Psychologie : Se sentir inutile
Format imprimable

Se sentir inutile

Bon nombre d’hommes se sentent inutiles tout au long de la grossesse. Et encore plus le jour de l’accouchement. Pour certains ce sentiment peut perdurer même encore après celui-ci. Ils se sentent simples spectateurs alors qu’ils voudraient être acteurs.

On peut très bien comprendre ce sentiment. Après tout sont rôle peut apparaître moindre par rapport à celui de la maman. C’est elle qui porte l’enfant et qui lui donnera la vie. D’un point de vue purement physiologique, vous avez terminé votre part au moment de la conception et l’embryon peut devenir fœtus puis bébé même en votre absence. Alors qu’on n’a pas encore vu de bébé naître sans maman.

A cela vient s’ajouter l’influence de la société. Bien que les choses aient fortement changé ces 30 dernières années, et qu’il soit politiquement incorrect de dire ouvertement que les enfants ne sont pas aussi une affaire d’homme, la réalité est parfois moins évidente. On attribue encore le rôle central à la maman, et le père passe en deuxième plan. Mais heureusement, les choses semblent différentes dans la génération de parents actuelle. Bon nombre de mères croient vraiment que le rôle du père est tout aussi important que le leur, et ce dès la conception. Si c’est le cas de votre compagne, c’est avec elle que vous devez trouver la force de passer au delà de tous les préjugés de la société. Oui, pratiquement tout ce qui tourne autour des bébés s’adresse en premier lieu aux femmes. Mais sans vous, point de bébé. Vous n’êtes pas inutile. Et votre rôle ne se limite pas à déposer la petite graine. A tout moment, vous avez un rôle à jouer. Il suffit parfois de poser la question à une maman solo ( à condition bien sur qu’elle n’en veuille pas à tout le genre masculin).

Mais ce qui sans doute fait que certains hommes se sentent inutiles, c’est plutôt cette impuissance à laquelle ils doivent faire face. Les choses se passent indépendamment de leur volonté, et parfois, sans que tous leurs efforts ne puissent changer l’état des choses. Pour beaucoup ce sentiment est nouveau. Et ici encore, l’influence de notre culture est importante. Vous êtes l’homme de la maison, vous êtes grand, beau et fort etc etc… Mais les choses sont différentes.

Ce sentiment d’impuissance est encore plus marqué chez les hommes qui ont un certain pouvoir, des responsabilités dans la vie de tous les jours, même si pour eux, l’admettre est encore plus dur que pour les autres. Peu importe votre statut professionnel, face aux nausées matinales, aux maux de dos, aux sciatiques coincés et à la douleur des contractions et de l’accouchement, nous sommes tous égaux.

Bien sur, souvent vous ne pourrez rien faire pour faire disparaître complètement la douleur chez celle que vous aimez. Mais ce n’est pas non plus votre rôle. Pour cela, il y a les médecins, et même eux n’ont pas toujours la solution miracle. Vous, le futur père, vous êtes là pour lui apporter de l’amour, du soutien, parfois un peu de soulagement physique en l’aidant à suivre les recommandations du médecin, lui faire savoir que si vous le pouviez vous prendriez sa place, et que vous êtes à deux dans cette épreuve. Et cela est surtout vrai lors de l’accouchement. Si vous avez assisté aux cours de préparation à l’accouchement, on vous aura appris quelques techniques. Mais même si vous n’y étiez pas, pas de panique. Votre présence, le fait de lui tenir la main, de l’encourager, et d’avoir des gestes tendres envers elle feront déjà beaucoup.

Tout au long de la grossesse vous pouvez prendre en charge un maximum de choses, pour qu’elle se repose. Faites les courses, le ménage, cuisinez. Occupez-vous d’elle, gâtez-la, cherchez des informations pour dissiper ses doutes, ses craintes. Insistez pour aller aux séances d’haptonomie afin d’établir au plus vite une relation directe avec votre enfant, sans attendre de pouvoir le tenir dans vos bras. Allez aux visites chez le médecin. Faites les magasins pour acheter tout ce dont vous aurez besoin pour accueillir bébé, non pas comme «portefeuille sur pattes» mais en donnant votre avis, en participant aux choix.

En ayant un rôle actif, tout en comprenant que vous ne pouvez pas tout faire, en étant un peu plus indulgent avec vous-même, vous comprendrez mieux combien vous êtes important. Et la future maman, qui appréciera, ne manquera pas de vous le faire savoir.



  

[ Retour à l'index de Psychologie ]
[ Tous les articles sur l'psycho ]




Tous les articles Psychologie

Copyright 2001-2017 JeunePapa.com

Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Cadeaux naissance | Poussette | Faire-part Naissance