le 30 septembre 2010

Hors ligne

 

   #8 19-11-2010 11:04:53

LestatPapa
Membre
Date d'inscription: 16-06-2009
Messages: 2328

Re: Les bébés intenses utopie ou réelle existence ?

Tihya a écrit:

Notre fils pleure dès qu'on le laisse seul dans son berceau, tapis d'éveil ou transat. Au mieux, il y reste 10m. éveillé en gazouillant et en moulinant tout ce qu'il peut avec ses petites jambes. Et pis ensuite il pleure. Et jamais de la vie il s'endormira dans cet état.

Ca peut changer, votre bébé est encore tout petit (1,5 mois si je ne me trompe pas ?), et je pense qu'en tant que parent on peut avoir une influence là-dessus pour que ça évolue (dans le bon sens de préférence lol). Les "habituer" si je puis dire à pouvoir rester seul pendant un certain temps (je parle de 10-15-20 mins, selon les circonstances, pas de plusieurs heures lol), sans pour autant qu'il se sentent abandonnés.
Après bien sûr ça dépend des bébés, et aussi des jours... (le mien reste facilement seul pendant quelques temps, mais des fois il ne veut tout simplement pas, et me/nous le fait bien savoir !)

Tihya a écrit:

Du coup, ben on le prend contre nous et on cododote. Et là, tout le monde nous a dit "il faut le laisser pleurer, même 45m., même 1h, c'est pour son bien, il a besoin d'apprendre à être seul". Sauf qu'on refuse de le laisser hurler, devenir tout rouge, transpirer, parce qu'à un mois et demi il doit apprendre à être seul. En plus, il ne fait pas ses nuits et pleure souvent. Est-ce qu'on est de mauvais parents ? Et surtout est-ce qu'il va bien ce bébé ?

Je sais pas si ça peut vous aider, mais nous durant cette période on a opté pour une solution "mixte" - laisser pleurer mais par moments très courts, et régulièrement donner signe de vie pour montrer qu'on est là.
En pratique, au moment du dodo on commençait par le laisser pleurer 5 mins, puis on allait le rassurer (tout en le laissant dans le lit et éviter de trop le bouger), lui parler, caresser etc. Puis on repart -> il re-pleure, et là on attend 10 mins (faut limite chronométrer, car maman trouve le temps extrêmement long et est prête à y retourner après 2 mins en jurant qu'il s'est écoulé 1/2 heure lol), puis on y retourne, re-belotte câlins, paroles rassurantes, caresses etc, de nouveau sans le bouger. Et on repart, en le rassurant en partant : souvent il re-re-pleure (même si des fois ça suffisait), et là de nouveau attente entre 10-15 minutes. En général - sauf cas rares où vraiment il était inconsolable et qu'on a dû revenir 1-2-3x de plus, ou au final le prendre dans les bras car visiblement quelque chose n'allait pas  -, il s'arrêtait de pleurer durant cette 3ème session et s'endormait.
Ca a mis je dirais de mémoire 2-3 semaines pour que ce schéma s'installe et fonctionne quasi-systématiquement. Mais au final ça a clairement permis de l'habituer à ne pas "abuser" de pleurs, sachant que 1) il sait qu'on est là, qu'on n'est jamais loin de lui, et 2) il sait que ça ne sert à rien de pleurer pendant "des heures" sachant qu'on ne viendra pas le chercher "immédiatement".
Je crois que cette méthode est expliquée en détail dans le livre "Pour un sommeil paisible et sans pleurs" ou un truc du genre, mais on l'a appliquée au "feeling" sans lire le bouquin (mauvais élèves que nous sommes wink), et comme ça a marché, on n'a pas cherché plus loin.
Pour les très rares fois où ça s'est reproduit depuis et qu'il pleure dès qu'on le met au dodo, on a toujours appliqué le même schéma, et franchement le taux de réussite doit être bien au-dessus des 90% je pense.

Tihya a écrit:

Bon, et à force d'y penser, d'en parler entre nous, de lire vos expériences décomplexées sur le portage et le cododotage je me dis que peu importe que bébé soit intense ou pas, on doit se faire confiance dans notre manière de faire.

Tout à fait d'accord smile

Tihya a écrit:

mais me faire confiance comme maman, c'est encore un peu dur parfois.

Je sais pas si ça peut te rassurer, mais ma femme est un peu pareil selon les cas, surtout quand il s'agit d'être "dur" envers notre fils (le laisser pleurer même s'il s'agit de 5 ou 10 minutes, le gronder quand il fait des bêtises, etc), alors que perso je n'ai pas vraiment de scrupule à le faire. Du coup on se complète si je puis dire (gare cependant à ce que l'enfant n'exploite pas trop les failles de l'un ou l'autre, mais bon on verra bien en temps voulu wink)
Je pense que c'est juste une question de tempérament... et accessoirement d'hormones lol

Tihya a écrit:

Et accessoirement, je voudrais bien dormir une fois plus de 4h de suite, collée contre mon homme. Mais là, il faut pas rêver lol

Essayez la méthode que j'ai expliquée plus haut - si ça vous botte bien sûr wink - je pense que ça vaut la peine. Il faut être rigoureux c'est important, mais à mon avis en quelques jours vous "sentirez" déjà si ça peut fonctionner pour vous (et j'inclus non seulement le bébé, mais aussi Tony et toi wink ), ou non - auquel cas le cododo va très bien aussi wink

Dernière modification par Lestat (19-11-2010 11:10:40)

Hors ligne

 

   #9 24-11-2010 00:48:27

TihyaMaman
Membre
Lieu: Geneve
Date d'inscription: 14-07-2010
Messages: 78

Re: Les bébés intenses utopie ou réelle existence ?

