• Accueil
  •  » Etre père
  •  » Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

   #1 27-02-2018 13:13:51

Chaya1987Future Maman
Membre
Date d'inscription: 27-02-2018
Messages: 5

Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

Bonjour,

J'écris ce message car je me sens complètement perdue, et ai besoin de conseils de personnes, et d'hommes si possible, qui seraient passés par là.

Nous avons tous les deux 30 ans. J'ai arrêté ma pilule à la demande de mon compagnon, qui me disait se sentir prêt à être père. (Le sujet est donc venu de lui...) Pour ma part, j'étais très heureuse de son envie, qui semblait croître de jour en jour, car je l'aime et le veux comme père pour mes enfants. Il rêvait même que je porte des jumeaux. Le premier cycle d'arrêt, je me suis absentée chez de la famille (en congés), car je voulais qu'il soit sûr de son choix.

Au premier vrai cycle d'essai, j'avais fait un test d'ovulation, qui était directement positif, en lui demandant s'il était prêt pour ce vrai essai. Il était si heureux. Il m'envoyait à tout va, en journée, des smileys de femme enceinte / bébé / etc... Il me parlait que l'on serait bientôt au moins 3.
Il m'a même dit que ça lui ferait surprenant, un peu peur, si ça prenait de suite, mais qu'il serait ensuite complètement gaga de la situation, du bébé, de me voir enceinte. Il me caressait souvent le ventre en pensant au petit bout qui pourrait pointer bientôt son nez.

Et me voilà enceinte de notre trésor si désiré par tous les deux !
Je suis dans ma 6ème semaine d'aménorrhée (embryon de 3 semaines et demi donc).

ET monsieur prend peur et me demande d'avorter, et que si je refuse, il me quitte !!!!!!

Il me dit qu'il est très très amoureux, mais qu'il m'en fera un autre dans quelques mois à peine, que c'est juste arrivé trop vite dans les essais (heureusement que j'ai repoussé les essais d'1 mois en passant), que je dois lui faire confiance.

Mais cet enfant, il m'en a tellement parlé avec amour... Ce n'est pas comme si je lui avais fait dans le dos. J'ai peur des conséquences psychologiques d'un avortement lorsque l'enfant est désiré dans le couple. Nous l'avons fait venir par amour, pourquoi arrêter son cœur parce qu'en fait, quelques mois de plus sans ce serait sympa ?

J'ai accepté de commencer les démarches pour une IVG. J'ai rendez-vous ce lundi 05 mars pour une échographie de datation, obligatoire avant tout avortement... Je suis si amoureuse de cet homme, que je ne peux m'imaginer le quitter. Mais je sens que ce serait une bêtise. Je trouve sa réaction immature. Il me dit qu'il prend la décision de ne pas être père et que libre à moi de prendre la mienne, et qu'il espère que je le choisirai car il ne me voit pas sans moi. Moi je vois surtout qu'il a pris la responsabilité de créer un petit bout, et qu'il a peur au point de ne pas assumer ses responsabilités.

Y-t-il des hommes ici, ou des femmes qui ont vécu ce type de situation ? Je comprends la peur. Moi aussi j'ai peur, et même s'il avait accepté la situation j'aurais eu peur de mon nouveau statut à venir... Mais je me dis que c'est une aventure désirée, que chaque grande étape fait un peu peur, que c'est normal. Mais est-ce normal une peur aussi forte ? Il dit que s'il essaie de rester avec moi alors que je le garde, ça le tuerait. Ça me semble un peu exagéré comme crainte.

Comment puis-je le raisonner, l'aider à dépasser cette peur ? Devrais-je aller jusqu'au bout de la démarche d'avortement ? J'ai 30 ans, et c'est le premier homme avec qui j'ai accepté cette aventure. J'ai toujours refusé dans mes histoires précédentes. Je sais par avance qu'avorter dans ces conditions parfaites d'accueil (à la base...) me détruirait, mais l'élever seule me parait compliqué. Et surtout je suis très amoureuse de mon compagnon. 

Petite précision qui a je trouve son importance : Il a été (choqué, comme moi, puis) heureux le jour de l'annonce. Il me parlait qu'il souhaitait une maternité proche de chez nous, et que l'on ferait venir ma famille (qui vit dans le sud). Il me disait qu'il ne veut pas que j'aille dans le sud en fin de grossesse, car il a besoin d'être présent pour nous.

