Temps libre : Le vilain petit canard
Format imprimable

Le vilain petit canard

Pages: 1/6  
Comme il faisait bon dans la campagne! C'était l'été. Les blés étaient dorés, l'avoine verte, les foins coupés embaumaient, ramassés en tas dans les prairies, et une cigogne marchait sur ses jambes rouges, si fines et si longues et claquait du bec en égyptien (sa mère lui avait appris cette langue-là).
Au-delà, des champs et des prairies s'étendaient, puis la forêt aux grands arbres, aux lacs profonds.
En plein soleil, un vieux château s'élevait entouré de fossés, et au pied des murs poussaient des bardanes aux larges feuilles, si hautes que les petits enfants pouvaient se tenir tout debout sous elles. L'endroit était aussi sauvage qu'une épaisse forêt, et c'est là qu'une cane s'était installée pour couver. Elle commençait à s'ennuyer beaucoup. C'était bien long et les visites étaient rares les autres canards préféraient nager dans les fossés plutôt que de s'installer sous les feuilles pour caqueter avec elle.
Enfin, un oeuf après l'autre craqua. « Pip, pip », tous les jaunes d'oeufs étaient vivants et sortaient la tête.
- Coin, coin, dit la cane, et les petits se dégageaient de la coquille et regardaient de tous côtés sous les feuilles vertes. La mère les laissait ouvrir leurs yeux très grands, car le vert est bon pour les yeux.
- Comme le monde est grand, disaient les petits.
Ils avaient bien sûr beaucoup plus de place que dans l'oeuf.
- Croyez-vous que c'est là tout le grand monde ? dit leur mère, il s'étend bien loin, de l'autre côté du jardin, jusqu'au champ du pasteur - mais je n'y suis jamais allée.
« Etes-vous bien là, tous ? » Elle se dressa. « Non, le plus grand oeuf est encore tout entier. Combien de temps va-t-il encore falloir couver ? J'en ai par-dessus la tête. »
Et elle se recoucha dessus.
- Eh bien! comment ça va ? demanda une vieille cane qui venait enfin rendre visite.
- Ça dure et ça dure, avec ce dernier oeuf qui ne veut pas se briser. Mais regardez les autres, je n'ai jamais vu des canetons plus ravissants. Ils ressemblent tous à leur père, ce coquin, qui ne vient même pas me voir.
- Montre-moi cet oeuf qui ne veut pas craquer, dit la vieille. C'est, sans doute, un oeuf de dinde, j'y ai été prise moi aussi une fois, et j'ai eu bien du mal avec celui-là. Il avait peur de l'eau et je ne pouvais pas obtenir qu'il y aille. J'avais beau courir et crier. Fais-moi voir. Oui, c'est un oeuf de dinde, sûrement. Laisse-le et apprends aux autres enfants à nager.
- Je veux tout de même le couver encore un peu, dit la mère. Maintenant que j'y suis depuis longtemps.
- Fais comme tu veux, dit la vieille, et elle s'en alla.



   Page suivante (2/6) Page suivante

Tous les articles sur l'libre
Retour à l'index de libre






Copyright 2001-2019 JeunePapa.com

Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Cadeaux naissance | Poussette | Faire-part Naissance