Temoignages: Parlons un peu du bonheur d’être papa


Le témoignage de Cedric:


Parlons un peu du bonheur d’être papa


C’est un beau jour de pluie que nous nous sommes mariés et comme on dit «mariage pluvieux, mariage heureux », combien de fois n’avons nous pas entendu cette phrase, ma femme avait fait le jour d’avant le test de grossesse qui s’était révélé négatif, pourtant quelque chose en moi me disait : « Elle est enceinte ».

Je le ressentais comme la première fois qu’elle avait été enceinte, cette première fois qui nous avait menés à la fausse couche, un moment difficile bien sûr mais ça nous a rapprochés et la perte de la première grossesse n’a fait que nous motiver un peu plus. Ce fût donc quelques temps après le bonheur intense du mariage que cette nouvelle sensation est venue s’ajouter à l’euphorie … Le test se révèle maintenant Positif.

Je m’en rappelle comme si c’était hier, c’est moi qui lui ai annoncé par téléphone, elle venait de faire le test au matin et d’une voix enjouée, je lui ai dit : « Félicitations, future maman … », j’en étais sur, il y a des silences même au téléphone qui ne trompent pas.
Sa grossesse ne fut pas facile, beaucoup de nausées et de vomissements, heureusement accompagnée de beaucoup de tendresse et d’amour, je dois dire qu’on a attendu le 3eme mois pour annoncer la nouvelle, je suppose que c’est lié à la peur de la première fausse couche.

Tout nous émerveillait et c’est bien sûr avec la boule au ventre et la larme à l’œil que j’ai vu pour la première fois son petit cœur battre à l’échographie, de voir sa croissance, son évolution, les petits détails de changement, entendre son cœur battre, voir ses mouvements … on a toujours du mal à expliquer ces sensations, une pincée d’étincelles dans l’œil, un sourire sur les lèvres et quelques rires incontrôlables, vous prenez conscience que c’est vrai, que vous allez être père.

Les mois passèrent avec ses lots de nausées, de pur bonheur pour nous mener à une visite de routine au 7eme mois de notre petite fille qui avait été un garçon pendant 2 mois selon une assistante de la gynécologue. Ma femme lors de cette visite était particulièrement nerveuse et la gynécologue lui a conseillé d’aller vérifier sa tension à l’étage de maternité.

A partir de là, les événements se sont précipités, nous étions le 6 avril 2001 et ma femme avait une tension accrue et était gardée en observation afin d’analyser les réactions du bébé. Je suis bien sûr resté avec elle cette nuit la, le lendemain matin, la tension n’avait pas changé, les accoucheuses commençaient à prévoir une péridurale, ma fille allait-elle naître aujourd’hui …

Ce fût à midi que Sarah vit le jour dans cet hôpital, tellement petite, je n’ai pas pu assisté à l’accouchement afin de ne pas gêner le travail des médecins, elle était dans une sorte de petit paquet aluminium que l’on porte à la salle des prématurés alors que ma femme dormait encore suite à l’anesthésie. Ils ont porté mon bébé afin de l’ausculter et confirmer sa viabilité.

Heureusement, tout allait bien. Nous avons eu un peu de mal à croire qu’elle était déjà la, parmi nous, si fragile et si énergique aussi, par maintes fois elle gigotait les jambes aussi fines que mon pouce. Quelle sensation quand la première fois on a pu la tenir dans nos bras, on avait bien sur peur de la casser. Nous avons passé un bon mois à aller de deux à trois fois par jour à l’hôpital pour enfin voir le jour de sa sortie à l’air libre.

Maintenant, on ne se rend plus compte de ce passage, notre pitchounette a bien grandi et va sur ses 1 ans pour ce mois d’avril. Elle est un peu en retard par rapport à d’autres mais comme on dit, chaque bébé a sa vitesse, elle a commencé ses maux de dents vers 4 mois et elle n’a pas encore de dents aujourd’hui, elle est un peu canaille et capricieuse surtout les nuits qu’elle ne fait pas encore complètement, des fois je me demande si ce n’est pas de ma faute, si je ne fais pas mal les choses.

J’ai peur de ne pas passer assez de temps avec elle, entre le boulot et les tâches ménagères, je n’ai presque pas de temps pour elle, Il faut que je lui en consacre, d’autant plus qu’un nouvel événement vient de rentrer dans ma vie et je croyais que j’allais prendre une certaine habitude mais c’est sans prendre en compte la beauté de la grossesse, de nouveau la boule au ventre et la petite larme, il y a un nouveau petit cœur qui bat devant moi, je vais de nouveau être papa.

Une nouvelle étape se présente à moi, une nouvelle personne dans la famille qui va accompagner Sarah. Quel bonheur à nouveau même si je sais que je risque d’être encore plus fatigué … Je sais aussi que je vais encore avoir droit à plein de sourires de la part de mes enfants !

Je me pose autant de questions que la première fois, je suis autant nerveux, j’ai l’impression que c’est la première fois, j’ai même cette boule au ventre au moment d’écrire ces mots sur cette page.

J’ai toujours envie de crier ma paternité sur tous les toits, au boulot, j’ai mis la photo de ma famille et l’échographie du nouveau bébé sur mon bureau, mes collègues sont étonnés «tu mets des échos comme photo toi ?» et je ne peux m’empêcher de répondre «bien sûr, c’est tellement beau, regarde, on voit déjà les bras et la tête … ». Je crois que seuls des parents peuvent comprendre, certains ne me posent même pas de question, il me félicitent et s’en vont heureux …

Je conseille cette thérapie à tout le monde, un bonheur hors mesure, une bouffée de joie inimitable, un partage hors du commun, une prise de conscience de la vie …

Je remercie ma femme et mes enfants pour ces instants et on parlera encore du bonheur d’avoir des enfants.

Cedric




Retour à l'index des témoignages




Toutes les Humeurs d'un père

Copyright 2001-2019 JeunePapa.com

Conseils beauté | Faire-part de mariage et naissance | Faire-Part Bébé | Cadeaux naissance | Poussette | Faire-part Naissance