#1 05-01-2016 18:27:18

ThorGogolinFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 05-01-2016
Messages: 14

Futur papa séparé et un peu perdu...

Tout d'abord, bonjour à tous et toutes ainsi que mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année.

Mon histoire : J'ai été avec une femme de qui j'étais amoureux, d'origine d'Europe de l'Est. J'ai 40 ans et elle 36 et nous habitons chacun chez nous, à approximativement 1h de route et sommes tous les 2 sans enfant. Evidemment, comme beaucoup, ce qui devait arriver arriva : un enfant à été conçu, mais à ce stade, je ne le savais pas encore.
Pour diverses raisons (mésentente notamment, là encore, comme beaucoup) nous nous sommes séparés. 1 mois plus tard (début Novembre), elle me contacte (via skype) pour m'annoncer l'heureuse nouvelle. Je dis bien "heureuse" car c'est le cas (et l'est toujours).
Les débuts étaient plutôt corrects, nous nous sommes vus de manière régulière sans heurts véritables et j'ai même pris la décision de quitter mon logement pour que nous aménagions ensemble, ce qui lui convenait vraiment.
Puis elle a eu un accident de voiture. La voiture complètement cassée, mais pour elle, "juste" une très grosse frayeur et quelques contusions. J'ai évidemment "séché" le boulot durant 2 jours (elle a passé une nuit aux urgences) et ai pris en charge tout l'administratif (pas évident pour qui n'est pas familiarisé avec nos complications et méandres de l'administration) et, je pense, l'affectif. Depuis, rien ne va plus...
Elle m'a dit ne plus ressentir d'amour pour moi et n'envisage plus de vie commune... Mais, elle me disait ne pas vouloir me séparer de notre enfant et donc accepter mon "aide" lors de sa grossesse...
Vous vous doutez bien que, si j'écris ici aujourd'hui, ça ne s'est pas tout à fait déroulé ainsi pour la suite...
Elle a fait une première écho fin décembre dans son coin, sans m'avertir, mais m'a malgré tout envoyé le scan des clichés (au début, juste 2, me disant que c'était les seuls intéressants pour moi, puis tous face à mon insistance).
Là, elle a une autre écho le 12/01/2016 et m'a averti par sms qu'elle ne souhaite plus me voir (et donc pas ma présence pour cette écho), mais m'a dit "bien vouloir" m'envoyer les clichés scannés (comme la fois précédente), mais j'avoue avoir un peu peur qu'elle ne le fasse pas (elle a la fâcheuse tendance à faire un peu ce qu'elle veut quand elle veut)...
Suite à  ce sms, je lui ai demandé (par sms également) si elle comptais me laisser de côté pour le reste de la grossesse, y compris l'accouchement, et sa réponse fût "je n'ai pas de réponse à cette question"... Flippant !
Je sors aujourd'hui de la mairie avec ma déclaration de reconnaissance anticipée (ou prénatale) sous le bras, mais à l'état civil, ils m'ont dit que, lors de la naissance, j'avais 3 jours pour reconnaitre cet enfant sans quoi seul son nom à elle lui serait donné (mais qu'ensuite, je pourrais faire valoir mes droits paternels, avec ma reco anticipée, pour être inscrit sur l'état civil de l'enfant en 1er lieu).

J'ai bien parcouru tout ce que j'ai pu trouver sur le net en rapport avec ma situation, et j'avoue être un peu perdu (j'ai pu tout lire et son contraire, surtout lire des débats sans fin et non constructifs pères/mères, hommes/femmes). J'ai également l'impression que, lorsqu'elle communique avec moi, c'est de manière très procédurière et évasive (mais ce n'est peut-être qu'une impression...).

Mon questionnement : Si elle me tient définitivement à l'écart des différentes écho et de l'accouchement, que puis-je faire ? Je voudrais reconnaitre cet enfant post-naissance et ne souhaite ABSOLUMENT PAS le séparer de sa mère (ni l'inverse smile ), mais comment faire ceci sans connaître cette date ? (je sais aujourd'hui où elle consulte, un hôpital, et pense qu'elle n'ira pas en clinique privée, étant RSA/CMU)
Que faire également pour la suite, après la naissance ?

Merci d'avoir lu jusqu'au bout ce roman Ô combien commun et triste... Et merci pour vos réponses (si réponses il y a) !

Hors ligne

 

   #2 05-01-2016 18:42:54

AliceinWonderland3008Maman
Membre
Date d'inscription: 20-07-2015
Messages: 124

Re: Futur papa séparé et un peu perdu...

J'avoue que je ne saurais trop quoi te conseiller... Votre cas à tous les deux est très compliqué.

Que tu souhaites être présent lors des échographies et de l'accouchement est normal, mais suite à votre séparation, cela peut peut-être la gêner, car bien que tu sois le père, c'est son corps, et elle souhaite peut-être, surtout pendant l'accouchement, être avec une personne avec qui elle se sentira totalement à l'aise (une amie ? sa maman ? une soeur ?) pour vivre ce moment. Alors oui, c'est horrible, mais je dirai en tant que femme que ça peut se défendre.

Cependant, je comprends ton mal être et le fait que tu veuilles te projeter et participer à cette grossesse, c'est ton enfant après tout. Je pense juste que ça risque d'être très compliqué tant qu'elle est enceinte car il s'agit de son corps et ça peut la déranger.

En ce qui concerne la déclaration, tu as bien fait, et effectivement, une fois le bébé né, tu auras trois jours pour le reconnaître. Tant qu'elle continue à t'envoyer les échographies, qu'elle te tient informée de l'évolution (sexe et santé du bébé, date à laquelle elle doit accoucher, jour où elle part pour la maternité) je pense que c'est déjà une bonne chose qui te permet de te préparer.

Concernant une garde éventuelle, as-tu déjà eu une discussion avec elle à ce propos ? Sinon, tu peux toujours consulter un avocat pour voir quels droits tu as lorsque l'enfant vient de naître.

