#1 15-12-2011 15:20:24

AlexVIFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 15-12-2011
Messages: 81

Agressivité de ma compagne

Bonjour,

Je suis avec ma compagne depuis un peu plus de deux ans et demi. Lorsque je l'ai connu, elle s'était séparé récemment de son ex compagnon avec qui elle avait eu un enfant.

J'ai immédiatement "adopté" le petit bonhomme.

Cependant, déjà, elle avait un caractère difficile à supporter. J'avais mon propre appartement mais je dormais chez elle la majeure partie du temps. Lorsque je rentrais le soir il n'y avait pas de convivialité, peu d'échanges et j'avais l'impression d'être une gêne plus qu'autre chose.

Pourtant, lorsque je rentrais une soirée chez moi je lui manquais.

Elle me donnait l'impression d'être constamment à cran, constamment fatiguée... je mettais ça sur le compte de sa situation et de notre situation. Je lui ai donc proposé qu'on s'installe ensemble.

Nous avons trouvé un appartement très proche du sien et très agréable. Puis elle a trouvé un emploi à plein temps. C'était un métier difficile psychologiquement et petit à petit elle devenait tout simplement invivable. Elle était constamment en train de me faire des reproches pour tout et pour rien.

Je passais derrière elle dans la cuisine pour aller au lavabo et boire un verre ? Elle grognait.
Je me couchais après elle ? Forcément je l'avais "empêché" de dormir et elle me le reprochait.
Le moindre geste d'affection était repoussé et perçu comme une agression par elle.

C'est très difficile de donner des exemples concrets car c'est forcément très subjectif mais si je ne suis pas parfait, loin de là, je faisais le maximum le soir pour essayer de l'écouter. Mes problèmes à moi elle n'en tenait pas compte et les traitait comme des caprices d'enfant gâté.

Ca a duré quelques mois comme ça avec quelques explosions de ma part jusqu'au jour où je lui ai dit qu'on allait droit dans le mur et qu'il était hors de question que je fasse un enfant avec elle si c'était pour vivre dans ses conditions.

Elle s'est calmée, je l'ai aidé à trouver un travail stable et reposant psychologiquement avec un salaire qu'elle n'aurait jamais pu espérer autrement.

Puis elle a arrêté arbitrairement la pilule. J'aime les enfants et si je n'étais pas alors capable de dire à haute voix que j'en voulais un, je ne me suis pas opposé au fait qu'elle ne prenne plus la pilule. Tacitement donc, je donnais mon accord.

Elle est donc enceinte, travaille dans de bonnes conditions avec des horaires souples qui lui permettent de chercher son fils elle même alors qu'avant c'était la nounou qui s'en chargeait. Elle gagne relativement bien sa vie et peut envisager l'avenir sereinement.

Mais ça recommence. Pour moi c'est tout simplement insupportable. Je ne peux pas lever le petit doigt sans qu'elle me le reproche. Ce n'est pas forcément dit. Ca peut être simplement une attitude, un air de reproche, les sourcils qui se froncent ou un souffle exaspéré. Mais c'est presque tout le temps.

Je l'embrasse en partant ? Je me tiens trop droit et je prends un air snob...
Je renverse un peu d'eau ? Elle me fusil du regard.

POURQUOI NE DEMANDE-T-ELLE PAS LES CHOSES AU LIEU DE ME LES REPROCHER ???

Constamment je lui fais comprendre qu'elle m'agace. Soit je lui dit soit mon attitude le montre.
Mais elle se calme un peu avant de reprendre de plus belle.

Ce qui m'inquiète c'est que depuis que je la connais elle est comme ça. Elle essaie bien de prétexter que c'est la grossesse mais je ne l'ai que rarement connu autrement.

Lorsque je lui tient tête, elle continue l'agression jusqu'à dire des choses blessantes. Je suis obligé à chaque fois de me restreindre pour ne pas dire des choses horribles. J'essaie aussi de prendre ça à la plaisanterie avec elle pour dédramatiser.

