Grossesse : La couvade du père
Format imprimable

La couvade du père

Et si la grossesse n’était pas le seul apanage des femmes ? Bien sur, ce sont les seules à accoucher, mais nombreux sont les hommes qui développent au cours de la grossesse de leur compagne, des symptômes typiques des femmes enceintes et qui peuvent être très prononcés. C’est ce que l’on appelle la couvade.

Le terme couvade, qui dérivé de couver, faisait à l’origine référence à la coutume médiévale du Pays Basque dans laquelle le père, pendant ou immédiatement après la naissance de l’enfant, se couchait, et se plaignait d’avoir les douleurs liées à l’accouchement et se voyait accordés les attentions et les soins normalement réservées à la femme pendant la grossesse et après l’accouchement.

Prise de poids (pouvant aller jusqu’à 10-15 kilos ! et un petit ventre semblable à celui d’une femme enceinte de 7 mois), envies, maux de têtes, nausées, et même des « contractions » lors de l’accouchement, sont parmi les symptômes de la couvade de ces hommes « enceints » eux aussi.

Bien que la couvade du père soit un phénomène courant (jusqu’à 80% des futurs pères présenteraient certains symptômes de façon plus ou moins prononcée), la couvade reste un phénomène largement inexpliqué. Selon certains chercheurs, ce serait l’expression d’une forme de jalousie de l’homme envers la femme enceinte. D’autres y voient une façon de minimiser l’écart entre les deux sexes pendant la grossesse et l’accouchement, ou encore une façon d’établir la place du père dans la vie de l’enfant.
Ce qui est certain, c’est que l’apparition des symptômes de la couvade démontre une implication et un intérêt du futur père dans cette grossesse et la venue de ce bébé.

Bien que la couvade soit considérée surtout comme d’origine psychosomatique, on a récemment démontré que les hommes vivants avec leur compagne enceinte, connaîtront des changements de leurs niveaux de prolactine (l’hormone de la lactation !), cortisol, œstrogènes et testostérone, qui baissera quelques peu. Ces changements apparaissent les plus souvent à la fin du premier trimestre et peuvent continuer jusqu’à plusieurs semaines après l’accouchement.

Outre ces symptômes physiques, la couvade est aussi présente dans des rites culturels. Elle est décrite déjà dans l’antiquité et dans les récits de Marco Polo par exemple. Un des aspects les plus frappants de ce phénomène, est sa présence dans des populations très éloignées qui n’ont jamais eu de contact entre elles.

Dans certaines zones du brésil, la tradition veut que les hommes se fassent saigner pendant que leur femme accouche.

En Guyane Française, il est forcé au lit, isolé des autres, pendant 6 semaines après l’accouchement, après quoi des membres de la famille lui font des entailles dans la peau et lui frottent des piments sur le corps.

Les Huichols, une tribu indienne du Mexique, avaient sans doute le rite qui donnait le plus de certitudes afin que le père ressente la même douleur que la mère (l’on dira même que c’était le plus cruel) : la femme qui accouche était allongée dans une hutte, et son mari s’assit sur le toit au dessus avec une corder attaché autour de ses testicules. A chaque contraction, la femme tirait sur la corde… On imagine la douleur éprouvée par l’homme, au moins égale à celle de sa compagne !



  

Tous les articles sur la grossesse
Retour à l'index de la Grossesse
Sexe pendant la grossesse
Sexe et
grossesse


A venir
Vrais
ou faux


questions sur la grossesse
Vos
questions


photos échographies
Vos
echos


livres sur la grossesse
Sélection
de livres


Vos
suggestions

Calcul date accouchement
Calculer la date d' accouchement
Vos témoignages
photos de bébé pendant la grossesse
La vie en images
grossesse mois par mois
La grossesse au fil des mois




Avez-vous parlé au ventre pendant la grossesse


Oui, souvent
Seulement quelques fois
Non
La maman l'a fait

Copyright 2001-2019 JeunePapa.com

Ovulation |Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Cadeaux naissance | Poussette | Faire-part Naissance