#1 05-09-2017 18:02:19

JULIENPOPapa
Membre
Lieu: Haute Savoie
Date d'inscription: 05-09-2017
Messages: 6

Julien papa séparé souffre de la séparation de son petit garçon

Bonjour à tous.
-Je me lance après un conseil de mon psychiatre à vous raconter mon histoire.
-Pour moi cette preuve est très difficile vous allez comprendre (je l'espère et sans jugement) ma situation.
-En 2012 j 'ai fais la connaissance de ma compagne avec qui nous vivions le parfait amour je suis fonctionnaire de police et elle infirmière elle avait déjà une petite fille issue d'un 1er mariage.
-Je suis une personne qui m'investie énormément, elle travaillant en suisse elle partait tôt le matin et rentrait tard le soir.
-Le matin lors de son départ je me levais vers 5h30 faisait les taches ménagères silencieuse pour ne pas réveiller la petite me préparait et m'occupais de la puce pour la crèche (je ne remplaçait pas le rôle du papa puisque qu'eu jugement avait eu lieu)une fois à la crèche je partais à ma vacation puis à midi je rentrais faire le repas du soir préparer la "gamelle" de mon ex compagne pour le lendemain, et repartais au travail jusqu'a 18h.
-Je rentrais chercher la choupinette, lui donnait son bain elle s'amusait pendant que je finissais les taches ménagères (aspirateur et serpillère) puis je lui donnais son repas et au dodo. -J'attendais mon ex compagne jusqu'a 21h30 pour souper avec elle. -La veille de ses congés hebdomadaires afin qu'elle puisse se reposer je faisais également,t les même taches .
-Dans mon travail j'étais chef de brigade et me donnais à fond pour satisfaire ma hiérarchie et pour le bon déroulement du service.
-Septembre 2013 elle m'annonce qu'elle est enceinte. une joie un bonheur plusieurs mois se sont écoulés et nous apprenons avec joie que nous allions avoir un petit garçon .
-Arrivé le jour du terme l'accouchement s'est pas si bien passé (terme+6), l'anesthésiste loupe à deux reprise la péridurale et anesthésie tout le bas du corps de mon ex compagne. mon bébé bradicardait j'ai juste eu le temps d'appuyer sur la sonnette pour que la gynécologue restimule le bébé (moi a caractère anxieux je voyais la chose mal partie). Du coup césarienne et nous acceuillons avec joie mon amour Mathys 5'140 grammes est né le 2 juillet 2014 (plus gros bébé de la maternité)
-J'ai eu la chance et l'honneur d'avoir été le 1er à faire le peau à peau et lui donner son 1er bibi.
-Le temps passe nous étions fusionnel, bref nous fondions une famille heureuse (malgré la belle famille enfin bref ...)
-Mon ex compagne ne parlait plus a son père depuis plus de 15 ans, j'ai fais la démarche de lui écrire, lui envoyer un faire part et ... il m'as répondu et ils ont renoués les liens (grâce a mon courrier).
-Moi toujours à fond dans mon travail et dans les taches quotidienne du ménage et de repas je ne voulais pas qu'elle se fatigue après l'épreuve endurée.
-Reprise du travail pour elle 3 mois après, j'avais à m'occuper pas d'un mais de deux loulous en exécutant toujours les tâches ménagères et les repas (taches ménagère silencieuse me préparer lever les petits les préparer la choupinette à la crèche et le loulou chez la nounou) -Pour info la puce m'avait surnommé BABA.
-De 2014 à fin 2015 même routine sauf que je me fatiguais er j'avais perdu 20 kilos.
-Puis fin janvier 2016 en me levant mon corps a lâché (comme si il me disait ...là STOP) je me relève sans inquiétude continu mes taches puis le 2 février 2016 (je vous rappelle mon métier fonctionnaire de police) j'ai fais un burn out.
-J'arrive à mon travail me pose à mon bureau, puis d'un coup je me suis à pleurer et à hurler impossible de m'arrêter.