Mais la répétition de ces petits riens devient invivable à force. Je suis bien conscient de mes propres défauts mais sommes toutes, ce sont les défauts habituels des mecs. Je fais donc en sorte par exemple de participer le plus possible aux taches ménagères. Je fais la vaisselle tous les jours, je m'occupe du petit en le sortant du bain quand je rentre le soir et en le mettant en pyjama, je mets la table, je la débarrasse, je l'aide à passer l'aspirateur le week end et je passe régulièrement la serpillière.

Bref...

J'ai le sentiment qu'elle passe son temps à me culpabiliser et à essayer de me rabaisser. J'ai souvent le sentiment d'être un colocataire. Je suis là et je dois être là mais rien de plus...
Je suis impulsif et je me dis souvent que enfant ou pas enfant, si elle continue, je me barre...

Quant au sexe, nous avons fait souvent l'amour au début mais rapidement les relations se sont espacées. Pendant ses périodes difficiles professionnellement je ne pouvais même pas la toucher : j'avais l'impression de la dégouter. Aussi, lorsque nous tentions de faire l'amour, c'était un échec : je ne me sentais pas à l'aise.

Aujourd'hui encore c'est difficile. Elle me tient souvent un discours caricatural sur les hommes qui "ne pensent qu'à ça"... J'ai beau essayer de lui expliquer que c'est elle que je désire, j'ai tout le temps l'impression qu'elle voudrait que j'ai honte d'avoir du désir pour elle. Ca en devient même malsain.

J'en arrive à comprendre pourquoi son ex copain (le père de son fils) l'a trompé...

Bon, je suis désolé je balance tout ça un peu en vrac mais c'est vraiment pesant. Et si je raconte tout ça c'est aussi parce que l'aime malgré tout. Quand elle est souriante et de bonne humeur je l'adore...

En ligne

 

   #2 15-12-2011 21:28:31

Mafalda
Membre
Date d'inscription: 25-10-2007
Messages: 1418

Re: Agressivité de ma compagne

en lisant ton histoire la 1ere chose qui me vient c'est "pourquoi tu ne l'as pas quitté avant qu'elle tombe enceinte???"
elle est CHIANTE, enceinte ou pas, et elle le restera!
et puis les 1ers mois avec BB sont tjs difficiles, avec la fatigue tu vas avoir des envies de meurtre! et réciproquement... bref, c'est mal barré ton affaire là...
Apres ca reste mon avis mais bon, je ne le sens pas du tout.


Lilypie Kids Birthday tickers

Lilypie Third Birthday tickers

Hors ligne

 

   #3 19-12-2011 09:56:56

AlexVIFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 15-12-2011
Messages: 81

Re: Agressivité de ma compagne

Bonjour Mafalda,

Pourquoi je ne me suis pas barré ? Probablement parce que je tiens malgré tout à elle.
J'ai beaucoup voyagé, j'ai souvent été très seul et je pense que lorsque je l'ai rencontré j'étais dans une phase où j'avais envie de me stabiliser aussi affectivement.

Il y a aussi une autre explication : je n'ai pour ainsi dire jamais vécu en couple avant elle. Ce que me disent les gens autour de moi à propos des reproches que je peux lui faire est que : "c'est ça les femmes, c'est ça la vie en couple..."

Bien que je trouve ça un peu caricatural et que ça ne corresponde pas à l'idée que je me fais de la vie en couple je n'ai pas réellement d'éléments pour juger.

Je suis peut être trop fier ? Peut être ais je la tête trop dur ? Mais je ne crois pas. Elle fait sans doute beaucoup d'efforts mais j'en fais beaucoup aussi.

Surtout, encore une fois, ce que je ne comprends pas c'est que quoi que je fasse, quoi que je dise en ce moment, c'est forcément nul. Elle n'est pas parfaite elle non plus. Et ça me gonfle parce que j'en arrive à avoir des réactions caricaturales moi aussi. J'ai l'impression d'avoir une mégère à la maison qui m'engueule parce que je n'ai pas chaussé mes patins pour marcher sur le parquet (c'est une image !).