Hors ligne

 

   #2 27-02-2018 14:48:40

LamyPapa
Membre
Date d'inscription: 16-12-2008
Messages: 410
Site web

Re: Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

Bonjour Chaya,
Je suis très touché par ton histoire, et tout d'abord : je veux te dire combien je compatis.
Je n'ai malheureusement pas de solution miracle à te donner, le problème que tu rencontres étant l'un des plus vieux de la planète : monsieur se carapate devant la paternité.
Je pense que ton analyse est bonne, et que ce que tu ressens avec tes tripes est totalement dans le vrai : avorter ce petit bout te laisserait probablement des regrets durables, et, je le pense, plus durables que si ton compagnon te quitte. (j'ai conscience en disant cela de la brutalité, je m'en excuse si tu veux bien).
Apres, mon sentiment de mec est que monsieur, après avoir dit "oui-oui"  à une paternité un peu théorique panique devant la réalité : il est bouleversé par la paternité, et il est surpris par la rapidité. (eh oui : au passage : vous êtes apparemment très féconds ensembles : et c'est quand même une bonne nouvelle quand on voit les couples qui galèrent et qui aussi s'abiment pour ça...) il a peut-être besoin de quelques jours pour digérer ? Soit douce mais ferme avec lui, le te laisse pas entrainer dans une spirale de violence verbale, s'il te voit droite et déterminée il a plus de chance de reprendre pied avec la réalité.
Bon courage à toi ... et tiens-nous au courant !


Papa de Louis (Avril 2005), Marie (Mai 2009), Benoît (Décembre 2010) et Paul (Avril 2013)

Hors ligne

 

   #3 27-02-2018 17:15:05

Chaya1987Future Maman
Membre
Date d'inscription: 27-02-2018
Messages: 5

Re: Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

Merci merci merci Lamy !

J'ai posté sur un site féminin il y a quelques jours, et le soutien était là, mais je crois que le plus important pour moi maintenant est d'avoir le regard d'hommes.

Je n'ai pas envie de le blâmer de ne pas assurer, j'ai envie de le comprendre et si possible qu'il prenne conscience que cela peut bien se passer si on garde l'enfant. Il pense qu'il me perdra. Il veut faire d'un coup un grand voyage JUSTE tous les deux. (Ce "juste tous les 2" revient souvent...)

Et c'est très rassurant aussi d'entendre de la part d'un homme, que la parentalité (si construite avant psychiquement du moins), ne peut qu'être rarement regrettée. C'est important que je l'entende vu mon état de faiblesse actuel Vraiment pas représentatif de ma manière de penser en général...

Nous avons toujours été dans la douceur verbalement, pas de mot rabaissant du moins. On a toujours fait très attention.
J'avais été ferme au départ sur ma décision de garder l'enfant, mais cela l'avait renforcé dans le fait de ne pas se sentir compris, et donc dans sa décision de ne pas assumer une paternité maintenant.

Je tente maintenant de cheminer moi-même vers l'avortement. Je me dis : que je réussisse ou pas, j'aurais fait le maximum pour nous.
(Ça peut paraître paradoxal, mais je serais capable d'avorter que si je ressens qu'il serait potentiellement là si je le gardais... Parce que je le ferais pour notre couple, et que j'ai donc besoin de l'estimer pour continuer avec lui...)

Je fais donc des efforts pour cheminer vers l'avortement (je commence un travail d'acceptation, de deuil + j'évite de parler à ma famille, si réjouie de ma grossesse, pour ne pas être influencée...).
Il le voit, et de ce fait arrive mieux à écouter ma position, ma douleur de l'acte d'avorter, et voit combien je l'aime pour envisager ça. Il est du coup aussi capable d'entendre pourquoi au fond je rêve de pouvoir le garder, pourquoi je l'aime déjà ce petit bout....

J'ai l'impression que je pourrais aller jusqu'au bout. Mais au fond, je me dis  que si je ne refoule pas mes émotions le jour de l'écho, je craquerais forcément et changerais d'avis. Il le sait aussi, l'entend, et j'espère chemine sur cette possibilité...

J'espère en bref qu'il est prêt à affronter "l'impossible" pour moi comme je me prépare à le faire pour lui.

Ce 05 mars m'effraie.

Encore merci pour le soutien Lamy. Les mots d'un homme sont rassurants. Tous ne semblent pas se représenter ce phénomène d'enfant "fantôme" (due à la culpabilité) qui peut naître chez la femme, qui l'a enlevé concrètement de sa chair. Si je me prépare à une telle situation, c'est que c'est le premier homme que j'aime sincèrement. C'est dur de devoir choisir...