Merci pour ta réponse Lestat wink et décidément je confirme, suivre une conversation sur un forum avec une seule main disponible, c'est très très dur !!

Lestat a écrit:

Je sais pas si ça peut vous aider, mais nous durant cette période on a opté pour une solution "mixte" - laisser pleurer mais par moments très courts, et régulièrement donner signe de vie pour montrer qu'on est là.
En pratique, au moment du dodo on commençait par le laisser pleurer 5 mins, puis on allait le rassurer (tout en le laissant dans le lit et éviter de trop le bouger), lui parler, caresser etc. Puis on repart -> il re-pleure, et là on attend 10 mins (faut limite chronométrer, car maman trouve le temps extrêmement long et est prête à y retourner après 2 mins en jurant qu'il s'est écoulé 1/2 heure lol), puis on y retourne, re-belotte câlins, paroles rassurantes, caresses etc, de nouveau sans le bouger. Et on repart, en le rassurant en partant : souvent il re-re-pleure (même si des fois ça suffisait), et là de nouveau attente entre 10-15 minutes. En général - sauf cas rares où vraiment il était inconsolable et qu'on a dû revenir 1-2-3x de plus, ou au final le prendre dans les bras car visiblement quelque chose n'allait pas  -, il s'arrêtait de pleurer durant cette 3ème session et s'endormait.
Ca a mis je dirais de mémoire 2-3 semaines pour que ce schéma s'installe et fonctionne quasi-systématiquement. Mais au final ça a clairement permis de l'habituer à ne pas "abuser" de pleurs, sachant que 1) il sait qu'on est là, qu'on n'est jamais loin de lui, et 2) il sait que ça ne sert à rien de pleurer pendant "des heures" sachant qu'on ne viendra pas le chercher "immédiatement".
Je crois que cette méthode est expliquée en détail dans le livre "Pour un sommeil paisible et sans pleurs" ou un truc du genre, mais on l'a appliquée au "feeling" sans lire le bouquin (mauvais élèves que nous sommes wink), et comme ça a marché, on n'a pas cherché plus loin.
Pour les très rares fois où ça s'est reproduit depuis et qu'il pleure dès qu'on le met au dodo, on a toujours appliqué le même schéma, et franchement le taux de réussite doit être bien au-dessus des 90% je pense.

Waw smile 90% de réussite, c'est carrément génial. J'avais lu des trucs sur cette méthode effectivement, mais je pensais pas que ça marchait aussi bien ! C'est vrai que c'est une solution qui pourrait nous convenir, même si pour être honnête, imaginer le laisser pleurer 5m. ça me fait des sueurs froides dans le dos d'avance lol

Plus sérieusement, ce qui me bloque dans la mise en place de cette approche à l'heure actuelle c'est que quand on le pose dans son berceau et qu'il pleure, la première minute c'est des pleurs "de base" (je sais pas trop comment expliquer... il pleure, il est pas content, c'est fort mais on dirait pas qu'il souffre) mais assez rapidement si on le prend pas, il monte en puissance et il se met littéralement à hurler, s'étouffer, transpirer, s'égosiller. Donc à ce moment là, bien sûr on le prend et ensuite il faut généralement entre 10m. et 30m. pour réussir à le calmer avec des câlins, bercements, tétine, etc. On dirait vraiment qu'il panique totalement et du coup on a l'impression de faire souffrir notre fils, c'est atroce. Toi, ton fils il faisait quel type de pleurs ?

Et autre chose aussi qui fait que je ne vois pas comment mettre en place cette approche, c'est que notre fils ne se calme pas tout seul dans son berceau s'il pleure et qu'on vient le rassurer. On a tenté de lui mettre la tétine dans la bouche dans le berceau, le bercer avec la main sur le torse, lui chanter une chanson, lui parler, mettre le mobile qui fait de la musique classique et de la lumière douche, etc. Eh ben tant qu'on le prend pas dans nos bras, il se passe ce que j'ai décrit juste avant hmm le tiens, si j'ai bien compris, il se calmait dans son berceau et repleurait dès que vous partiez ?

Lestat a écrit:

Tihya a écrit:

mais me faire confiance comme maman, c'est encore un peu dur parfois.