Bref... ce site me permet de me livrer mais je sais bien que je suis le seul à pouvoir me décider. Seulement ça me fout la trouille de me dire que je serais capable de la larguer. Et de me dire ça alors qu'elle est enceinte. En ce moment, j'en suis à planifier quasiment : elle accouche, je reste quelques temps pour l'aider puis je me barre...

Ca me fait bizarre d'écrire ça...

En ligne

 

   #4 19-12-2011 20:51:10

Mafalda
Membre
Date d'inscription: 25-10-2007
Messages: 1418

Re: Agressivité de ma compagne

de toute façon la communication dans votre couple n'est pas la bonne puisque dès que tu essaies d'exprimer ce que tu ressens vis a vis de son comportement elle t'envoie chier... et je pense que du coup tu n'arrives meme pas à lui dire jusqu'au bout ton ressenti.
A mon avis, l'ideal serait de lui ecrire une lettre en lui remémorant la femme dont tu es tombé amoureux, celle que tu aimais et que tu souhaiterais aimer encore au moins 20 ans.
Dis lui que tu commences à craquer, que tu ne supportes plus ces réprimandes quotidiennes, ces engueulades, cette tension perpétuelle dnas votre foyer et que tu as peur de ce qui pourrait se passer par la suite.
Ne lui fais pas des menaces du style "change de comportement sinon je me casse", a mon avis ca va faire effet inverse.

Par contre je suis désolée mais tes potes qui te disent que "c'est ca les femmes mon vieux! toutes des casses couilles..." ils doivent aussi avoir des mégères a la maison!!! c'est pas ca un couple... un couple c'est la zen attitude au foyer! ca n'empeche pas les engueulades de temps en temps mais ce n'est pas du harcelement au quotidien.


Lilypie Kids Birthday tickers

Lilypie Third Birthday tickers

Hors ligne

 

   #5 20-12-2011 08:16:25

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 8987
Site web

Re: Agressivité de ma compagne

Bonjour Alex !

Même question que Mafalda, même si je comprends que l'amour fasse parfois faire des choses irrationnelles. Ici, toutefois, il s'agit de l'avenir d'un enfant, et l'amour seul ne suffit pas dans ces cas-là. Tu t'en rends d'ailleurs bien compte au quotidien : c'est déjà compliqué maintenant, qu'est-ce que ça va être avec les nuits hachées, les coliques du nourrisson, les remises en question éducationnelles etc... ! Il serait important de trouver rapidement un canal de communication en tant que couple avant la naissance.

Je vois deux raisons possibles à cet état de faits :
- vous n'avez jamais été un couple, mais d'emblée un couple parental. C'est un facteur de stress immense, et il faut beaucoup de temps, de patience et d'amour pour apprendre à connaître une personne sous toutes ses facettes d'un seul coup. D'autant que toi, tu as dû simultanément apprendre à être un papa (même si "seulement" de substitution) !
- ta compagne sortait juste d'une relation visiblement difficile et a dû faire le deuil d'un rêve de vie de famille en même temps qu'elle apprenait à créer un nouveau rêve de communauté autour de vous 2 (/3). Pas évident non plus !
- Sa réaction me fait clairement penser à un mécanisme d'auto-défense : tu va me quitter de toute façon, tu vas me faire souffrir, alors je te pourris la vie maintenant - au moins, tu partiras vite et je serai seule, sans personne pour me faire du mal. Ce n'est probablement même pas vraiment conscient...

Dans votre situation, à part une médiation familiale, je ne vois pas de solution acceptable sur le moyen terme (5 ans, en gros). Bien sûr, tu pourrais t'écraser ou l'écraser elle : mais ce ne serait pas sain pour le couple. Vous avez besoin de deux choses : travailler individuellement sur vos comportements (toi aussi, probablement, puisque quelque chose dans ta façon d'être suscite chez elle ce réflexe d'auto-destruction : tu es peut-être trop séduisant, par exemple ?) et ensuite travailler sur votre communication de couple. Et là, il faut une base de bonne volonté des deux côtés... et du sien, ça paraît à première vue compliquée. Donc à part une tierce personne formée à ce genre de problème, je ne vois pas.