-Hospitalisation maison de repos convalescence mais je n'arrivai pas (et n'arrive toujours pas) à remonter la pente. Mon ex compagne m 'as soutenue jusque fin mars et un jour elle me dis (elle est infirmière) j'arrête de t'épauler je laisse faire les professionnels de santé.Nous devions nous marier le 24 septembre 2016 (costume et robe commandés).
Avec le traitement il est vrai que celui-ci me choutait un peu mais je n'étais pas une 'loc' on me diagnostique une fybromialgie donc stimulation électrique tous les jours. Bref le temps passe moi toujours pas bien mais très fusionnel avec les enfants . Ces enfants s'était ma source.
-Puis fin mai je reçois un SMS de son frère me disant "que si nous confirmions le mariage sa famille ne serait pas présente"(alors qu'il était témoin) à savoir que tout était prêt les invitations envoyées, la mairie programmée le traiteur, etc... A ma grande stupeur et tristesse il a fallu que j'annule le mariage tant invitations que programmation.(Pour elle soit disant elle me l'avait suggérée de le reporter mais je ne l'avais pas compris... peut être les médicaments... bref je sais pas).
-J'en ai voulu au monde entier
-Pour éviter de finir de payer la robe j'ai fais faire des attestations médicales je me suis malgré tout démené.
-Le temps passe je n'allais toujours pas bien et personne me comprenais, (je pleurais continuellement) et j'ai j'ai un appel au secours le 2 décembre 2016 en prenant une forte dose de médicament le soucis c'est que les enfants dormaient (ils n'ont rien entendu).
-Pompiers -SAMU et hospitalisation... et elle a profitée de cette acte pour me laisser.
-Je me suis retrouvé sans logement (je dormais chez mes grands-parents) et elle a voulu (malgré que nous n'étions pas marié) passer devant le JAF donc prise d'avocat.
-Madame gagne bien sa vie moi a ce jour je ne peux financièrement subvenir a mes propres moyens.
-Là j'ai eu un blocage à chaque que je voyais mon enfant j'hurlais de douleurs et ne pouvais pas le prendre cela a duré 3 mois.
-A l'audience elle m'as fais passer pour un cas psy et BIPOLAIRE sans attestations (enfin si... les attestations médicales pour éviter de payer la robe stipulant juste ma fragilité).
-Le JAF a décidé qu'un droit de visite un dimanche sur 2 de 10h à 18h et une expertise auprès d'un psychiatre mandaté par la justice qui aura lieu le 22 septembre pour un droit de visite et d'herbergement pour un jugement final fin novembre.
- A ce jour ayant été fusionnel avec mon fils (la ça devient dur) la déchirure est atroce j'en ai perdu confiance et estime de moi, et il ne se passe pas une journée sans que je pleure.Une semaine avant que je l'es je m'en rend malade (peur de ne pas y arriver de mal gérer ) il m'as vu pleurer... il m'as dit du haut de ses 3 ans "PAPA TU ES MALHEUREUX"
-Je n'arrive pas à le prendre tellement je souffre de l'intérieur une douleur atroce et je ne peux même pas lui offrir une glace car financièrement je n'arrive pas a joindre les 2 bouts(je verse tout de même une pension alimentaire).
-Psychologiquement je n'y arrive pas, le voir me fais tellement du mal car il ne mérite pas d'un père comme moi j'ai honte de moi.
-Financierement et psychologiquement je ne peux pas subvenir à ses propres besoin. Je vis dans un studio, et je n'ai le droit à aucune aide.
-Le 22 septembre tout ce que je vous raconte sera stipulé au psychiatre je vis avec un mal être continuel . je suis ... MALHEUREUX . Ma psychothérapie n 'est pas assez solide pour que je puisse être à la hauteur.
Ce n'était pas cela que je voulais c'était fonder une famille et être heureux tout simplement.
-Aujourd'hui on a des mauvaises pensées plus le goût à rien...Voilà mon histoire qui je ne vous le cache pas m'a beaucoup bouletée en vous écrivant.