Je te souhaite en tout cas bon courage, n'hésite pas à nous tenir informés smile

Hors ligne

 

   #3 05-01-2016 18:50:52

ThorGogolinFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 05-01-2016
Messages: 14

Re: Futur papa séparé et un peu perdu...

Merci pour cette réponse wink

Je ne pense pas qu'elle ai quelqu'un pour l'accompagner (à moins qu'elle ai retrouvé quelqu'un depuis peu...) car sa famille (parents/soeur) sont en république tchèque...

J'espère réellement qu'elle continuera à m'envoyer ces informations, mais si elle ne le fait pas/plus, que faire ?? Car encore une fois, pour la reconnaissance post-natale, il faut connaître le jour et le lieu de l'accouchement...

Pas de discussion au sujet de la garde, si ce n'est qu'au début elle m'avait affirmé vouloir une garde alternée (mais vu que son avis change souvent, là on plus je ne sais trop quoi penser...)

Concernant mes droits, le personnel de l'état civil m'a affirmé qu'avec ma reco anticipée, nous étions égaux elle et moi en regard de notre enfant.

Hors ligne

 

   #4 20-01-2016 15:03:27

DiabloFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 20-02-2012
Messages: 233

Re: Futur papa séparé et un peu perdu...

Salut ThorGogolin!
Je viens de te lire, et je n'ai qu'un seul conseil à te donner:
Va voir un avocat et très vite!
Si tu tiens réellement à faire partie de la vie du bébé, tu dois espérer le meilleur mais envisager le pire. Va expliquer ta situation à un avocat et demande-lui exactement quelle est la meilleure attitude à adopter dans le cas ou ça se passe bien, et quelles sont les démarches si ça se passe mal.
C'est d'autant plus important qu'elle est coupée de sa famille et que si elle décidait du au lendemain à quitter le pays avec ton bébé sans qu'il soit reconnu officiellement, tu ne le verras jamais.

Je ne connais pas les détails des procédures à suivre mais un avocat pourras t'aider, je sais que ça peut faire peur et que ça a l'air d'être extrême mais en réalité, aller voir un avocat AVANT les problèmes règle énormément de choses. Et d'après ce que j'ai pu lire, tu as l'air suffisamment intelligent et responsable pour prendre les bonnes décisions une fois qu'un avocat t'aura donné les différentes options que tu as.
Suis mon conseil, vraiment.
J'espère que tu arriveras à faire valoir tes droits, je suis sur que ce ne doit pas être facile comme situation.
Courage.

Hors ligne

 

   #5 20-01-2016 15:30:53

ThorGogolinFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 05-01-2016
Messages: 14

Re: Futur papa séparé et un peu perdu...

Merci Diablo !
Après, le seul "hic" (comme beaucoup là aussi) reste les finances... J'ai comme la sensation qu'un avocat à tout intérêt à faire trainer les choses... Et à l'heure, que ça traîne ou pas, financièrement, je ne peux malheureusement pas me le permettre...
De tout ce que j'ai pu lire, quoi qu'il arrive, j'ai malgré tout peu de chances d'avoir quoi que ce soit tant que je ne l'ai pas déclaré dans les 3 jours suivant la naissance... Et même là, d'autres complications surviennent...

Je crois que, comme beaucoup d'étrangers vivants en France (il n'y a aucun jugement de valeur ni de race dans mes propos !!), elle doit malgré tout bien réaliser que notre système social lui est très favorable et je pense (après mûre réflexion) qu'elle n'a aucun intérêt à retourner vivre en Rép. Tchèque, chez sa mère (qui héberge déjà sa soeur et ses mômes), avec son chien (qu'elle traite mieux que moi ou que n'importe quel être humain) et enceinte. Si c'était le cas, au-delà de moi : fini pour elle l'indépendance financière et locative. En restant ici : CMU, RSA, prises en charge diverses pendant la grossesse, sage femme à domicile après l'accouchement, et que sais-je encore ! + le maintient dans son logement (APL) et toute son indépendance (ses parents lui envoient des sous tous les mois). Sans compter la nationalité de l'enfant, qui a tout intérêt à naître français (oui oui, on gueule peut-être souvent, nous les français, mais naître sous le drapeau tricolore dans le monde d'aujourd'hui est un gros gros + !)!

Il n'y a que les pères que notre belle république emmerde : aucune aide, aucune considération, aucun respect, quasiment aucune existence légale avant l'accouchement.

Bref, je ne sais pas encore quoi faire, je suis en pleine réflexion, mais je sais UNE chose : j'ai MA FIERTÉ !
J'aime ce bébé alors qu'il n'est pas encore né, on me le retirera peut-être, on ne me le présentera peut-être jamais, mais je l'AIME, je l'aimerais TOUJOURS et je serais prêt pour le jour où je lui ferait face, quel que soit son âge.

En attendant, je ne peux pas me permettre de me ruiner en procédures judiciaires qui ont toutes les chances d'êtres longues, éprouvantes et à mon tort au final.
Ça va peut-être vous paraître inhumain, mais ma vie continue, je DOIS me reconstruire, je DOIS continuer de faire des projets (tant pro qu'amoureusement), je DOIS avancer ! Je ne dois pas donner (et personne ne devrait le faire) à une personne qui cherchait un géniteur avant qu'il soit trop tard pour elle, le pouvoir de détruire 2 vies et de contrôler la mienne ! Elle risque déjà d'abîmer celle de notre futur enfant (si elle lui cache son père et/ou si elle lui raconte de mauvaises histoires sur lui).

Je reste malgré tout à l'écoute de tout conseil ou de toute suggestion pouvant faire évoluer ma situation.

PS: je sais parfaitement ce que je "risque" par la suite (pension alimentaire), mais ça n'est pas anormal pour moi tant que je ne suis pas considéré que comme un portefeuille.

Dernière modification par ThorGogolin (20-01-2016 15:35:54)

Hors ligne

 

   #6 21-01-2016 10:12:50

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Futur papa séparé et un peu perdu...