En ligne

 

   #6 20-12-2011 10:19:41

AlexVIFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 15-12-2011
Messages: 81

Re: Agressivité de ma compagne

Bonjour,

Merci pour ta réponse. Tu me permets de prendre le recul que je ne trouve plus en ce moment.

A bien y réfléchir, il est évident qu'il y a de l'affection entre nous.

Mais effectivement nous n'avons pas choisi la facilité. J'étais un vieux célibataire endurci, elle était jeune mère tout juste séparée. Je viens d'un milieu assez bourgeois tandis qu'elle est fille d'immigrée avec toutes les galères que ça implique pour elle et ses parents. Mes parents sont assez intellos. Pas les siens. Mes parents sont encore ensemble après 40 ans de mariage et nous sommes une famille unie. Elle ne connait pas ça : elle n'a que sa mère en France.

Bon... mais ça c'est loin d'être insurmontable pour peu qu'on soit l'un et l'autre ouverts d'esprit.

Surtout, elle a vécu deux traumatismes majeurs dans sa jeunesse qui expliquent probablement en grande partie son comportement. C'est aussi pour ça que je me suis montré patient.

Quant à moi, j'ai eu une jeunesse passionnante car j'ai beaucoup voyagé. C'est aussi d'une certaine manière un traumatisme car, outre les difficultés de constitution de la personnalité, je n'ai jamais construit d'environnement affectif stable. Je m'en suis accommodé mais je crois qu'elle doit sentir que potentiellement, je suis beaucoup plus "libre" qu'elle. Je peux refaire ma vie, changer de ville, de pays, de métier à ma guise. J'ai fait ça tout le temps...

Lorsque je l'ai connu, je rentrais d'un pays très lointain. J'ai eu beaucoup de mal à me ré-adapter à la vie dans un pays développé : la consommation partout, le métro, la superficialité des rapports humains en ville, la non reconnaissance de mes expériences humaines et professionnelles très riches sur le marché du travail... c'est là que j'ai décidé de me sédentariser.

En gros, on s'est stabilisé mutuellement. Elle m'a permis et me permet d'être moins impulsif. Je la rassure sur elle même, lui redonne confiance en elle et lui apporte moi aussi de la stabilité.

Deux écorchés vifs qui se trouvent.

Ca c'est la version générique. Ensuite, au quotidien, les problèmes que j'ai évoqué se posent :

- manque de confiance de sa part peut être et donc agressivité.
- impulsivité de ma part et capacité à pouvoir tout larguer, ou tout au moins d'envisager de le faire : on avait déjà eu une rupture d'un mois à ma demande parce que je n'en pouvais plus de ses humeurs. Sur le coup, elle n'avait pas compris et assimilé ça à un caprice adolescent alors que j'avais régulièrement évoqué le problème.

Tout ça je l'ai mesuré il y a quelques temps déjà mais je m'efforce tout le temps de la rassurer :

- non je n'ai aucune envie de te tromper
- non je ne vais pas partir du jour au lendemain

Je suis plutôt une bonne pâte et je suis prêt à admettre mes défauts. Mais dans le calme. Dans la discussion... Et surtout, j'ai horreur qu'on projette ses propres angoisses, ses propres traumatismes sur moi.

J'ai suffisamment à faire avec les miens.

Finalement, je crois que Mafalda à raison : chiante elle est, chiante elle restera. Le problème est de savoir si je pourrais accepter ça sur le long terme.

En ligne

 

   #7 20-12-2011 10:34:11

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 8987
Site web

Re: Agressivité de ma compagne

AlexVI a écrit:

- manque de confiance de sa part peut être et donc agressivité.

En dehors de son vécu personnel, à ton avis est-ce que quelque chose dans ton comportement pourrait l'amener à douter de toi ?
Manque de confiance dans quel domaine ?

AlexVI a écrit:

- impulsivité de ma part et capacité à pouvoir tout larguer, ou tout au moins d'envisager de le faire

AlexVI a écrit:

- non je ne vais pas partir du jour au lendemain

A mon avis, ces deux phrases sont contradictoires. Si ce risque existe et que tu le nies, il y a un gros décalage entre ce qu'elle ressent de toi et de ta personnalité et ton discours, d'où insécurité. Il serait peut-être plus constructif de lui dire "non, je n'ai pas envie de partir. Mais oui, il se pourrait que je le fasse si je suis trop mal à l'aise dans mon quotidien".