Je vous tiendrai au courant de notre avancée. Après le 5 mars, puis après le jour de la prise ou non des pilules abortives.

Hors ligne

 

   #4 28-02-2018 15:14:24

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

Bonjour Chaya,

Je suis du même avis que Lamy : reste calme et trace ta route sans angoisser.

S'il ne s'agit que d'un délai de quelques mois, je ne vois pas où est la nécessité pour lui de te faire passer par une telle violence psychologique, et anéantir la vie de votre bébé au passage.
Mon opinion, dans ce cas précis, est qu'il va devoir grandir très vite. Ou te quitter.

Et toi, où en es-tu ? Es-tu prête à passer ta vie de femme mariée aux côtés d'un homme qui t'aura poussée à avorter pour gagner quelques mois de réflexion ? Il te demande de lui faire confiance, mais a-t-il seulement conscience de la gravité de ce qu'il te demande ? Si tu obéis à sa demande, pourras-tu ensuite lui faire encore vraiment confiance ? Comment savoir si, la prochaine fois qu'il se dira prêt, il ne va pas à nouveau paniquer aux premiers signes de grossesse ? Et même si c'était le cas, comment respecter et aimer réellement un homme qui te demande une telle chose pour une raison aussi futile ?

Tu auras compris que dans ta situation particulière, mon conseil est (pour une fois !) de ne pas trop écouter le papa : il a peur, et cela se conçoit. Il a rêvé une chose, comme un enfant rêve au grand huit... et panique quand il réalise ce qui l'attend vraiment. Comme un enfant, il peut avoir besoin que tu le prennes par la main pour l'y emmener, ou bien que tu le laisses choisir complètement autre chose. Mais cela ne t'empêche pas, toi, de monter dans le grand huit.

En ligne

 

   #5 12-05-2018 17:22:56

Chaya1987Future Maman
Membre
Date d'inscription: 27-02-2018
Messages: 5

Re: Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

Bonjour à tous,

Je vous remercie tous pour le soutien apporté. :-)
Je n'ai pas répondu plus vite car situation bien plus compliquée encore que je n'aurais pensé... Je vous fais donc un retour de ce qu'il s'est passé au final :

Je n'ai pas réussi à avorter, en grande partie car le jour de la prise du premier comprimé, à la seconde-même du départ, j'ai appris qu'une personne très proche était hospitalisée, avec amputation envisagée.
Bref, j'avais donc ce retard et ce sentiment d'amputation (mot que j'utilisais déjà) qui m'envahissait concernant aussi cet avortement. Je sentais qu'on allait m'enlever une partie de ma chair. J'ai bloqué dans ma voiture...

Finalement, le "papa" a été très déçu, puis en colère, n'était pas inquiet pour mon proche du tout...
Il a finalement accepté de s'occuper de l'enfant, mais imaginait toujours que notre couple serait fichu. Il souhaitait que je reste pendant ma grossesse, mais pensait déjà garde alternée, car pour lui, prendre soin de l'enfant = le rejeter lui. Il me répétait que j'étais sa force, et que si je donnais de l'attention au bébé, il n'en aurait plus assez pour se sentir fort lui. Il m'a avoué vouloir s'engager (au-delà de ses sentiments) avec moi à la base pour ma force, ma joie de vivre, et avoir espéré que je le sauverais, ce que j'aurais fait jusqu'à maintenant de ses mots...

Puis rebondissement encore... A la fin des 3 mois, j'ai fait une échographie de suivi. Monsieur a regardé l'écran 5 secondes max puis a regardé le sol fixement, en respirant fortement de stress. Je lui ai proposé de sortir si ça lui faisait du bien. Il est parti m'attendre dans la voiture. Il ne s'attendait pas à voir un vrai bébé, et surtout il m'a dit "Je suis venu parce que je croyais qu'il serait mort. Je t'ai juste demandé à ce qu'il soit mort, c'est pas grand chose non". Puis insultes sur ce "bâtard" vu à l'écran et je n'ose dire les choses dites à mon encontre. Ça a été très dur.
Je me dis alors qu'il a "juste" paniqué. Il va dès notre retour chez sa maman et lui apprend la grossesse. Sa maman lui a ordonné de ne pas l'assumer. Elle est venue me dire en face que si je n'avortais pas à l'étranger, elle se suiciderait, car aucun de ses enfants ne doit se donner le droit de faire ses propres enfants (car son ex-mari décédé ne les verrait pas). Bref... J'ai découvert une problématique familiale, et une mère qui menace son fils s'il ose désirer une paternité.