Bonjour Thor,

Je pense qu'il y a beaucoup de mélanges... Il y a deux aspects à cette situation : le côté humain et le côté juridique.

Juridiquement, je te conseille de reconnaitre le bébé AVANT la naissance (dès l'instant où il est déclaré à la CPAM, donc à 3 mois de grossesse), l'enfant a une existence juridique et peut être reconnu. Il s'agit d'une reconnaissance anticipée prénatale, que tu peux faire à la mairie de ton domicile sur présentation d'une pièce d'identité. Je te conseille toutefois de la faire à la mairie de la commune où elle prévoit d'accoucher, cela évitera les erreurs administratives.

Dès l'instant où tu es légalement son père, tu es en droit d'exiger des informations sur ton enfant. Tant que ce n'est pas le cas, elle peut très bien se dispenser de t'informer : tu n'es juridiquement rien pour le bébé qu'elle porte. Une fois la démarche faite, elle doit te tenir informé de l'évolution de la grossesse en lien avec le bébé, son état de santé, les échographies etc.
Elle n'est toutefois absolument pas obligée de te rencontrer, te parler en personne, t'inclure dans les RDVs médicaux ou les échographies et bien évidemment encore moins dans la salle d'accouchement. Mais elle n'aura pas le droit de t'interdire de voir ton enfant après la naissance, même à la maternité (attention toutefois au coup de blues du 2ème ou 3ème jour après l'accouchement, qui peut conduire à dire et faire des choses étranges - sois cool).

Sur le plan humain, maintenant : tu dis ne pas vouloir qu'elle te quitte, et vouloir fonder une famille avec elle. Mais tu ne peux pas l'y contraindre... Tout ce que tu peux faire, c'est continuer à être présent sans être trop intrusif pour qu'elle sente que tu respectes son choix (le choix de séparation, donc ne la harcèle pas ; mais aussi le choix que tu ne sois pas présent pour la voir souffrir, uriner et vomir pendant l'accouchement, par exemple). Attention aussi à ne pas trop en faire, car tu perdrais le respect qu'une femme porte à un homme : ne deviens surtout pas une serpillère et n'hésite pas à lui faire sentir que ton amour n'est pas gagné d'avance et qu'il se pourrait bien que sa décision soit finalement définitive de ton côté aussi et que tu es blessé aussi.
Mais n'oublie pas de bien faire la distinction entre la relation amoureuse que vous entretenez (ou pas) et la relation filiale qui s'installe avec ton bébé. Les deux ne sont pas liées, et elle doit bien sentir que si tu peux transiger avec elle, il est hors de question que tu plies sur votre enfant.

Je termine en disant que qui ne tente rien n'a rien, et que le système social est en train de changer (considérablement). Se plaindre du système du fond de ton canapé sans rien faire ne risque pas d'arranger les choses - et tu n'en es pas encore à prendre un avocat, de toute façon. Commence par te donner la légitimité dont tu as besoin pour demander les informations relatives à l'enfant (reconnaissance prénatale). Ensuite, prends contact avec l'hôpital en question pour les prévenir que tu as reconnu l'enfant et laisser une copie de l'acte à son gynéco : ils n'auront aucune excuse pour ne pas prévenir l'officier d'état civil quand il viendra après l'accouchement.
Contacte également des associations de protections des papas (JAFland, SOSpapa etc) et vois avec eux comment aborder la question juridique, où sont tes soutiens concrets dans ta région etc. Il existe aussi des points d'accès au droit gratuit dans la plupart des mairies, avec un conseil et souvent aussi des actions possibles. Vois par ailleurs si tu peux bénéficier de l'aide juridictionnelle. Bref : bouge-toi, le "système" n'est pas si pourri que ça, et tu n'es pas démuni ! Quoi qu'il en soit, tu as des droits très clairement établis et qui sont toujours respectés dans les décisions de JAF, la question porte actuellement sur l'attribution de la garde principale au père de façon plus généralisée et non pas sur le DVH des papas !

Bon courage... Tu es encore dans une situation bien pourrie, apparemment. Je ne comprends pas ce qui l'a incitée à rompre après cet accident de voiture, il s'est apparemment passé beaucoup de choses que tu passes sous silence. Mais s'il ne s'agit "que" d'une grosse frayeur avec remise en question de ses choix de vie, il se peut tout à fait qu'elle revienne doucement vers toi si tu la joues finement.

En ligne

 

   #7 21-01-2016 12:41:42

ThorGogolinFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 05-01-2016
Messages: 14

Re: Futur papa séparé et un peu perdu...

truffe2miel a écrit:

Bonjour Thor,

Bonjour Truffe2Miel wink

Je pense qu'il y a beaucoup de mélanges... Il y a deux aspects à cette situation : le côté humain et le côté juridique.

Juridiquement, je te conseille de reconnaitre le bébé AVANT la naissance (dès l'instant où il est déclaré à la CPAM, donc à 3 mois de grossesse), l'enfant a une existence juridique et peut être reconnu. Il s'agit d'une reconnaissance anticipée prénatale, que tu peux faire à la mairie de ton domicile sur présentation d'une pièce d'identité. Je te conseille toutefois de la faire à la mairie de la commune où elle prévoit d'accoucher, cela évitera les erreurs administratives.