-Merci d'avoir pris le temps de me lire
Julien

En ligne

 

   #2 06-09-2017 18:31:48

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 8977
Site web

Re: Julien papa séparé souffre de la séparation de son petit garçon

Bonsoir Julien et désolée du délai de réponse !

Eh bien, quelle histoire !! Tout un tas de commentaires me viennent à l'esprit par rapport à ta situation, je vais essayer d'y mettre un peu d'ordre :


En ce qui concerne ta situation de couple, en tout premier lieu :
- ta compagne a certainement trimé autant que toi en terme d'horaires, quoique sans les continuels allers/retours et sans l'angoisse naturellement liée à la profession que tu exerces en plein état d'urgence. La fatigue de chacun a certainement joué aussi dans le craquage - pas seulement la tienne.
- si j'ai bien compris, elle a "lâché prise" au bout d'à peine deux mois, ce qui semble un délai vraiment très bref. Mais cela peut se comprendre : elle voit des malades toute la journée et a sans doute besoin d'un environnement sans problème le soir (ce qui doit aussi s'appliquer à toi, d'ailleurs).
- je suis en revanche très surprise (choquée ?) de la manière dont ton mariage a été annulé. Informé par son frère ? Elle t'aurait "fait comprendre" ? Les médicaments ont bon dos, quand même...
- finalement, le fait que ne supportes plus de passer du temps avec ton enfant a fini par séparer la famille : ce n'est pas une question de faute ni de cruauté (de sa part ou de la tienne), mais une réaction normale => ta compagne ne pouvait pas laisser ses enfants (et encore moins ton propre fils) exposés aux larmes qu'ils génèrent, ils auraient fini par se sentir coupables de ta souffrance (catastrophe absolue). Donc ne sois pas trop amer, en vous séparant pour l'instant, tu protèges tes enfants.
- le JAF n'a rien à voir avec le fait que vous soyez mariés ou pas. Vous auriez eu besoin d'un accord de garde dans tous les cas.
- il est logique de la part de la mère de ton enfant de vouloir protéger ses enfants : elle te voit en profonde souffrance et incapable d'assumer ton rôle pour l'instant, donc elle agit en conséquence. Ce n'est ni un jugement ni une cruauté. Ta maladie t'incapacite (te rend incapable), ce qui ne veut pas dire que tu ne retrouveras pas cette capacité après ta guérison.


Ensuite ta situation personnelle : si je comprends bien (et je ne suis pas médecin !), tu fais une dépression. Une décompensation sérieuse, et qui nécessite un suivi médical (par un psychiatre et non pas un psychothérapeute et avec un traitement médicamenteux pour t'aider à gérer tes émotions en attendant que la thérapie fasse effet). A te lire, je n'ai pas vraiment l'impression que tu ailles vraiment mieux qu'en janvier, puisque tu décris aujourd'hui (septembre !) les mêmes symptômes qu'il y a 8 mois. Donc il y a sans doute quelque chose à faire de ce côté-là.
Tout le reste découle de ta maladie, il est donc inutile d'épiloguer sur les notions d'incapacité à être père que tu décris et que rien de concret ne justifie.
Une chose m'interpelle toutefois : tu as écrit au sujet de ta TS "le soucis c'est que les enfants dormaient (ils n'ont rien entendu)" => j'aurais cru que ce serait justement un soulagement de savoir que tes enfants ne t'ont pas vu dans cet état... ? En quoi est-ce un problème ?

Un dernier point concerne ta relation à ton fils : il a parfaitement remarqué que tu ne vas pas bien. Surtout, ne le laisses pas s'imaginer que c'est de sa faute à lui ! Donc dis-lui simplement la vérité : "je suis malade, et cela me rend très malheureux. Mais je suis en train de me faire soigner, ça ira mieux un jour et ce n'est pas de ta faute, cela n'a rien à voir avec toi". C'est essentiel, non seulement pour lui personnellement, mais aussi pour votre relation future.