J'ai donc par amour et folie je me dis avec le recul, procédé à des démarches d'avortement hors délai (oui, ça existe en France, sur Paris notamment). Les données sont dans ce cas trafiquées. J'ai fait une journée complète d'examens, je suis passée sur 4 appareils échographiques, car bien que dans mon 4ème mois, bébé arrivait à s'enfoncer la tête en profondeur dans mon ventre, empêchant toute mesure. On m'a dit que comme les procédures seraient les mêmes que pour un avortement, mais qu'il était trop gros, les risques de stérilité étaient augmentés, à cause des débris d'os du foetus qui restent parfois. (Ca ça a été dit par la gynéco qui acceptait de me faire l'intervention)
Plus tard, la chef du service est intervenue et m'a clairement dit que même les femmes sûres d'elles ressortent "traumatisées à vie" à ce stade, que je ne me rendais pas compte de ce que je faisais. Et que l'élever seule serait plus responsable (que le découper sans endormissement comme j'envisageais de le faire). Gros discours fait, donc, après qu'elle ait volontairement perdu mon compagnon dans les couloirs des urgences maternité... (Je trouve ses propos durs pour une femme sûre de son choix. Mais à moi, ça m'a fait du bien; je me suis sentie comprise.)

Pour faire court, je suis maintenant séparée, car il ne veut pas reconnaître l'enfant. Il espère réussir à faire comme si je n'avais jamais existé, et encore moins le bébé... "Belle" illusion.
En fait, il est obsédé par le risque d'avoir un enfant et qu'il y ait un jour des disputes dans le couple, et que l'enfant en souffre (de répéter un schémas qu'il a très mal vécu). Dans le doute, il préfère ne pas tenter du tout...
Je suis du milieu médical, et suspecte un trouble de la personnalité, dont il serait informé (d'où sa peur panique, obsédante de répéter ce fameux schémas). Il m'a tant fait comprendre que je l'avais stabilisé, et avec ses "Elle m'abandonne, elle préfère le bébé", qu'il répétait en boucle sur la fin...

J'aurais en tout cas souhaité tenter pour ma part... Qu'il me fasse confiance sur le suivi de sa problématique.
Je suis partie il y a 6 jours. Pendant 2 jours il me disait par messages être extrêmement triste car il voulait faire sa vie avec moi. Puis il alternait avec des reproches sur le fait que je ne l'aurais pas choisi lui, que je n'étais pas normale, qu'il avait besoin de moi, etc.. Puis il m'a bloquée, pour s'empêcher lui-même de m'envoyer des messages j'imagine...

Pour conclure, je suis partie à près de 800km, et vais prendre soin de ce petit bout qui n'a rien demandé. Je mets mon énergie sur des projets (formation continue car j'ai un métier-passion, accueil en douceur pour bébé, cours de langues jusqu'à sa naissance). Avec tout ça, aucun de mes amis n'est au courant pour ma grossesse. Je préfère dire les choses maintenant car mon ventre commence doucement à se voir, et que je vis en bord de mer...

Je ne suis pas du genre à avoir des regrets. Je pense avoir tout donné. Il y a pire situation que devenir maman solo, surtout d'un bout de chou fait par amour.
Je ne suis pas certaine d'exiger de sa part la reconnaissance de son fils. Il a osé juré qu'il se vengerait sur lui sinon... Avec son instabilité actuelle, j'ai l'impression que ce ne sont pas des paroles forcément en l'air. J'ai crû connaître cet homme, en tant d'abord que collègue, puis ami, puis compagnon. Mais c'était notre première vraie crise, et j'ai crû comprendre que les difficultés le rendent ainsi...

Aux femmes qui doivent vivre leurs grossesses seules, un seul conseil, pensez à vous. Soyez entourées au maximum. On s'en fiche des qu'en dira-t-on. Si besoin d'extérioriser, des psy PMI sont une idée (pas encore fait mais possible, selon mon besoin). Et projeter vous dans des projets personnels. Je sais au fond de moi que cette bouille d'amour qui pointera son nez dans 5 mois me rendra la plus heureuse des mamans. Je sais que je ne finirai pas seule non plus (même si je suis assez difficile pour ne pas forcément trouver un homme que j'aime autant que son "papa"). Je sais aussi que la vie est faite de surprises, et de belles aussi, et que cette bouille fera partie de celles-ci.