Comme je l'ai écrit, j'ai fait cette déclaration prénatale le jour même de la rédaction de mon 1er message. Malheureusement, je ne sais pas vraiment où elle prévoit d'accoucher (ce qui est une partie de mon questionnement puisqu'elle m'a bien laissé entendre qu'elle retournerait peut-être dans son pays)

Dès l'instant où tu es légalement son père, tu es en droit d'exiger des informations sur ton enfant. Tant que ce n'est pas le cas, elle peut très bien se dispenser de t'informer : tu n'es juridiquement rien pour le bébé qu'elle porte. Une fois la démarche faite, elle doit te tenir informé de l'évolution de la grossesse en lien avec le bébé, son état de santé, les échographies etc.
Elle n'est toutefois absolument pas obligée de te rencontrer, te parler en personne, t'inclure dans les RDVs médicaux ou les échographies et bien évidemment encore moins dans la salle d'accouchement. Mais elle n'aura pas le droit de t'interdire de voir ton enfant après la naissance, même à la maternité

Ah oui ? Sur quoi te bases-tu pour dire ça ? Une expérience ? Un article de loi ? Car s'il y a bien une chose que je sais, c'est qu'en France (et certainement ailleurs), si ce n'est PAS dans la loi, alors ça n'existe PAS (même une jurisprudence peut se voir remise en cause, elle n'ouvre juste qu'une porte...) et donc aucune contrainte ne peut être appliquée.

(attention toutefois au coup de blues du 2ème ou 3ème jour après l'accouchement, qui peut conduire à dire et faire des choses étranges - sois cool).

Mais JE SUIS cool, tu auras certainement remarqué que je ne demande pas comment je pourrait l'attaquer ou même me défendre, non, je demande simplement comment je peux faire pour que personne ne soit lésé dans cette histoire.

Sur le plan humain, maintenant : tu dis ne pas vouloir qu'elle te quitte, et vouloir fonder une famille avec elle.

C'est tout simplement FAUX, je viens de bien me relire, à quel moment as-tu lu que je ne souhaitais pas qu'elle me quitte ? J'ai dit que "j'ai même pris la décision de quitter mon logement", ceci parce qu'à l'époque je croyais qu'il était encore possible de réparer quelque chose, et également pour le bien de l'enfant à naître. Je sais aujourd'hui que j'avais tort.

Mais tu ne peux pas l'y contraindre...

Je ne le souhaite pas ni ne l'ai JAMAIS souhaité, pour moi, contraindre c'est priver de liberté.

Tout ce que tu peux faire, c'est continuer à être présent sans être trop intrusif pour qu'elle sente que tu respectes son choix (le choix de séparation, donc ne la harcèle pas ; mais aussi le choix que tu ne sois pas présent pour la voir souffrir, uriner et vomir pendant l'accouchement, par exemple). Attention aussi à ne pas trop en faire, car tu perdrais le respect qu'une femme porte à un homme : ne deviens surtout pas une serpillère et n'hésite pas à lui faire sentir que ton amour n'est pas gagné d'avance et qu'il se pourrait bien que sa décision soit finalement définitive de ton côté aussi et que tu es blessé aussi.

C'est ce que j'essaye de faire (j'habite à 1h de route, je n'envoie pas 10 sms/jour et je n'appelle que très peu, je ne pense pas être intrusif au quotidien...), et je comprends bien tout ceci, mais ce n'est jamais évident lorsque la personne en face ne témoigne d'aucun respect et ne donne aucune nouvelles si l'on n'en prend pas.
Je pense (mais peut-être que je me trompe) que mon amour, elle s'en balance et, vu ses réactions (messages blessants ou pire : silence radio), mes décisions (bonnes ou mauvaises) c'est pareil...


Mais n'oublie pas de bien faire la distinction entre la relation amoureuse que vous entretenez (ou pas) et la relation filiale qui s'installe avec ton bébé. Les deux ne sont pas liées, et elle doit bien sentir que si tu peux transiger avec elle, il est hors de question que tu plies sur votre enfant.

C'est là tout l'objet de mon questionnement (en dehors du fait qu'elle sous-entende quitter le pays pour accoucher chez elle)!!

Je termine en disant que qui ne tente rien n'a rien, et que le système social est en train de changer (considérablement). Se plaindre du système du fond de ton canapé sans rien faire ne risque pas d'arranger les choses - et tu n'en es pas encore à prendre un avocat, de toute façon.

Alors là, je te trouve énormément dans le jugement... Je ne me plaint pas, je ne fais que constater que dans la plupart des cas similaires, le père n'est RIEN et n'est PAS considéré (humainement, j'ai même beaucoup pu lire qu'il "n'avait qu'à mettre une capote" s'il ne voulait pas d'emmerdes aujourd'hui... Bonjour l'aide ! Juridiquement, je n'ai lu nulle part que la future mère avait l'obligation d'informer le futur père présumé, que ce soit pour l'avancée de la grossesse ou l'accouchement.
Il me semble que tu n'as pas bien saisi le fait que je ne souhaite absolument pas, pour le moment, passer par un avocat qui, tel que je le mentionne dans mon dernier message, à mon avis, à tout intérêt à envenimer les situations et faire en sorte que ça dure... Après, c'est une question de déontologie...


Commence par te donner la légitimité dont tu as besoin pour demander les informations relatives à l'enfant (reconnaissance prénatale).

Je le redis : cette déclaration à été faite le jour même de la rédaction de mon 1er message.

Ensuite, prends contact avec l'hôpital en question pour les prévenir que tu as reconnu l'enfant et laisser une copie de l'acte à son gynéco : ils n'auront aucune excuse pour ne pas prévenir l'officier d'état civil quand il viendra après l'accouchement.

Merci beaucoup pour cette information !! Je vais tenter ça très rapidement !

Contacte également des associations de protections des papas (JAFland, SOSpapa etc) et vois avec eux comment aborder la question juridique, où sont tes soutiens concrets dans ta région etc. Il existe aussi des points d'accès au droit gratuit dans la plupart des mairies, avec un conseil et souvent aussi des actions possibles. Vois par ailleurs si tu peux bénéficier de l'aide juridictionnelle.

Je t'avoue que je ne savais pas vraiment vers quelle association me tourner... Pour les points d'accès au droit dans les mairie, je n'avais aucune idée de leur existence (ni même de l'aide juridictionnelle... Je vais de ce pas me renseigner sur ce dispositif) !! Ça parait certainement idiot de ne pas connaître tout ceci, mais je t'assure que, comme beaucoup de choses, on en ignore l'existence jusqu'à ce que l'on en ai besoin...