Et surtout, j'ai horreur qu'on projette ses propres angoisses, ses propres traumatismes sur moi.

C'est normal, mais c'est aussi humain : on fat des expériences, on acquiert des réflexes de protection... et on les applique dans son quotidien. L'expérience dit qu'une voiture qui roule trop vite n'aura pas le temps de s'arrêter au passage piétons : on projette l'expérience sur tous les automobilistes, même si une fois de temps en temps il y en a un qui saurait s'arrêter.
Utiliser une expérience personnelle pour structurer son quotidien, c'est la conséquence logique de tirer une leçon de ses erreurs et de son vécu. Il faut seulement faire la distinction entre le bon sens et la condamnation sans préavis de l'autre, sans tenir compte de sa personnalité.

Finalement, je crois que Mafalda à raison : chiante elle est, chiante elle restera. Le problème est de savoir si je pourrais accepter ça sur le long terme.

Pas nécessairement, mais il est fort peu probable que les choses changent d'elles-mêmes, subitement, au bout de pratiquement 3 ans sans vraiment de changement. Et dans tous les cas, pas au moment d'une grossesse : pour toutes, c'est le moment d'une remise en question. Pour certaines, ça implique évolution et maturation. Pour d'autres, en particulier pour celles qui se sentent déjà insécurisées, c'est surtout le moment de nidifier, de se réconforter en retombant dans des schémas connus et maîtrisés.

En ligne

 

   #8 20-12-2011 10:51:34

AlexVIFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 15-12-2011
Messages: 81

Re: Agressivité de ma compagne

Re ^^

Je médite tes remarques.

Merci pour ta réponse si rapide.

En ligne

 

   #9 20-12-2011 16:06:24

AlexVIFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 15-12-2011
Messages: 81

Re: Agressivité de ma compagne

"En dehors de son vécu personnel, à ton avis est-ce que quelque chose dans ton comportement pourrait l'amener à douter de toi ?"

--> Pour ce qui est des femmes : je suis charmeur mais je suis incapable de tromper ma compagne. J'ai eu beaucoup d'aventures avant de la connaitre et je sais que je ne veux plus de ça. On en a souvent parlé mais elle a du mal à faire confiance aux hommes : son ex l'a trompé alors qu'elle était enceinte et plus jeune, elle a eu de mauvaises expériences avec les mecs. Elle est très jolie a du surement être confronté a des abrutis...

Je lui témoigne tous les jours mon affection par de petits gestes : caresse furtive sur l'épaule, baiser... mais elle semble fuir ces signes de tendresse. Quand je lui dit je t'aime elle me répond "n'emploie pas de gros mots..."

Je crois que ses traumatismes sont durables et qu'elle ne peut pas faire confiance aux hommes. Qu'elle se cache à elle même par peur de souffrir.

--> Je m'angoisse pas mal pour mon / notre avenir. J'ai un profil professionnel très particulier. Je suis un touche à tout. Donc très polyvalent. Et ça ne plait pas sur le marché du travail français qui est très psychorigide. DONC je cherche à changer de boulot mais je ne sais pas trop dans quelle direction aller. De plus, confronté aux refus des employeurs pour des jobs qui me plaisent, je me prend de plein fouet le blocage de ascenseur social. Je sens que j'ai des capacités inexploitées, que j'aurais pu avoir une carrière et une vie bien plus riches et j'ai du mal à faire le deuil de cette vie là.

Elle doit probablement croire que je suis avec elle par dépit. Ce qui n'est pas le cas. Je ne me sens pas à l'aise avec les gens trop sophistiqués et la simplicité, le naturel de ma compagne est pour moi un élément important. Mais j'aimerai pouvoir accéder à des postes mieux rémunérés, plus prestigieux et plus en accord avec mes capacités.

On en a souvent parlé. Au début elle ne comprenait pas. Maintenant qu'elle connait mon environnement familial je pense qu'elle saisit mieux ce que je voulais dire.