Je sais pas si ça peut te rassurer, mais ma femme est un peu pareil selon les cas, surtout quand il s'agit d'être "dur" envers notre fils (le laisser pleurer même s'il s'agit de 5 ou 10 minutes, le gronder quand il fait des bêtises, etc), alors que perso je n'ai pas vraiment de scrupule à le faire. Du coup on se complète si je puis dire (gare cependant à ce que l'enfant n'exploite pas trop les failles de l'un ou l'autre, mais bon on verra bien en temps voulu wink)
Je pense que c'est juste une question de tempérament... et accessoirement d'hormones lol

Oui j'avoue ça me rassure smile je sais pas si c'est les hormones ou le chamboulement psychologique qu'induit la naissance de ce bébé, ou les deux... mais je suis retournée émotionnellement, c'est très brutal lol

PS : ouioui, notre ptit chou a 7 semaines, tu te souviens bien (quelle mémoire !) tongue

Dernière modification par Tihya (24-11-2010 00:51:56)


Maman d'un petit Evan né le 30 septembre 2010

Hors ligne

 

   #10 24-11-2010 08:12:59

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Les bébés intenses utopie ou réelle existence ?

Tihya : ton fils me rappelle notre aînée ! C'était exactement ça : plus on la laissait pleurer, plus elle s'énervait, parfois à en vomir littéralement. La seule fois où on l'a laissée pleurer plus de 10 minutes, elle nous a fait les fameuses convulsions du nourrisson - une sorte de spasme géant sur tout le corps, très impressionnant ! Du coup, on a galéré un peu les 6 premiers mois avec tous les couchers (sieste et dodo), puis c'est allé mieux d'un seul coup sans qu'on change rien nous-même. Je suppose qu'à un moment, elle a été prête, tout simplement.

Notre 2ème est comme Néo : tant qu'on respecte son rythme naturel, c'est un amour ! Pas de pleurs, pas de difficulté outre mesure au coucher : on la berce un peu, on la couche après un gros câlin, petite musique, petit câlin sur la tête et entre les yeux et on sort. Parfois, elle plonge directement, parfois on doit la laisser chouinouiller 5-10 minutes et plouf elle s'endort. Et on ne peut pas appeler ça vraiment pleurer, plutôt geindre : comme des petits miaulements de chat long et appuyés, tu vois ?

Bref, je pense que ke caractère et les besoins de nos bébés sont différents selon les bébés, tout bêtement, et que certaines méthodes marchent pour tel type de bébé et certaines pour d'autres.

La seule "méthode" qui marchait pour notre aînée, c'était l'écharpe : elle s'y endormait en 3 minutes (sauf en cas de coliques, qui étaient malheureusement fréquentes). Puis il fallait la coucher avec l'écharpe pour éviter le changement brutal de température entre corps de maman et dodo tout froid. Parfois, le simple fait de passer de la position verticale à la position couchée la réveillait : endormissement dans les bras en position verticale (elle la préférait), puis quand elle est endormie passage en position couchée dans les bras, puis quand on sentait sa petite tête bien lourde sur notre bras, au dodo qu'on avait préchauffé avec un coussin de noyaux de cerises (n'importe quelle bouillotte fait très bien l'affaire, mais nous on avait déjà ça alors bon roll). Le coucher pouvait durer 30 minutes, du coup, pour une sieste de 30 minutes. Pas très rentable, mais bon...
A 6 mois, il fallait l'endormir dans les bras, mais elle continuait à dormir une fois couchée sans problème. A 9 mois, je la couchais et elle jouait avec ses doudous & tétouilles puis s'endormait seule. Aujourd'hui (18 mois) je lui dis "viens ma chérie, tu vas pouvoir faire une petite sieste avec Copain Lapin" et elle monte toute seule et avec le sourire dans sa chambre. Là, on reprend le rituel qu'on a depuis sa naissance : câlin, on donne Copain Lapin + tétouille, on tire le rideau (on ne ferme pas le volet) et on dit au-revoir à la lumière, puis je la pose dans son lit comme elle le veut elle (souvent debout), je lui redis que je l'aime et lui souhaite une bonne sieste de petit coeur, et je sors. Elle fait ce qu'elle veut, mais je ne retourne pas la chercher avant son réveil, souvent 2h30 après, parfois 3. Elle ne pleure jamais, mais elle joue, gazouille, secoue son lit, lance ses tétouilles etc. Tant qu'elle finit par s'endormir, ça ne me dérange pas du tout ! lol

Pendant un temps, quand elle avait 4 ou 5 mois, la sieste en cododo avec Maman lui faisait beaucoup de bien (et à moi aussi !). Je m'allongeais sur le côté en la nichant dans le creux de mon bras de façon à ce que le haut de sa tête touche mon aisselle et que son nez touche au sein : elle plongeait toujours très vite, dans ce cas-là smile)

Depuis 2 semaines, nos deux puces font leur sieste d'après-repas en même temps et chacune dans sa chambre, et elles s'endorment entre 20h30 et 21h au plus tard, dans leur lit. Ouf ! Rien n'est perdu, tu vas y arriver, même si vous galérez un peu pendant quelques mois. Garde courage et patience : on n'a de toute façon jamais vu d'ado qui ne dorme pas ou qui réclame les bras pour aller au lit ! lol

Hors ligne

 

Pied de page du Forum

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2008 PunBB


Copyright © 2001-2009 JeunePapa.com


Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Poussette

1596773037