Bref : bouge-toi, le "système" n'est pas si pourri que ça, et tu n'es pas démuni ! Quoi qu'il en soit, tu as des droits très clairement établis et qui sont toujours respectés dans les décisions de JAF, la question porte actuellement sur l'attribution de la garde principale au père de façon plus généralisée et non pas sur le DVH des papas !

Bon courage... Tu es encore dans une situation bien pourrie, apparemment. Je ne comprends pas ce qui l'a incitée à rompre après cet accident de voiture,il s'est apparemment passé beaucoup de choses que tu passes sous silence. Mais s'il ne s'agit "que" d'une grosse frayeur avec remise en question de ses choix de vie, il se peut tout à fait qu'elle revienne doucement vers toi si tu la joues finement.

Ouhla, je te trouve une fois de plus beaucoup dans le jugement...
Oui, il y a le droit, mais il y a aussi la vie, la vraie ! Quelle sera ma vie si je passe des années à tenter de faire appliquer une décision de justice française alors que cet enfant sera né en République Tchèque sans que je l'ai jamais vu ? Comment faire appliquer une décision de justice muni d'une "simple" déclaration de reconnaissance prénatale ? Etc.
Autant de questions qui me taraudent. Et je ne dis pas que je vais tout laisser tomber, ni même que je vais me battre jusqu'au bout ! Je ne sais tout simplement pas comment ça va tourner.
Ne me dis pas que les décisions des JAF sont TOUJOURS les meilleures dans l'intérêt de l'enfant ! Je ne parle pas d'expérience, évidemment, tout ceci est nouveau pour moi. Mais de tout ce que je peux lire, en tant que futur père, ça fait peur !! Même mes copines divorcées/séparées avec enfant(s) me disent que "je suis mal"... (elles me rassurent et me soutiennent aussi, évidemment).

Je ne vais pas t'énumérer ici tout ce que je peux faire au quotidien pour tenter de faire en sorte que la situation s'améliore (je le répète : NON je ne souhaite PAS que nous soyons ensemble à nouveau, du moins, je ne le souhaite PLUS, et OUI, j'ai pré-déclaré cet enfant !).
Je ne vais pas non plus tenter de te persuader que je n'ai rien passé sous silence, j'ai été moi-même le plus surpris (et le suis encore, mais j'ai arrêté de me demander "pourquoi") et je t'assure que c'est très blessant d'être suspecté de cachotteries. Non seulement je suis très affecté par ce comportement, mais en plus, je dois prouver que ce n'est pas moi qui en suis la cause (car c'est sous entendu)... Tout le monde n'a pas un comportement rationnel au quotidien, et cette personne me le démontre très régulièrement, me surprenant toujours (et pas forcément du bon côté).
Bref, une partie de mes questionnements ne vont pas dans la direction "j'aimerais reformer un couple et comment je pourrais faire pour y arriver", ils vont dans la direction :

- "J'aime et j'assume pleinement mon futur enfant, mais ça fait plusieurs fois qu'elle me dit peut-être retourner au pays pour l'accouchement : que faire si ça se réalise ?",
- mais aussi "elle me tient à l'écart de l'évolution de la grossesse, je n'ai aucune idée de quand auront-lieu les échos ni même si elle compte accoucher dans cet hôpital : que faire ?"

Merci pour ta réponse truffe2miel, j'avais lu plusieurs de tes interventions que j'ai toujours trouvés intéressantes et pertinentes.

Je ne sais pourquoi (peut-être es-tu de mauvaise humeur aujourd'hui ou peut-être ai-je écrit quelque chose qui t'a fâché), ton message me semble quand même un peu dur.
Je n'ai pas écrit ici dans le but de me faire mousser. Je n'ai aucun intérêt à mentir ou à dissimuler quoi que ce soit (je n'ai plus 20 ans non plus). Je sais reconnaître mes torts lorsque j'en ai, je sais m'excuser, et je ne suis ni dans l'attaque, ni vraiment dans la défense. Je sais aussi lorsque je me comporte comme il faut avec gentillesse, respect et patience, et que l'on réagis mal envers moi.
J'écris ici pour avoir des conseils, des retours d'expérience, me sentir moins seul face à une telle situation et ne souhaite qu'une seule chose : que notre vie à 3 (la mère, l'enfant et moi) se passe de manière correcte, dans le respect de chacun.
Cet enfant n'a rien demandé et il n'a pas à être la victime d'une vie de couple qui ne fonctionne pas. Les parents ont des DEVOIRS et des DROITS, et mes plus grandes peurs, en tant que futur père, sont de me voir privé de mon enfant (si elle retourne au pays), ou de me voir relégué au rôle de porte-monnaie avec un DVH (il m'a fallu un peu de temps pour m'habituer à toutes vos abréviations), ce qui reste monnaie courante, plus que défavorable pour construire une vraie relation parent/enfant.

Voilà, j'espère ne pas avoir été trop confus dans mes propos.

Hors ligne

 

   #8 22-01-2016 12:47:31

ThorGogolinFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 05-01-2016
Messages: 14

Re: Futur papa séparé et un peu perdu...

papaBaba, salut !

Je n'ai pas vraiment de conseil à te donner, et je sais que c'est très difficile à vivre, mais garde le cap !

Personnellement, j'ai décidé de ne plus rentrer dans son jeu que j'estime destructeur pour moi.

Je n'enverrais donc plus de sms, sauf si c'est elle qui me contacte, et, si je n'ai pas de nouvelles, j'enverrais 1 mail/mois pour lui renouveler mon désir de l'aider dans son quotidien, sans que l'on soit obligé de "passer du bon temps".

Il est très clair pour moi que, si c'est elle qui me contacte, je serais toujours correct et respectueux, et ferais mon possible pour accéder à ses désirs, mais j'ai ma fierté et je n'accepterai pas n'importe quoi n'importe quand !
Je n'ai aucun type de rancune ou de haine pour elle. On n'est pas tous pareils et il ne faut pas attendre des autres des réactions similaires aux nôtres. De plus, toutes mes amies m'ont dit qu'une femme enceinte peut parfois avoir des réactions "surprenantes" (dans le bon comme dans le mauvais)... Nous, les hommes, ne pourrons jamais comprendre le pourquoi du comment (même si l'on est toujours capable de nous renseigner, ça ne restera que théorique).