--> Tu as raison de pointer mes contradictions. Je dois probablement dégager quelque chose de très impulsif / instable qui ne doit pas la rassurer.

"A mon avis, ces deux phrases sont contradictoires. Si ce risque existe et que tu le nies, il y a un gros décalage entre ce qu'elle ressent de toi et de ta personnalité et ton discours, d'où insécurité. Il serait peut-être plus constructif de lui dire "non, je n'ai pas envie de partir. Mais oui, il se pourrait que je le fasse si je suis trop mal à l'aise dans mon quotidien". "

--> Tu as parfaitement raison. Ceci étant, je ne l'ai jamais menacé de partir. J'ai orienté la discussion plutôt dans le sens que tu lui donnes. Par exemple, après qu'elle m'ait dit vouloir un enfant, nous avons eu une discussion pendant laquelle je lui ai expliqué que son comportement me faisait peur pour l'avenir et que je ne me voyais pas éduquer un enfant dans ces conditions. Je lui ai alors trouvé un autre boulot en pensant qu'elle se sentirait plus rassurée et donc moins agressive.

--> Partant de là, peut être que je ne dois pas réussir à la rassurer pleinement. Mais elle est aussi  très stressée naturellement.

"Pas nécessairement, mais il est fort peu probable que les choses changent d'elles-mêmes, subitement, au bout de pratiquement 3 ans sans vraiment de changement. Et dans tous les cas, pas au moment d'une grossesse : pour toutes, c'est le moment d'une remise en question. Pour certaines, ça implique évolution et maturation. Pour d'autres, en particulier pour celles qui se sentent déjà insécurisées, c'est surtout le moment de nidifier, de se réconforter en retombant dans des schémas connus et maîtrisés."

--> oui je comprends ce que tu me dis. Il y a des jours où je me dis : "Elle est comme ça, tu as toi aussi tes défauts alors accepte la comme elle est."

Mais ce n'est pas tout le temps facile... Quand j'ai appris qu'elle était enceinte j'étais surpris mais heureux. Je le suis encore. Mais j'ai une trouille bleue de m'enfoncer dans une petite vie étriquée. Ou tout au moins que moi je considère comme étriquée.

Peut être est ce qu'elle le sent ? Et ça pourrait aussi être un motif de stress pour elle.

ENFIN dernière solution : on s'aime mais nous ne sommes pas forcément compatibles...

En ligne

 

   #10 02-01-2012 10:11:18

AlexVIFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 15-12-2011
Messages: 81

Re: Agressivité de ma compagne

Bonjour,

Je n'attends pas de réponse particulière. J'écris essentiellement pour me libérer. Ne m'en veuillez pas si tout semble confus.

Ainsi que je l'ai écrit, je suis en relation avec une fille depuis 3 ans environ. Nous attendons un garçon. Je suis très heureux de devenir père et ma compagne ayant déjà un fils, je sais que je ne me débrouille pas trop mal.

Je me suis surpris à me comporter comme un papa poule. Le petit devient de plus en plus attendrissant. J'adore voir ses expressions lorsqu'il parle. Je m'occupe de lui lorsque je me réveille en lui donnant son petit déjeuner. Le soir, je lui donne le bain pendant que sa mère prépare à manger. Je mets la table avec lui puis je débarrasse et je fais la vaisselle.

Pour ne pas peindre un portrait trop idéaliste, j'ajoute que je manque parfois de patience. Il m'arrive d'avoir des réactions brusques lorsque le garçon ne veut pas s'habiller, lorsqu'il est fatigué et fait des caprices... Je ne suis jamais violent. Mais je peux être brusque.

Cependant, dans l'ensemble, je pense être un bon père.

En tant que compagnon, je suis tendre et attentionné. Sans l'être trop. Lorsque quelque chose ne me plait pas, je le fais sentir (je suis incapable de masquer ce que je pense : on lit facilement en moi) ou je le dis. Il m'arrive parfois de laisser les choses se faire jusqu'à ce que ma patience arrive à sa fin. Dans ces cas là j'explose. Jamais brutalement. Mais de manière très ferme.

