Format imprimable

Quand elle ne veut pas que vous soyez là pour l’accouchement

Oui, cela arrive, et sans doute plus souvent qu’on ne le croirait. Certaines femmes ne veulent pas que le futur papa soit de la partie.

Si vous n’étiez pas très chaud à l’idée de vous retrouver aux premières loges, tout va bien. Cela simplifie même les choses, vous ne devrez pas en discuter des heures et elle ne vous en voudra pas d’avoir fait les cent pas dans la salle d’attente.

Lisez aussi notre article sur la présence du père à l'accouchement
Mais si vous comptiez bien assister au premier cri de votre enfant, peut-être même couper vous-même le cordon, cela devient nettement plus délicat. En effet, vous ne pourrez pas la forcer à vous laisser être à ses côtés. Et si elle demande à ce que vous quittiez la pièce le jour J, le corps médical respectera probablement son souhait.

Sans doute la première question que vous vous poserez quand vous entendrez « Chéri, je ne veux pas que tu sois là », c’est « Pourquoi ? » ou encore « Comment est-ce possible ? Ce sont les papas qui veulent pas être là, pas l’inverse ! ». Surtout que les premières explications de la maman risquent d’être confuses et peu crédibles. Il peut être difficile pour elle de vous expliquer les raisons de son refus, qui peuvent être très personnelles.

Mais comprendre ces raisons est naturellement très important pour vous, à la fois pour mieux accepter sa décision (même si ça sera toujours à contre coeur), mais aussi pour pouvoir peut-être arriver à lui faire changer d’avis en la rassurant.

Les raisons qui peuvent être à l’origine de son refus sont diverses.



Pour certaines femmes, c’est culturel. Dans leur culture, leur traditions, l’accouchement à toujours été une affaire de femmes et les hommes n’y prennent pas part. Elles sont entourées d’autres femmes, souvent déjà mères elles-mêmes, qui assurent le soutien dont elle a besoin. Cela n’est pas aussi surprenant que ça : même en Occident, le futur père n’a été admis en salle d’accouchement que récemment, et il existe encore des maternités où il est « toléré » mais pas vraiment le bienvenu. Quand on ne lui demande pas de patienter devant la porte tout simplement. Pour elle votre présence peut ne pas être évidente.

Cela peut aussi être par pudeur. Un accouchement est quelque chose de très intime. Etre installé sur la chaise gynécologique, jambes écartées, les pieds dans les étriers, n’est pas évident. Ne seriez-vous pas gêné d’être vu dans une telle position ? Est-ce qu’elle vous a fait assister aux visites chez le gynécologue, durant lesquelles elle était installée de façon semblable ? Si c’est non, la cause de son refus vient probablement de là.

Parfois c’est par coquetterie ou par peur. Elle sait qu’elle n’apparaîtra pas sous son meilleur jour. Elle va souffrir, hurler, pleurer, aller à selles peut-être, faire des grimaces… Et tout cela dans une position qui n’est pas des plus orthodoxes. Elle peut avoir peur qu’après l’avoir vue ainsi, vous la trouviez moins belle ou que vous ayez moins de désir pour elle. Et les nombreux témoignages d’hommes et de femmes qui attestent d’une baisse de désir chez l’homme qui a assisté à l’accouchement ne l’encouragent pas à réclamer votre présence. On aura beau lui dire que ça n’arrive pas systématiquement, que vous n’êtes pas obligé de regarder dans le détail… la peur est là.

Une autre raison peut être le fait qu’elle craint que vous ne soyez pas d’une grande aide, que vous la stressiez encore plus au lieu de la rassurer ou qu’elle devra faire aussi attention à vous parce que vous risquez de tomber dans les pommes. Elle aura assez à faire avec elle-même et le bébé sans devoir s’occuper de vous en plus. Cela arrive si elle sait que vous ne supportez pas les hôpitaux ou la vue du sang, ou encore lors d’un deuxième accouchement : le souvenir de votre attitude et de vos réactions lors du premier accouchement auquel vous aviez assisté peut la dissuader de vous laisser être à ses côtés.

Une fois que vous aurez compris ce qui la pousse à vous laisser dans la salle d’attente, vous pourrez peut-être arriver, avec elle, à une solution qui vous permette de ne pas rater la naissance de votre enfant. Vous pouvez peut-être lui proposer d’être à ses côtés pendant le travail et de sortir au moment de la naissance pour revenir juste après. Il y a des chances pour que, si vous ne commettez pas d’erreur pendant le travail, elle vous demande elle-même de rester pour la soutenir dans les derniers instants. Vous pouvez aussi lui dire que vous ne comptez pas regarder, mais simplement rester à ses côtés, pour lui tenir la main… Discutez-en dans le calme, en lui disant que vous comprenez mais que pour vous c’est important et que peut être vous pouvez arriver à un compromis. Et si c’est un « NON » ferme et définitif, vous devrez prendre votre mal en patience, mais au moins vous saurez pourquoi.



  

Tous les articles sur l'accouchement
Retour à l'index de Accouchement



La naissance
en images

Vos témoignages

Préparation à
la naissance
Calcul date accouchement
Calculer la date d' accouchement




Assister à l'accouchement:


Un désir
Pas question
Une obligation
la maman ne veut pas
Indécis

Copyright 2001-2019 JeunePapa.com

Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Cadeaux naissance | Poussette | Faire-part Naissance