C'est triste, mais je me sens "libéré" depuis cette décision.

Après, à chacun sa propre vie, moi, j'ai la chance d'avoir des parents qui me soutiennent et qui ne me mettent aucune pression, j'ai également la chance d'avoir des amies qui ont vécu la séparation pendant la grossesse, mais à l'inverse de nous, c'est le papa qui s'est tiré en les laissant seules, et enfin, j'ai toujours cette chance d'avoir des amis qui me changent les idées (ils ne sont pas forcément tous au courant, mais c'est justement ce qui m'aide). Donc ce qui fonctionne pour moi ne fonctionnera peut-être pas pour toi.

Je ne perd pas de vue cet enfant à venir et, patiemment, je constitue mon dossier pour prouver que j'ai fait (et continue de faire) tout ce que je pouvais pour l'enfant et sa maman.
J'ai réalisé qu'il faut laisser le temps au temps (même si ce n'est pas évident).
Comme moi, tu as fait ta déclaration prénatale, maintenant, il me semble qu'un travail de fourmi nous attends (moi, j'ai pris le parti de me dire qu'elle ne va pas quitter la France et que j'aurais la possibilité de déclarer mon enfant dans les fameux 3 jours)... Aller à la maternité parler au gynéco (et tenter d'en savoir le plus possible sur la santé du bébé), se renseigner et mettre au point un mode de garde intelligent (en tant qu'homme, vouloir s'approprier un bébé de quelques mois serait, à mon sens, irresponsable) que l'on pourra proposer par la suite et préparer un dossier prouvant notre bonne foi, notre désir d'aimer et d'élever cet enfant à venir. Pour ma part, je n'inclue pas la maman dans ce futur hypothétique, son comportement jusqu'à aujourd'hui ne m'inspire qu'indifférence. Mais elle restera la mère de mon enfant à vie et je n'ai aucun désir d'élever ce môme dans le conflit.
En l'état actuel des choses (et, encore une fois, vu le comportement récurrent qu'elle adopte avec moi), je crois bien qu'après la naissance, il nous sera obligatoire de passer par une décision du JAF et qu'aucun accord amiable satisfaisant ne pourra être mis en place. Je ne vois pas l'avenir, mais je préfère partir sur cette hypothèse pour me préparer.

Bref, n'hésite pas à me contacter par MP si tu veux wink

Reste fort, ton enfant sera toujours ton enfant, quoi qu'il se passe ! Et ne te fait pas/plus de film(s), vis au jour le jour. Ne soit pas haineux non plus, ça ne sert à rien et ça n'attire que la haine en retour. VIS !

Hors ligne

 

   #9 24-01-2016 08:52:12

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Futur papa séparé et un peu perdu...

Bonjour ThorGogolin,

Avant tout, excuse-moi le long délai de réponse - la journée d'hier a été bien agitée et ton message demandait un peu de concentration...


ThorGogolin a écrit:

Comme je l'ai écrit, j'ai fait cette déclaration prénatale le jour même de la rédaction de mon 1er message.

Toutes mes excuses dans ce cas !! J'ai mal lu.


ThorGogolin a écrit:

Ah oui ? Sur quoi te bases-tu pour dire ça ? Une expérience ? Un article de loi ? Car s'il y a bien une chose que je sais, c'est qu'en France (et certainement ailleurs), si ce n'est PAS dans la loi, alors ça n'existe PAS (même une jurisprudence peut se voir remise en cause, elle n'ouvre juste qu'une porte...) et donc aucune contrainte ne peut être appliquée.

Dès l'instant où la reconnaissance anticipée est faite et où l'enfant a une existence légale (dès 3 mois de grossesse car déclaration à la CPAM), tu en es le père. Ceci est un statut juridiquement valide, qui t'attribue automatiquement l'autorité parentale partagée avec la mère (loi n°2002-305 du 4 mars 2002 ayant remanié l'article 371-1 du Code civil en disposant que "L'autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l'intérêt de l'enfant").

Tu es donc parfaitement fondé à te renseigner sur la vie de ton enfant, même si je ne suis pas certaine que tu puisses déjà prendre des décisions concrètes quant à ton enfant avant sa naissance.

https://www.service-public.fr/particuli … oits/F3132


ThorGogolin a écrit:

Je ne le souhaite pas ni ne l'ai JAMAIS souhaité, pour moi, contraindre c'est priver de liberté.

Là encore, c'est de ma faute : j'ai lu "je ne souhaite absolument pas ME séparer de la mère" ou lieu de "LE séparer"...


ThorGogolin a écrit:

(en dehors du fait qu'elle sous-entende quitter le pays pour accoucher chez elle)!!

Tant qu'il n'est pas né, le statut de cet enfant est assez flou : il existe bel et bien quant aux informations médicales, mais il est difficile d'exercer une contrainte physique sur lui sans entraver du même coup la liberté individuelle de sa mère.
Je te conseille d'en parler à un avocat.. Vois avec ta mairie pour un point d'accès gratuit au droit, ou la CPAM, ou une association de défense des droits des papas.

Au plus tard après la naissance, tu peux demander une action en référé à un JAF pour soustraction d'enfant (sans nécessité d'intervention d'un avocat, même si c'est toujours préférable), dans la mesure où ton enfant a quitté le territoire national contre ton avis exprimé. La première chose à faire est donc d'envoyer un courrier RAR à sa mère, pour clairement notifier que tu ne souhaites pas que ton enfant quitte le territoire. C'est le moyen le plus sûr de prouver sans contestation possible qu'elle avait connaissance de ta volonté.