Ma compagne n'est absolument pas démonstrative. Bien que cela me pèse, j'ai été obligé de l'accepter. Difficilement car j'ai le sentiment de quémander un bisou, un geste d'affection... Sa mère a été éduquée à l'ancienne et lui a transmis ça. Ainsi, je me retrouve bien malgré moi à avoir parfois des gestes maladroits, enfantins. Face à un bloc de glace, je ne sais parfois plus embrasser sur le front ou sur la joue. Ce n'est pas systématique loin s'en faut. Mais il peut arriver qu'ayant obtenu un baiser, j'en veuille un deuxième et que maladroitement, je l'embrasse sur l'oeuil car elle a déjà commencé à tourner la tête.

Je précise toutefois que je ne suis pas collant. Je ne suis pas tout le temps en train de réclamer ces gestes d'attention. Je le fais quand j'ai l'impression que c'est le bon moment.

Mais là est le problème : ce n'est jamais réellement le bon moment. Je me retrouve donc à guetter les humeurs de ma belle.

Lassé, j'ai tenté de feindre la distance physique. Je restais attentif, impliqué mais je ne m'approchais pas d'elle. Ca n'a pas réellement marché. Je continu malgré tout à le faire de temps en temps. Ne serait ce que par fierté.

Sexuellement, c'est très difficile. Nous avons rarement d'excellents moments. Mais la majeure partie du temps, je ne peux pas la toucher sans qu'elle ait une réaction de rejet. Lorsque je dis toucher, c'est très chaste. Je ne lui colle pas la main aux fesses ou sur les seins ! Il s'agit plutôt d'une main sur la cuisse, sur la hanche. Mais les réaction sont toujours les mêmes : soit elle s'éloigne, elle ne bouge absolument pas, soit elle me rejette en me disant que j'appuie trop ou que je la chatouille...

Elle ne veut pas feindre. C'est tout à fait respectable. Quand elle n'a pas envie c'est évident. Il est arrivé de nombreuses fois que l'on commence à faire l'amour puis que l'on arrête en plein milieu car elle baille aux corneilles (!) et n'est absolument pas dedans... Je vous laisse imaginer à quel point ça peut être destructeur pour l'ego...

Je ne vous décris pas les rares fois où ça a bien marché. Ce qu'il faut en retenir c'est qu'en trois ans, ça a du arriver une 10 aine ou une 15 aine de fois. Tout le reste est échec ou médiocre.

La dernière fois que nous avons essayé, elle était tendue, mal à l'aise alors qu'elle était demandeuse. Elle a finit par me regarder en me disant "avec ton ventre on dirait que tu es enceinte toi aussi". Je précise que je mesure 1,80m pour 80 kg. Je ne suis certes pas un Apollon mais je suis très loin d'être ventru... et de toutes les manières peu importe. Un simple : "écoute je n'arrive pas à me mettre dedans" suffisait amplement.

Or donc, moi qui avait une grande confiance en moi sexuellement, je l'ai presque totalement perdu avec elle.

Alors comme la plupart des hommes, je regarde des vidéos porno sur internet. Elle n'aime pas ça bien qu'elle fasse semblant de tolérer. Elle est très souvent fatiguée. Elle l'était avant d'être enceinte. Je me couche donc plus tard qu'elle. lorsqu'elle va à 10h30 au lit, je reste devant mon ordinateur. Je surf un peu, je joue un peu et il m'arrive fréquemment de me masturber.

Ses repproches ne sont jamais directs. Elle va me dire d'un air entendu : "Tu vas rester devant ton ordinateur comme d'habitude."

Nous en avons discuté. Je lui ai expliqué que c'était purement physique. Que je la désirais elle. Face à ses angoisses sur ma fidélité, alimentées par mes masturbations nocturnes, j'ai mille fois tenté de la rassurer. Je lui explique que je ne désire personne d'autre, que je me sens incapable de la tromper, que j'ai eu une vie sexuelle riche auparavant et que le choix d'être en couple, je l'assume parfaitement.

Puis, sans chercher à trop mettre la pression, je termine en lui expliquant que pour moi la vie sexuelle en couple est importante.