Et enfin, sur le plan juridique :
- Le JAF n'est pas censé savoir que les attestations officielles et dûment valides présentées par ta compagne sont des mensonges. Tu constates à tes dépends que l'usage de faux n'est pas très constructif, surtout quand il s'agit d'amoindrir ses propres droits civiques ! C'est une gaffe, mais je crois que tu l'as très bien compris et je doute que tu recommences wink
- une expertise a été mandatée, elle est prévue très prochainement : c'est un point positif, il faut souvent attendre bien plus longtemps pour une audience wink
- Au sujet de ton fils, tu dis toi-même "je n'arrive pas à le prendre tellement je souffre de l'intérieur une douleur atroce" et "Psychologiquement je n'y arrive pas, le voir me fais tellement du mal". Alors... pourquoi chercher à obtenir un droit de garde ou de visite pour l'instant ? Tu risques surtout de te faire du mal à toi-même et (pire) d'en faire à ton fils. A mon avis, tant que tu ne te sens pas capable de le voir, il faut éviter de le faire : rencontre-le avec accompagnement thérapeutique pour lui expliquer la situation, puis fais une "pause", quitte à remplacer les visites par des lettres ou des dessins. Quoi qu'il en soit, il y a fort à parier que l'expert réalisera cette incapacité et rendra un rapport qui n'ira pas dans le sens d'un DVH.
- Enfin, le JAF aura connaissance du fait que tu n'as pas les moyens de subvenir à tes besoins ni d'héberger correctement un enfant en bas âge : je doute dans ce contexte que tu puisses garder ton fils pour le WE, et encore moins pour les vacances.



En conclusion de tout ce message, je pense que la priorité absolue pour l'instant ne réside pas dans des procédures judiciaires ou dans un DVH avec ton enfant, mais dans l'apaisement : pour toi, pour lui et pour ta compagne. Soigne-toi, concentre-toi sur toi : le reste suivra.

En ligne

 

   #3 06-09-2017 19:03:38

JULIENPOPapa
Membre
Lieu: Haute Savoie
Date d'inscription: 05-09-2017
Messages: 6

Re: Julien papa séparé souffre de la séparation de son petit garçon

Bonsoir TRUFFE2MIEL
Déjà je te remercie d'avoir pris le temps de lire mon post et de m'avoir répondu.
En aucun cas je lui fais croire que c'est de sa faute !!!!! bien au contraire quand je l'ai au téléphone ou le dimanche je lui dis et il comprends que papa il l'aime mais qu'il es malade et qu'il se soigne et qu'il n'y es pour rien.
Concernant la TS oui c'est un soulagement qu'il les rien entendu mais pour mon ex compagne ça a fais un poids pour le JAF
Ce dont j'ai peur lors de l'expertise (je suis complètement honnête et sincère) c'est de perdre l'autorité parentale a cause de ma fragilité.
Oui pour le mariage ça a été un moment très dur.
Concernant ma depression celle-ci a découlée de mon burn out
Tu sais je suis en thérapie très suivie et quand je parle de mon fils je me mets a pleurer quelque chose d'horrible une douleur profonde !! Comme dis la chanson de Serge LAMA je suis laid sans toi je suis seul sans toi comme un orphelin dans un dortoir même si cette chanson n'as pas cette signification.
mais je n'y arrive pas la déchirure est trop profonde nous qui étions fusionnel.
je te remercie encore de ton message
Julien

En ligne

 

   #4 06-09-2017 19:08:41

JULIENPOPapa
Membre
Lieu: Haute Savoie
Date d'inscription: 05-09-2017
Messages: 6

Re: Julien papa séparé souffre de la séparation de son petit garçon

j'ai oublié TRUFF2MIEL une chose qui m'as choqué dans ton post.
tu dis:
Finalement, le fait que ne supportes plus de passer du temps avec ton enfant a fini par séparer la famille : ce n'est pas une question de faute ni de cruauté (de sa part ou de la tienne), mais une réaction normale => ta compagne ne pouvait pas laisser ses enfants (et encore moins ton propre fils) exposés aux larmes qu'ils génèrent, ils auraient fini par se sentir coupables de ta souffrance (catastrophe absolue). Donc ne sois pas trop amer, en vous séparant pour l'instant, tu protèges tes enfants.C'est le contraire je passais tout le temps avec les enfants en aucun cas le fait de ne plus les supporter bien au contraire !! quand j'étais pas bien je me cachais pour ne pas qu'il voit mon mal-être. je ne pleurais jamais devant eux . Toujours en cachette.