ThorGogolin a écrit:

le père n'est RIEN et n'est PAS considéré (humainement, j'ai même beaucoup pu lire qu'il "n'avait qu'à mettre une capote" s'il ne voulait pas d'emmerdes aujourd'hui... Bonjour l'aide !

C'était très vrai jusqu'à il y a une petite 10aine d'années, mais les choses changent - et de plus en plus vite. Pour ce qui est du "y'a ka", les femmes en entendent autant au sujet de la pilule ou des capotes, donc ce n'est pas spécifiquement lié aux papas... et puis ce n'est pas franchement faux non plus : tellement d'hommes se font avoir par des femmes qui veulent un enfant et font semblant de prendre la pilule pour pouvoir prétexter un accident, qu'il va peut-être falloir que les hommes réalisent qu'ils doivent se protéger eux-mêmes aussi. Laisser le sujet de la contraception exclusivement dans le camp de la femme sans s'en préoccuper me semble le meilleur moyen de devenir père... surtout quand la relation est encore naissante !


ThorGogolin a écrit:

je ne souhaite absolument pas, pour le moment, passer par un avocat qui, tel que je le mentionne dans mon dernier message, à mon avis, à tout intérêt à envenimer les situations et faire en sorte que ça dure... Après, c'est une question de déontologie...

Pour le moment, un avocat ne te servirait qu'à recevoir des conseils - donc uniquement dans une intervention ponctuelle pour sortir les bons articles de loi et conseiller au plus près des éléments personnels de ton dossier.
Plus tard, après la naissance, il aurait les moyens d'agir et serait déjà informé de ton dossier (la procédure serait donc plus rapide si le dossier est déjà monté) - et là, il te serait facile de vérifier s'il agit suffisamment vite ou non en fonction des actions qu'il engage... sans compter que l'avocat n'est pas payé à l'heure mais à l'acte, donc la durée de son intervention n'entre pas en ligne de compte.

ThorGogolin a écrit:

Merci beaucoup pour cette information !! Je vais tenter ça très rapidement !

Tiens-nous au courant wink En général, les hôpitaux publics acceptent assez facilement ce type de communication. Les cliniques privées moins puisqu'elles sont payées par la cliente et n'ont donc aucun intérêt à aller contre sa volonté.

ThorGogolin a écrit:

Je t'avoue que je ne savais pas vraiment vers quelle association me tourner... Pour les points d'accès au droit dans les mairie, je n'avais aucune idée de leur existence (ni même de l'aide juridictionnelle... Je vais de ce pas me renseigner sur ce dispositif) !! Ça parait certainement idiot de ne pas connaître tout ceci, mais je t'assure que, comme beaucoup de choses, on en ignore l'existence jusqu'à ce que l'on en ai besoin...

Bien sûr, c'est logique.

ThorGogolin a écrit:

je passe des années à tenter de faire appliquer une décision de justice française alors que cet enfant sera né en République Tchèque sans que je l'ai jamais vu ?

D'où l'intérêt d'une ordonnance en référé juste après la naissance interdisant à la mère de sortir du territoire. Si le risque de sortie du territoire est imminent, tu peux peut-être la faire valoir avant la naissance - mais là, il s'agit de la séparation juridique du statut du foetus et de celui de la mère, et je ne suis pas assez calée pour te conseiller.

ThorGogolin a écrit:

Comment faire appliquer une décision de justice muni d'une "simple" déclaration de reconnaissance prénatale ? Etc.

Cette reconnaissance est loin d'être banale, c'est un acte juridiquement valide qui fait de toi le père de cet enfant. De plein droit : autorité parentale et DVH. Si en prime une décision de justice statue que tu es en droit de voir cet enfant (ce qui n'est en fait que la réaffirmation judiciaire d'un droit civil existant), alors tu peux faire appel à la police pour qu'elle t'aide à appliquer cette décision. Concrètement, la police peut t'accompagner au domicile maternel pour s'assurer que l'enfant t'est bel et bien remis.
C'est toutefois un geste assez "violent" qui pourrait fortement pourrir vos relations, et qui risque de surcroît de ne pas être nécessaire : si la mère est convoquée au tribunal pour y entendre un rappel à la loi et apprendre qu'elle est obligée de te laisser voir ton enfant, je doute qu'elle s'y oppose trop ostensiblement.

ThorGogolin a écrit:

Même mes copines divorcées/séparées avec enfant(s) me disent que "je suis mal"... (elles me rassurent et me soutiennent aussi, évidemment).

Et elles ont raison : c'est une situation vraiment pourrie, comme je te le disais plus haut. Mais heureusement, tu n'es pas totalement démuni !


ThorGogolin a écrit:

je t'assure que c'est très blessant d'être suspecté de cachotteries.

Excuse-moi si c'est le sentiment que je t'ai donné, ce n'était pour le coup pas du tout mon intention ! Ce que je voulais dire, c'est qu'il y a forcément des choses que tu n'as pas dites ici, parce que je vois mal comment (et pourquoi) dérouler X années de vie en 3 posts. Et aussi parce que la vision des choses d'un membre d'un couple n'est que très rarement la même que celle de l'autre membre au sujet de la même situation.
Donc sans parler de faute ou de responsabilité, je dis simplement que les causes et le mécanisme de la situation actuelle ne nous sont pas connus. Mais puisque tu n'as de toute manière aucune intention de te remettre en couple avec la mère de ton enfant, cette réflexion est caduque : inutile de s'attarder sur le pourquoi, il faut seulement avancer.

Maintenant, je dois dire aussi que nous avons eu sur ce forum (et IRL) de nombreux hommes floués par leur compagne, et dont la situation correspond assez bien à ce que tu vis : une jeune femme issue d'un pays moins favorisé que la France, souvent hors UE mais pas toujours. Un couple en cours de formation, souvent avant même d'habiter encore réellement ensemble, presque toujours de moins de 3 ans. Et un bébé "surprise" qui vient subitement tout chambouler, avec Madame qui change radicalement de comportement et s'émancipe.
C'est un cas de figure très classique : être mère d'un enfant français ouvre de très nombreux droits à la mère, droits auxquels elle n'aurait pas pu prétendre dans son pays ou dans de nombreux autres pays européens. Souvent, ce bébé n'est qu'un moyen d'arriver à ses fins... Pas toujours, cela dit, donc je reste prudente. Mais cette tendance assez en vogue dans les pays de l'est pourrait expliquer le revirement drastique de ton ex-compagne.