La plupart du temps, elle me traite comme si j'étais un singe en rut, comme si les hommes étaient totalement menés par leur braguette. C'est vrai et c'est faux. Ca manque en tous cas totalement de subtilité et de nuance. Je ne cherche pas "à mettre ma bite dans sa chatte" (...) mais je désire faire l'amour avec elle. La sentir s'épanouir de plaisir en même temps que moi.

Lorsqu'elle se couche bien avant moi, pour qu'elle ne s'endorme pas seule, je reste à ses cotés au lit. Le plus souvent elle m'expédie en me disant qu'elle est fatiguée. Peut être croit elle que je suis là pour le sexe...?

Notre dernière discussion a eu lieue il y a trois jours. Même schéma : elle est fatiguée, elle va se coucher. Je sens le reproche non dit. Je me lève donc de mon ordinateur et je l'accompagne au lit. J'aborde la discussion en lui demandant pourquoi elle me fait des reproches non formulé. La discussion avance et elle devient bornée comme d'habitude. Puis elle me dit qu'elle a elle aussi des fantasmes, qu'elle se sent elle aussi frustrée.

Soit. Pas facile mais je peux l'entendre.

Le problème c'est que j'ai tout essayé. Rien ne va jamais. Si je suis tendre, elle gigote dans tous les sens comme si elle s'emmerdait. A vrai dire, elle s'emmerde. Si je suis physique, ça ne va pas non plus.

Je lui en ai déjà parlé. Je lui ai dit plusieurs fois que je n'arrivais pas à "la lire". Que je n'arrivais pas à savoir ce qu'elle voulait.

Maintenant son discours de réponse évolue et elle me fait comprendre que c'est de ma faute. Mais en quoi ? Au moins j'essaie ! Au moins j'en parle ! Face à nos échecs dans le passé je lui ai même dit qu'il fallait qu'on continue pour que je domine mes propres peurs et, sous entendu, les siennes aussi.

Je ne sais pas si vous réalisez ce que ça implique. J'ai eu avant elle beaucoup d'aventures. Ca s'est toujours bien passé et mes partenaires étaient demandeuses. Puis du jour au lendemain, je perds confiance en moi, je suis sujet à des éjaculations précoces... Mais je refuse de me laisser aller dans une spirale infernale et je cherche à combattre l'échec.

J'ajoute que ces éjaculations précoces ne sont pas systématiques. Elles sont dues à l'abstinence et au fait que je ne me sente pas confiant face à son désir. 9 fois sur 10, elle est incapable de se laisser aller et le moindre élément perturbateur la déconcentre.

La dernière discussion donc, a pris la même tournure que d'habitude : elle fatigue, elle va se coucher et me fait un reproche déguisé. J'engage la discussion et ça finit par dériver vers nos rapports sexuels. Elle me dit qu'elle aussi est frustrée. Je l'entends, lui dit que j'accepte ses remarques et que je vais y réfléchir et je lui demande de bien considérer elle aussi mes arguments.

Toujours est il que la situation aujourd'hui est celle-ci :

je suis frustré professionnellement
je suis frustré affectivement (pas ou peu de gestes d'attention)
nous sommes frustrés sexuellement...

Et elle est enceinte... Je ne vois pas comment notre couple peut durer. Sachant qu'en temps normal on en est arrivé à faire l'amour une fois tous les 3/4 mois, qu'elle est enceinte depuis 4 mois et qu'à priori elle n'aura plus aucune libido jusqu'à la naissance et encore moins après, nous sommes partis pour 1 an à 1 an 1/2 d'abstinence.

Elle me dit qu'elle fait ce qu'elle peut pour vivre avec sa frustration. Moi je ne vois pas comment on va pouvoir tenir... Au delà du simple désir physique, je ne peux pas concevoir un couple ayant une vie sexuelle inexistante. Je ne crois pas à l'amour platonique.

Et je me sens très malheureux. Je lui en veux.

En ligne

 

Pied de page du Forum

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2008 PunBB


Copyright © 2001-2009 JeunePapa.com


Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Poussette

1508745659