Encore merci pour le soutien reçu ! Ca a été une bouée qui m'a aidée à ne pas faire le mauvais choix. Si j'avais avorté, de cet enfant si désiré par notre couple, je prends conscience qu'il n'aurait pas eu la stabilité émotionnelle lui-même nécessaire pour m'aider. (Il rejette quand perd pied...)

Alors merci merci merci ! Et de belles pensées pour vous !

Dernière modification par Chaya1987 (12-05-2018 17:29:52)

Hors ligne

 

   #6 13-05-2018 14:50:15

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

Eh bien quelle histoire !! hmm

Tu as réagi avec une grande force de caractère et un beau courage, je ne sais pas si j'aurais eu ta patience et ton cran dans cette situation.

En effet, le géniteur de ton enfant semble avec un gros souci, aussi bien avec sa mère qu'avec sa propre existence, l'autre découlant probablement de l'un... Le risque, bien sûr, c'est que Monsieur choisisse finalement de reconnaître l'enfant et que votre vie à tous les deux en soit chamboulée d'ici quelques mois/années. Le plus simple dans ton cas est en effet sans doute de ne pas chercher à imposer un lien qui n'est pas désiré (pire, qui est rejeté) - mais sache que les deux parties peuvent changer d'avis plus tard.

Qu'en pense ta famille ? Leur en as-tu déjà parlé ?

En ligne

 

   #7 22-06-2018 23:23:32

Chaya1987Future Maman
Membre
Date d'inscription: 27-02-2018
Messages: 5

Re: Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

Bonjour,

Je te remercie Truffe2Miel pour ton soutien !

Désolée pour les messages espacés, mais je n'oublie pas.. ;-)

Ma famille a toujours souhaité que je garde l'enfant, mais m'aurait soutenue quelle que soit ma décision. En fait dès que l'on a parlé bébé, j'ai annoncé à tous mes proches (amis et famille) que j'étais prête et que essais bientôt. C'est pourquoi leurs avis penchaient plus dans ce sens.

Quoi qu'il en soit, rebondissements encore.. Très inattendus pour ma part..
J'ai donc emménagé dans les 700km, et peu après avoir écrit le dernier message sur le forum, il m'a recontactée.
Un échange avec sa soeur l'a réveillé. Elle lui aurait conseillé de ne pas rompre le lien avec moi, au cas où il changerait d'avis. Elle doit le connaître sur le bout des doigts. Il se serait senti incompris sur le coup et se seraient disputés de ce fait. Il croyait que j'étais en contact avec sa sœur et s'est senti du coup trahi..

Mais 2 jours plus tard, il m'a appelé pour m'annoncer qu'il voulait reconnaître le petit, qu'il m'aimait et nous demandait pardon. C'était il y a un mois et demi. On ne s'est pas revus encore, à cause de la distance, et d'un alitement qui m'a été prescrit suite à mon surmenage enceinte...
Mais il fera la distance une semaine par mois pour commencer dès la semaine prochaine, tout est posé déjà.

Cette distance permet de se laisser le temps, et de doucement voir ce que je peux pardonner, et nous réapprivoiser surtout. Le temps qui est passé, puis le temps d'accoucher plus le temps de la fin du congé maternité ; 9 mois quasi seront passés sur ce rythme. C'est suffisant pour avancer doucement. J'ai besoin d'être rassurée, d'être assurée que certains mots dits ne reviendront plus jamais.

Il m'en veut que je sois si loin, que le petit soit si loin, sans se rappeler la mise à la porte apparemment, sans aucune famille proche géographiquement. Je n'avais pas eu le choix.

Bref, on s'aime vraiment très fort. On s'appelle tous les jours, petits messages, et congés à tout va posés pour se voir encore et encore, venir aux échos, aux séances de prépa à l'accouchement aussi, malgré la distance. A la base, je l'ai fait pour respecter sa paternité, puis mes sentiments se sont mêlés.

Il va normalement bientôt être muté, au plus proche de chez moi. Et je ferai la distance restante s'il m'a montré que ses désirs sont stables, qu'il sera là pour moi et l'enfant bien entendu.
Je suis heureuse que l'on reprenne en douceur.