En ligne

 

   #5 07-09-2017 00:12:11

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 8977
Site web

Re: Julien papa séparé souffre de la séparation de son petit garçon

Bonsoir Julien,

Je suis tout à fait désolée de t'avoir choqué ! Cela dit, j'ai peur que tu sous-estimes la finesse de perception des tous-petits : ils ont peu de mots pour communiquer, donc ils se servent de leur émotions et sont extrêmement empathiques, de vraies petites éponges à émotions. Tu peux te cacher autant que tu veux, ils sentiront ton mal-être de toute façon.
Mais là n'était pas le point essentiel.

Je suis soulagée que tu aies pu expliquer la situation à ton fils, c'est important pour lui. Et pour toi, d'ailleurs, parce que cela concrétise tes soins et te donne un objectif.

Je rebondis sur ta crainte de retrait de l'autorité parentale : on ne retire PAS l'autorité parentale à une personne simplement parce qu'elle est malade (et qui plus est en cours de soin). On ne la lui retire même pas en cas de violences sur l'enfant, c'est te dire ! Tu ne risques rien sur ce plan : tu seras toujours son père, affectivement et légalement.
Ce que tu risques, c'est que le JAF soumettes le DVH à un résultat de soins. Traduction : qu'il ne t'autorise à garder ton fils sur un WE que lorsque tu iras mieux. Ce qui, au fond, serait mieux pour vous deux, tu ne crois pas ?

En ligne

 

   #6 07-09-2017 10:30:50

JULIENPOPapa
Membre
Lieu: Haute Savoie
Date d'inscription: 05-09-2017
Messages: 6

Re: Julien papa séparé souffre de la séparation de son petit garçon

Bonjour TRUFF2MIEL
Merci de ta réponse
Tu sais si tu lis la loi pour le retrait de l'autorité parentale il est bien stipulé qu'elle peut avoir lieu a une pathologie le JAF a demandé a l'expert d'estimer mon état physique et psychique pour l'autorité parentale
Je serai franc avec le psychiatre en lui disant que quand j'ai mon enfant malgré tout mon amour que j'ai pour lui je n'y arrive pas je panique j'ai peur de mal faire de ne pas gérer malgré mes soins.
Je sais pertinemment que les enfants sont de vrais éponges mais la vie est ainsi

Belle journée
Julien

En ligne

 

   #7 07-09-2017 11:06:24

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 8977
Site web

Re: Julien papa séparé souffre de la séparation de son petit garçon

En réalité, la loi (art. 371 du CC) stipule que le JAF peut retirer l'autorité parentale en cas de
- désintérêt du parent pour son enfant (constitué en cas d'absence totale d'implication pendant 2 années consécutives) : ce n'est pas ton cas.
- danger pour l'enfant : tu ne présentes pas de risque pour lui, surtout avec un DVH aussi réduit !
- condamnation pour crime : clairement, ce n'est pas ton cas non plus.


Tu es temporairement incapacité et tu as lancé les démarches pour aller vite mieux. Ton enfant serait négativement impacté par un retrait de l'autorité parentale, et il n'y a donc pas de fondement juridique pour l'appliquer.

N'angoisse pas trop ! wink

En ligne

 

   #8 07-09-2017 16:49:40

JULIENPOPapa
Membre
Lieu: Haute Savoie
Date d'inscription: 05-09-2017
Messages: 6

Re: Julien papa séparé souffre de la séparation de son petit garçon

Merci a toi TRUFF2MIEL
tu es un personne géniale

Merci

En ligne

 

   #9 07-09-2017 23:41:10

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 8977
Site web

Re: Julien papa séparé souffre de la séparation de son petit garçon

Prends soin de toi ! Tu traverses clairement une phase merdique (pardon, mais il n'y a pas vraiment d'autre terme, là) mais ce qu'il y a de bien avec les phases, c'est qu'elles finissent par passer.

En ligne

 

   #10 08-09-2017 12:26:07

JULIENPOPapa
Membre
Lieu: Haute Savoie
Date d'inscription: 05-09-2017
Messages: 6

Re: Julien papa séparé souffre de la séparation de son petit garçon

J'espère mais pour le moment je ne suis pas apte a gérer malheureusement mon fils tellement la peur de mal faire ne pas gérer et crise de panique sont présentes.

Merci TRUFF2MIEL

En ligne

 

Pied de page du Forum

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2008 PunBB


Copyright © 2001-2009 JeunePapa.com


Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Poussette

1506074561