Format imprimable

L’accouchement : tant attendu et tant redouté

Le jour J approche. Enfin, direz-vous. Vous allez rencontrer votre enfant que vous attendez depuis 9 longs mois. Vous saurez enfin s’il a vos yeux, votre nez… Et surtout, vous pourrez le tenir dans vos bras et lui déposer sur le front le premier baiser. Je vous ai déjà dit que vous pourrez aussi dire adieu aux nuits de sommeil, aux matches de foot regardés tranquillement à la télé ? Non ? Bon alors oublions ça un instant, et revenons au moment tant attendu : la naissance.

Vous serez sans doute impatient, mais inquiet. C’est avec ce cocktail d’émotions que vous vous lancerez dans une course folle (pas trop quand même) en voiture jusqu’à la maternité une fois que la maman vous aura dit « Ca y est il arrive ».

Vos inquiétudes sont normales. Un accouchement ce n’est pas une partie de plaisir, ni pour la maman, ni pour vous. Ce n’est pas une science exacte, et on ne peut jamais savoir à l’avance comment ça va se passer.

Certains hommes sont déjà mal à l’aise à l’idée de devoir se rendre à l’hôpital. Pour d’autres, c’est la vue du sang ou la souffrance de la femme qu’ils aiment qui les laisse sans moyens.

La salle d’accouchement, si vous ne l’avez jamais visitée, a peut-être pour vous une apparence effrayante, issue de votre imagination et du manque d’information. Informez-vous autant que possible. Cela vous permettra de trouver les réponses à de nombreuses questions que vous pouvez vous poser et vous permettra d’effacer vos craintes, ou du moins de les relativiser.

Mais surtout, vous avez peur que ça se passe mal. On a tous entendu l’un ou l’autre récit digne d’un film d’horreur. C’est à se demander si certains ne le font pas exprès, pour en rajouter à nos inquiétudes. Comment s’étonner ensuite qu’un homme ait peur ? Il sait qu’en cas de problème il sera totalement impuissant. En un instant il peut tout perdre. La maman, le bébé, ou les deux. Consciemment ou inconsciemment, cette peur habite la plupart, voire tous les futurs papas.

Mais rassurez-vous. Même si vos peurs sont compréhensibles et que l’on ne puisse jamais exclure tout problème, il y a beaucoup de chances que tout aille bien. La médecine a fait d’énormes progrès et les choses s’améliorent encore chaque jour.

Certaines sources de problèmes (placenta praevia, bébé en siège…) qui causaient avant moult craintes, sont désormais détectées avant l’accouchement et les médecins savent comment agir.

La surveillance est beaucoup plus importante qu’auparavant, tant au cours de la grossesse qu’au moment de l’accouchement. La future maman et le bébé sont surveillés de près pour s’assurer que tout se passe sans problème. Pour l’un comme pour l’autre. Le monitoring surveille les battement du cœur de l’enfant pour s’assurer qu’il ne souffre pas, et les contractions sont suivies de la même manière. La sage femme passera régulièrement s’assurer que tout va bien et, si vous êtes à l’hôpital (si vous décidez que la naissance aura lieu à domicile ça sera plus difficile), médecins et bloc opératoire sont toujours prêts et très proches s’il faut avoir recours à une césarienne en urgence.

Si le médecin ne vous a pas fait part d’un quelconque risque lors des consultations prénatales, vous pouvez vous détendre, vous n’aurez probablement aucun souci à vous faire, ou du moins pas de gros soucis. Tout ne se passera peut-être pas comme une lettre à la poste, ça sera plus ou moins long , plus ou moins stressant pour vous et douloureux pour la maman, mais vous pourrez bientôt rentrer tous les trois à la maison.

Mettez de côté les idées noires. Elles sont normales, compréhensibles, mais le plus souvent elle ne sont pas vraiment justifiées. Elle vous empêcheront juste de profiter pleinement de ce moment magique, et, si vous êtes stressé, vous n’arriverez pas à rassurer la maman dont le stress pourrait avoir un effet négatif sur l’efficacité des contractions, rendent le tout plus long, plus fatiguant et douloureux encore. Mais ne vous en faites pas trop. Souvent vous serez tellement pris par ce qui se passe, surtout si ça va vite, que vous n’aurez même pas le temps d’y penser. Et après, vous pourrez toujours tirer un grand «ouf» de soulagement. Après avoir bien sur pris le temps de contrôler que votre enfant a bien tout ce qu’il faut là où il le faut.



  

Tous les articles sur l'accouchement
Retour à l'index de Accouchement



La naissance
en images

Vos témoignages

Préparation à
la naissance
Calcul date accouchement
Calculer la date d' accouchement




Assister à l'accouchement:


Un désir
Pas question
Une obligation
la maman ne veut pas
Indécis

Copyright 2001-2018 JeunePapa.com

Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Cadeaux naissance | Poussette | Faire-part Naissance