ThorGogolin a écrit:

- mais aussi "elle me tient à l'écart de l'évolution de la grossesse, je n'ai aucune idée de quand auront-lieu les échos ni même si elle compte accoucher dans cet hôpital : que faire ?"

Elle n'est pas tenue de te fournir les détails qui la concerne, elle. Les dates des échographies, le type d'examen, les coordonnées de ses médecins etc relèvent du secret médical.
Mais les résultats de ces échographies et les informations concernant le bébé te sont dues au titre de l'autorité parentale partagée. Donc tu peux tout à fait la contacter environ une fois tous les 3 mois (si le bébé va bien, et moins si le bébé est en souffrance) pour avoir des nouvelles.

Les examens sont en général (sauf complication, donc) à date fixe :
- Environ 12 semaines : première écho de datation, prise de sang.
- Environ 5 mois : deuxième échographie de suivi, proposition d'amniocentèse en fonction des résultats de la prise de sang (détection de la trisomie 21). Détermination du sexe du bébé.
- Environ 7 mois : 3ème échographie de contrôle.
- A partir de 8 mois : cours d'accouchement et éventuellement sophrologie etc.
- A partir de la date du terme, si le bébé ne sort pas de lui-même, visite quotidienne avec contrôle du rythme cardiaque du bébé, et éventuellement déclenchement de l'accouchement par injection d'ocytocines, ou césarienne.

En fonction de son avancée dans la grossesse, tu as donc une meilleure idée des dates où la contacter pour lui demander des nouvelles de ton bébé wink


ThorGogolin a écrit:

Je ne sais pourquoi (peut-être es-tu de mauvaise humeur aujourd'hui ou peut-être ai-je écrit quelque chose qui t'a fâché), ton message me semble quand même un peu dur.

Après m'être relue, je trouve que tu as raison. Je suis partie du point de vue (erroné, je le reconnais bien volontiers) que tu attendais simplement que les choses se fassent, tout en cognant sur le système mal fichu et en t'angoissant du comportement de la mère. Et comme je venais de passer une journée à essayer de motiver un immobiliste pathologique, la fatigue a pris le dessus et... voilà.
Désolée de t'avoir amalgamé !



ThorGogolin a écrit:

Cet enfant n'a rien demandé et il n'a pas à être la victime d'une vie de couple qui ne fonctionne pas. Les parents ont des DEVOIRS et des DROITS, et mes plus grandes peurs, en tant que futur père, sont de me voir privé de mon enfant (si elle retourne au pays), ou de me voir relégué au rôle de porte-monnaie avec un DVH (il m'a fallu un peu de temps pour m'habituer à toutes vos abréviations), ce qui reste monnaie courante, plus que défavorable pour construire une vraie relation parent/enfant.

Sur ce plan, tu peux te rassurer sur plusieurs points :
- La République Tchèque fait partie de l'UE, donc le lien juridique est fortement facilité. La Convention de la Haye (25/10/1980) ratifie les modalités d'application des décisions juridiques en cas de soustraction d'enfant à l'international. La République Tchèque dispose également d'une convention spécifiquement dédiée au droit familial et datant de 1984. Les délais sont un peu plus longs qu'en France en raison de la communication via l'UE, mais ton enfant n'aura pas disparu dans l'inconnu et tu seras en mesure de le revoir de toute façon.
- le DVH sans autorité parentale n'est appliqué que dans très peu de cas, la majorité du temps dans les cas où le père n'aurait jamais reconnu l'enfant (décision judiciaire suite à un test ADN ordonné par un JAF) ou dans le cas d'un abandon de famille (ne donne aucune nouvelle ni ne s'intéresse à son enfant pendant 2 ans révolus).
- Tu as actuellement l'autorité parentale partagée, ce qui signifie que tu es son PERE. Et que donc, tu as pleinement le droit de voir ton enfant, de tisser un lien avec lui - et aucun JAF ne peut te retirer ce droit sans raison majeure : violence avérée à l'encontre de l'enfant, addiction intense à une drogue dure, implication dans des groupes terroristes etc. Donc il n'y aucune raison pour que tu sois relégué au seul rôle de distributeur de billets si tu choisis de t'investir !


ThorGogolin a écrit:

Voilà, j'espère ne pas avoir été trop confus dans mes propos.[/color]

Non, pas du tout... Et encore une fois désolée du ton plutôt sec de mon premier message !

En ligne

 

   #10 24-01-2016 12:04:27

ThorGogolinFutur Papa
Membre
Date d'inscription: 05-01-2016
Messages: 14

Re: Futur papa séparé et un peu perdu...

Aaaah !! Je retrouve la truffe2miel que j'avais lu au fil des sujets de ce forum.

Merci pour ces réponses très précises et très utiles, et merci d'être là depuis tout ce temps pour les gens comme moi qui sont remplis de questions. Je veux t'affirmer que ce que tu fais n'est pas inutile, loin de là, et je sais très bien que, lorsque nous finissons par régler nos affaires, nous disparaissons pour vivre notre vie, alors que les gens comme toi restent et continuent inlassablement à aider, à répéter les mêmes choses pour des situations similaires, toujours plongé dans les émotions à fleur de peau des paumés, et ça, c'est pour moi admirable. C'est ce genre de comportement qui me redonne de la force et de l'espoir, merci.

Je pense que papaBaba trouvera peut-être aussi matière à réflexion et assurance dans ce que tu as dit.

Hors ligne

 

Pied de page du Forum

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2008 PunBB


Copyright © 2001-2009 JeunePapa.com


Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Poussette

1545238397