Les humeurs d'un père: Trois petites perles
Format imprimable

Trois petites perles

La vie m’a donné beaucoup de cadeaux, et ce mois d’octobre m’a encore permis de vivre des moments inoubliables …

Tous nous prédisaient un accouchement pour la fin du mois d’octobre et cette fois ci, rien ne permettait de prédire une venue à l’avance ou un problème de quelque sorte que ce soit. Une grossesse sans problème, je dois dire que j’étais heureux d’entendre les médecins en parler ainsi vu les précédentes grossesses et les difficultés qui leur ont été liées.

C’est donc sans aucune crainte que j’attendais le jour J et que je planifiais à mon aise mes jours de congé parental afin, cette fois-ci, de pouvoir profiter pleinement de la venue de notre 2eme fille : Léa. J’avais planifié 1 mois de congé que je passerais avec elle. Enfin pouvoir profiter un peu de mes enfants .

La soirée se passait à merveille lorsque ma femme a commencé à avoir des crampes qui semblaient insupportables. Nous les hommes on ne comprend rien à la douleur de nos dames.

J’essaie de la calmer car c’est si soudain que je suppose que ce n’est qu’une contraction plus forte que les autres.

Mais cette douleur ne passe pas, je lui dis que l’on va essayer de se reposer et de monter dormir, mais la douleur semble se décupler. Alors, à mon aise, je prépare les sacs et j’annonce à mes parents que je leur amène notre première petite fille pour être plus à l’aise à l’hopital.

Nous arrivons assez rapidement à l’étage de la maternité où l’on nous conseille de faire les tests d’usage et de passer la nuit ici afin d’être osculté plus en détail dès le matin. Je reste bien sur près de ma femme et je passe une nuit agitée couché sur le sol à ses côtés.

Le lendemain, à 8:30, la gynécologue nous annonce qu’elle va provoquer l’accouchement avant le soir afin d’éviter des complications. A partir de ce moment, la douleur de ma femme ne cesse de la torturer, je déteste la voir dans cet état, et même le fait qu’elle écrase ma main ou me donne des coups sur le torse ne semble pas calmer la douleur … Il va falloir faire appel à une péridurale.

La journée passe assez vite malgré l’attente, et on se retrouve alors dirigés vers la salle d’accouchement. Je tremble, j’ai peur pour elle et sûrement aussi car je ne sais pas comment cela va se passer, car la premiere naissance étant une prématurée, elle avait eu une césarienne d’urgence au 7eme mois.

Nous sommes tous les deux main dans la main, j’encourage ma femme pour pousser et aider à son accouchement. Je dois dire que ma femme a fait cela comme une professionnelle si on peut le dire ainsi. Sa petite tête est vite apparue, je n’ai jamais ressenti cela, je voyais la vie venir à nous, si mignonne… si petite…

Le premier cri, un soulagement, la petite avait le cordon ombilical serré deux fois autour de son cou, maman l’a eue sur son ventre et les larmes ont coulé, le bonheur intégral, une merveille dans notre petit monde.

Depuis elle grandit trop vite, elle a déjà un mois, notre petite Léa. Sa sœur l’adore, elle lui donne des petits bisous et des câlins, c’est mignon comme tout, et ma femme n’a jamais été une aussi belle maman qui m’a donné ces jolis enfants.

Pour moi, elles sont et elles resteront mes trois petites perles. Je vous aime mes perles.

CED



  

[ Retour à l'index des Humeurs d'un père ]




Toutes les Humeurs d'un père

Copyright 2001-2019 JeunePapa.com

Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Cadeaux naissance | Poussette | Faire-part Naissance