Je l'aime mais ai conscience comme tu le dis si bien Truffe2miel, qu'il y a "un souci avec sa propre existence". Il m'avait déjà parlé plus en avant de sentiments de vide récurrents, de perte de sens. Il sait être le plus merveilleux des hommes de la Terre, mais a un côté tout noir/tout blanc, sans nuance. Jusqu'à aujourd'hui je ne connaissais que le tout blanc, qui rend la vie magnifique à vivre à ses côtés.
Donc je fais ma vie de mon côté, en espérant de toute mes forces pouvoir l'inclure à 100% dedans. Je veux qu'il me prouve que l'enfant n'aura jamais ce "tout noir", qu'il maîtrise ces fluctuations, ses peurs d'être trahi encore et toujours.

J'observe, le respecte, et avance en attendant comme si j'étais seule, car dans le quotidien et  les premiers achats, je le suis pour le moment.

Sa présence par tél m'aide à bien vivre ma grossesse au final. Mes sentiments pour lui font croître ceux que j'ai pour mon fils.

J'ai retrouvé mes vrais amis là où je suis. Je me sens entourée. Je me sens heureuse.
Je suis amoureuse mais non aveugle et c'est très bien ainsi.
J'espère de tout coeur que tout finira bien.

PS : Aux femmes dans ma situation de choisir d'avorter ou non, mon avis très personnel : Je risque d'accoucher prématurément (risque pour le moment maîtrisé) d'un être que j'aime d'un amour intense. Et pourtant, je crois que s'il devait avoir un souci et décéder dans mon ventre ou dans un service néonat à 6 mois de gestation, je serais je crois bien moins traumatisée que si j'avais avorté de cet enfant désiré à 2, que j'ai faut venir intentionnellement. Bien sûr je vais tout faire pour prendre soin de lui, et ressens que tout se passera bien pour lui.
C'est juste une réflexion que je me suis faite aujourd'hui. Je ne regrette pas mon choix. Cet enfant je l'ai fait venir, et ferai donc tout ce qui est en mon pouvoir pour le rendre heureux et en santé.

J'embrasse les personnes qui m'ont tant soutenue, et Truffe2miel aussi, présente jusqu'au bout. C'est grâce vos messages que j'ai tenue, ils m'ont donné la force nécessaire.
Je suis très très heureuse de ma vie actuelle.

Je vous souhaite tout le bonheur !

Hors ligne

 

   #8 23-06-2018 08:06:19

truffe2mielMaman
Administrateur
Date d'inscription: 21-01-2009
Messages: 9129
Site web

Re: Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

Bonjour Chaya,

Quel plaisir de lire ces nouvelles ! smile Je te souhaite que tout continue sur cette voie, et que ce papa trouve en lui les ressources nécessaires pour entamer une thérapie et s'apaiser.

Quoiqu'il arrive, tu restes la bienvenue sur les sections de ce forum - couple ou parentalité !

En ligne

 

   #9 23-06-2018 19:54:17

Chaya1987Future Maman
Membre
Date d'inscription: 27-02-2018
Messages: 5

Re: Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

Merci beaucoup truffe2miel !

Pour la thérapie, il a tenté mais a annulé le premier rendez-vous.
Il pourra peut être plus tard, je l'espère.

Avec plaisir que je reviendrai ici ! Ma première expérience des forums, et pour le coup, très positive! :-)
J'ai très apprécié de me sentir écoutée sans jugement (malgré certains débordements de monsieur que j'avais exprimé). Et les conseils et avis de Lamy m'avaient beaucoup rassurée sur ma décision aussi.

Bonne soirée ! :-)

Hors ligne

 

   #10 23-06-2018 20:21:35

Izzy56Future Maman
Membre
Date d'inscription: 21-05-2018
Messages: 21

Re: Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

Bonjour chaya
Je me permets ce petit message juste pour te dire que je te trouve extrêmement courageuse et que ton histoire m'a beaucoup touché.
Je vis une grossesse très compliqué vis à vis du papa aussi, pour d'autres raisons que celles que tu as vécues mais je suis vraiment heureuse de l'issue de ton histoire. Même si je sais que la mienne ne vivra peut-être pas la même, ça m'offre de l'espoir et la force de m'accrocher.
Je te souhaite une belle fin de grossesse et plein de bonheur pour la suite

En ligne

 
  • Accueil
  •  » Etre père
  •  » Il a voulu un bébé, puis veut que j'avorte - Urgent...

Pied de page du Forum

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2008 PunBB


Copyright © 2001-2009 JeunePapa.com


Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Poussette

1542377789